Prudence sans panique

Allons, commençons par une observation qui soulèvera des critiques. Une fois de plus, le coronavirus vient de Chine. Et, n’en déplaise au respect dû à une si vielle civilisation, à une si grande puissance, ce n’est pas étonnant. On sait que l’hygiène personnelle et collective des Chinois n’est pas leur fort. On sait que leur manière de se nourrir, de nourrir leurs animaux en les mélangeant est inquiétante. Tout est acquis pour la profusion et la diffusion de sales ennemis. Ce n’est pas une raison pour boycotter la Chine. Ce serait d’ailleurs impossible. Elle est partout dans l’économie mondiale, y compris en Europe et en Suisse. Cela pourrait tout de même susciter une réflexion. Ne pourrions nous pas produire davantage sur sol européen, dans des conditions claires ; et revoir nos conditions d’importation .

Cela étant, il y a des quoi être un peu choqué par les réflexes de certains qui glissent de la prudence nécessaire à un début d’angoisse et de panique. Des gens qui se ruent dans les pharmacies pour acheter des masques largement inutiles. Les mêmes ou d’autres qui accumulent des provisions, comme aux plus beaux jours de la guerre froide. C’est presque indécent.


Encore une fois, une prudence adéquate est de mise. Les pécautions simples recommandées par l’Office fédéral sont bienvenues. Le Conseil fédéral a suspendu pour un temps les grands rassemblements. Bien. Mais souvenons-nous que la grippe saisonnière tue aussi, particulièrement des personnes vulnérables. Quant à celles atteintes chez nous par ce virus, elles sont en grande majorité bien en vie. Et voici la science. On devrait attendre bientôt d’Amérique un vaccin, que l’on aura trouvé grâce à la découverte de notre récent prix Nobel, Jacques Durochet, honoré avec ses collègues. Pas mal, non !

Donc un peu de recul, de grâce, de discipline calme, individuelle et collective et foin de la panique. Le médecin cantonal genevois, à la Radio, s’en est un peu pris aux médias qui répètent en boucle les informations alarmantes, laissant à l’arrière plan une mise en place de tous les paramètres. La bien connue mécanique médiatique.


Enfin, ce virus chinois nous rappelle que, de tout temps, l’humanité a subi des épidémies. On est mieux armé aujourd’hui. Mais cela nous rappelle aussi que l’espèce humaine, comme les autres espèces, n’a pas de garantie absolue sur sa santé et sa pérennité. Elle n’a aucun droit à l’immortalité terrestre. Cette conscience d’une fragilité de nature a de quoi susciter quelques méditations sur le sens de la vie. Un François Cheng, (tiens un Chinois de naissance) nous le dit si bien.

Ne nous moquons pas du coronavirus qui fait des victimes, mais ne le laissons pas être un virus qui altérerait nos esprits.

Commentaires

  • Ce qui est en cause, c'est le libéralisme/mondialisation et ces effets pervers, notamment dans la pénurie de médicaments. Et je ne parle même pas de la dépendance.
    Le seul moyen d'y remédier, est de favoriser les conditions pour produire ici en Europe , et nous revoilà à instaurer éventuellement des taxes pour une question de sécurité et d'indépendance.

    Le virus, met en avant les faiblesses d'une Europe. Celle-ci n'a pas écouter les avertissements.
    La 5G et le choix swisscom, voilà beaucoup de légèreté (dépendance et certainement espionnage comme Crypto...) de la part des politiques.

    Quant au virus lui-même, ce n'est certainement pas la dangerosité qui donne des sueurs froides aux autorités, mais sa mutation en pire. Plus il y a de transmissions entre personnes, plus il a des chance de muter. Je crois que la version italienne est différente.
    Ceux qui prennent le virus à la légère sans prendre les précautions minimums, favorisent la transmissions, donc la mutations.

    Quand j'entends certaines personnes, je me dis que les autorités minimisent trop. Non, ce n'est pas une grippe comme certain le pensent. Il n'y pas à paniquer, mais ralentir la transmission est une priorité.

  • Ce virus est peut-etre un cadeau du destin pour tous puisqu`il aura confronté les économies occidentales a la réalité de leur dépendance chinoise pour les produits manufacturés allant des pieces de moteurs et d`ordinateurs aux substances pharmacologiques actives et aux antibiotiques. Il pourrait y avoir d`autres épidémies touchant la Chine a l`avenir et il devient donc vital pour les économies occidentales de réduire cette dépendance. D`ou la perspective de beaucoup d`emplois, meme si les prix a la consommation risquent d`en etre augmentés (les salaires suivront).

    Tout ca pourrait etre bon pour la Chine aussi puisqu`elle va etre obligée a se concentrer davantage sur le développement de son marché intérieur au lieu de continuer a rafler tous les marchés internationaux. En conséquence, les salaires chinois pourront encore augmenter et le niveau de vie avec. Mais surtout, la Chine devra maintenant donner la priorité a la propreté de l`air et au logement urbain dont les défaillances entrainent le confinement des foules dans des locaux tres exigus et mal aérés favorisant la propagation des microbes pathogenes.

  • Pénurie de ceci et de cela ... parce que ceci et cela provient de Chine !

    Le bon sens s'est perdu en Europe où - à une époque pas si lointaine - on fabriquait en donnant du travail à une très grande majorité de la population et les financiers sont arrivés avec leurs gros ... non pas souliers mais leurs envies de luxe... négligeant des savoirs faire ancestral !

    Le résultat ne s'est pas fait attendre : pénurie de matières premières en tout genre et actuellement la pharma est aussi touchée !

    Belle semaine à tous

Les commentaires sont fermés.