Ne pas fractionner l’histoire

Tout mouvement massif de protestation , toute mise à jour tranchante du passé courent le risque de mutiler l’histoire au nom d’une bonne conscience. On veut condamner certains acteurs de cette histoire qui sont des repères nationaux ou locaux et qui, pour les plus célèbres, sont honorés avec les meilleures raisons. Cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas, en les replaçant dans leur époque, relever ce qui, dans leur parcours, est jugé sévèrement avec les yeux d’aujourd’hui. En clair, imaginer de déboulonner les statues de Churchill parce que, au temps de sa jeunesse victorienne, il partageait des opinions dévalorisantes à l’égard des Africains est une énormité autant qu’une insulte au peuple britannique et à tous ceux qui ont combattu le nazisme. Relever des aspects critiquables dans son existence, oui ; mais ce grand homme , une fois au pouvoir, est entré dans la grande histoire mondiale. A l’échelon local, David de Pury appartient à la mémoire neuchâteloise, ce qui justifie sa statue. Là encore, cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas, en parlant de lui, relever ce qui, aujourd’hui, nous gêne. On pourrait multiplier les exemples de ces figures ayant marqué leur temps et qui donnent envie aux militants anti-racistes de déboulonner leur statue.


La réponse est connue. Il importe de transmettre la mémoire de ce drame et de ce crime que fut la traite des noirs. Bien sûr que oui. Cela doit passer par l’éducation, la transmission de connaissances historiques ; particulièrement à l’école. Ah oui, il faudrait généraliser un enseignement de qualité, objectif, complet. Or, que de failles, d’insuffisances dans l’enseignement de l’histoire. Il faudrait ne rien occulter, tout en mettant les choses en perspectives temporelles. Mais, puisque nous y sommes, quelques mots osés sur la traite des Noirs.


Les Européens blancs qui l’ont pratiquée, ou utilisée par leurs investissements dans diverses sociétés, n’ont pas fait cela tous seuls. Ils se sont largement appuyés sur des notables africains locaux qui en triaient aussi profit. Eh oui, une vérité que les militants n’aiment pas voir. Les dénonciateurs actuels, africains, afro-américains, européens d’origine africaine devraient avoir l’honnêteté de le reconnaître. De même, devraient-ils savoir que les plus grands esclavagistes ont été les Arabes, les Ottomans et non les Européens blancs, aussi terrible qu’ait été l’action de ces derniers. Ajoutons encore un élément pour nous attirer attirer des réactions courroucées. Les manifestations récentes du pire racisme à grande échelle furent intra-africaines. Que l’on sache, au Ruanda l’affreux génocide ne fut pas une affaire de Blancs. Et l’Afrique est pleine de tensions ethniques.


Alors, sans déni, mettons une barrière devant la tentative unilatérale de culpabiliser l’homme blanc. Invitons à regarder un passé lourd et beaucoup plus compliqué que ne le suggèrent les slogans. Regardons le ensemble. Discutons ensemble des meilleures manières d’éliminer le plus possible les préjugés et les discriminations au sein de nos sociétés démocratiques. Surtout, ne les laissons pas glisser vers le communautarisme. Certes, une personne d’origine africaine sera toujours porteuse d’une mémoire particulière . Mais l’homme politique genevois Manuel Tornare, très engagé contre le racisme est l’anti-sémitisme, a parfaitement raison de mettre en garde les manifestants virulents contre ce risque de communautarisme. On le voit aux États-Unis mais aussi en Europe. Dans les cités françaises, on est souvent Noirs, Nord-africains, Musulmans avant d’être Français. Certes, Les conditions sociales, économiques, scolaires sont des facteurs lourds. Mais il y a aussi le développement d’une dangereuse idéologie séparatiste et agressive. Nous n’en sommes pas là en Suisse. Évitons cette pente. Il faut qu’un citoyen genevois, un habitant voulant s’intégrer pleinement à Genève puisse s’accomplir, à titre individuel, comme un membre à part entière de la communaité genevoise. Cela n’occulte en rien les attaches particulières de chacun, mais c’est le vrai creuset d’une démocratie qui considère la personne avant les groupes définis selon leurs origines ou leurs religions.


En conclusion, écoutons les messages des manifestants qui dénoncent des discriminations persistantes ; mais répondons en valorisant chaque personne en tant que telle. Car il y a un paradoxe : les anti-racistes trop virulents peuvent en devenir racistes et semer des germes de divisions au sein d’une démocratie qui a vocation d’ intégrer les différences dans une construction humaine et sociétale commune.

Commentaires

  • Heureusement que des africains d'origine condamnent ce que on peut appeler les racialistes et rétablissent comme vous le faite dans cet article la vérité. que ce soit la couleur, la croyance religieuse, voire le sexe que certains voudraient rayer de l'identité réelle de chaque personne : il s'agit toujours d'homme ou de femme qu'il faut toujours respecter dans leur dignité de personne. On oublie trop souvent que la violence aux Etats-Unis a de nombreuses causes et que les manifestations en cours augmentent cette violence. Il est certain que les policiers noirs ont également plus de morts à leur actif que les policiers blancs et sont considérés comme des traitres. Mais lorsque la Commission européenne veut sanctionner les provinces polonaises sous prétexte que des associations refusent d'accepter l'idéologie LGBT n'est-ce pas là aussi un acte de violence de l'UE ?

  • Il ne faut rien oublier de l'Histoire, le bon comme le mauvais.
    Le jugement du passé appartient à tous avec notre libre conscience.
    Il n'appartient pas à des idéologies de réfléchir pour nous.

    Le communautarisme, c'est un échec aux US, en France, Angleterre, Allemagne, Belgique,... Quant à la Suisse, elle a la naïveté de croire que travailler, est un signe suffisant d'intégration. Ce n'est pas non plus donner un cours d'égalité homme/femme à des personnes venant de pays patriarcaux qui vont les convaincre.
    La Suisse doit intégrer, cela demande des ressources, mais c'est nécessaires. Cela signifie que la Suisse ne peut pas accueillir hors de sa capacité d'intégrer.
    La Belgique, la France, des pays qui font peur, sont victime du terrorisme communautaristes à la sauce religieuse, c'est un avertissement.

  • Toute cette affaire est un montage bien organiser par des mouvances voulant affaiblir les forces de l'ordre et les institutions des démocraties, étonnamment les manifestations ne parlent pas des camps en Chine, des ventes d'esclaves noirs dans plusieurs pays africains et arabes !

    Les seuls objectifs sont de diviser et éventuellement déclencher des émeutes entre civils, mais ça ne va pas fonctionner comme certains le souhaitent, l'effet espérer par certains sera inverse, déjà aux USA, la population prend conscience de cette duperie !

  • Il ne me semble pas utile de vouloir creuser plus sur ce terrain, nous assistons à un conflit n'ayant absolument rien à voir avec les couleurs ou origines ethniques, pas plus en ce qui concerne certaines classes sociales, même si à ce niveau il faudra remettre les pendules de la finance à l'heure, non, c'est une guerre, toujours la même guerre depuis des décennies entre les dictatures socialistes, communistes et crypto-communistes et l'occident libéral, mais que tout le monde sache, à mon avis, ils sont un peu trop pressés, certes ils vont anéantir des secteurs entiers de l'économie, mais ils se sont précipités avec imprudence dans ce sale petit jeu, les communistes ont sous-estimés les capacités et les avances technologiques de certaines puissances dans ces secteurs.

  • Un Afro-Américain met le feu à un SDF endormi à New York

    Alors que le nombre de feux d’artifice illégaux explose à New York depuis quelques semaines, un sans-abri qui dormait dans la rue a été la cible d’un engin pyrotechnique, lancé par un Afro-Américain tout sourire.
    La scène choque par sa pure gratuité. Lundi 22 juin, de nombreux feux d’artifice illégaux ont été tirés dans le ciel de New York, rapporte l’antenne locale de CBS. Seulement, l’un d’eux n’est pas parti en l’air. Dans une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, on aperçoit un Afro-Américain encapuchonné jeter délibérément un mortier d’artifice allumé sur la couche d’un sans-abri, qui dort sur le trottoir. L’engin pyrotechnique explose et met le feu aux couvertures de l’homme, tandis que l’agresseur s’enfuit, un grand sourire aux lèvres.

    https://twitter.com/SBANYPD/status/1275230513402458115

  • Tweet envoyé le 27 juin par Hani Hamadan :

    "Hani Ramadan
    @_HaniRamadan
    Toute personne qui diabolise l'Islam devrait tomber sous le coup de la loi pénale pour incitation à la haine et au trouble public. Si elle persiste, cela signifie que nous ne vivons plus dans un Etat de droit. La contagion sioniste islamophobe explique bien des choses.

    87
    17:33 - 27 juin 2020"

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel