L’antisémitisme greffé sur un mal être

On aurait pu penser que l’antisémitisme ne pouvait plus être que très marginal, très résiduel, qu’il avait quasiment brûlé dans l’horreur abyssale des fours d’Auschwitz. Eh bien, il faut se réveiller. Le mal n’est ,certes, pas généralisé, par comparable à ce qu’il en fut mais il demeure tapi dans les plis de nos sociétés. En France, il s’est infiltré dans des cortèges de gilets jaunes, et il s’est exprimé de manière honteuse. Comment est-ce possible ?

C’est une chance d’être tombé sur Le Figaro du jeudi 14 février. On y trouve une interview de Delphine Horviller, femme Rabbin de France, rattachée évidemment à l’aile libérale du judaisme. Ses propos, réfléchis, intelligents sont très éclairants. Elle les résume par cette phrase : <l’antisémitisme n’est pas que le problème des Juifs>. En résumé, il se distingue du racisme ordinaire ; par exemple envers les Africains. Les Juifs , dans une sorte de projection déformée, seraient des autres comme nous : mais ayant souvent mieux réussi, s’étant épaulés entre eux, ayant obtenu des positions de pouvoir, d’influence, de richesse à notre place. Il est vrai que les vicissitudes de l’histoire en Occident, avec des chasses gardées les excluant, ont amené des Juifs à exceller dans certains domaines : l’économie, les finances, mais aussi la communication et les branches artistiques. Faute de reconnaître cet arrière fond historique, on risque de laisser affleurer des jugements critiques et des pensées corrosives. Delphine Horviller constate que les poussées d’ antisémitisme se greffent souvent sur un malaise social et politique. Cela explique qu’il ait pu s’infiltrer dans les cortèges de gilets jaunes, puisque ces derniers expriment un tel malaise.


Vu sous cet angle, en effet, l’antisémitisme traduit une fragilité, une frustration chez ceux qui le portent en eux. Il y a un bouc émissaire. Or, il est incroyable de rejeter animalement ce qui est consubstantiel à notre héritage et qui est une partie fondamentale de nous-mêmes. Nous sommes, en Occident, les enfants d’une histoire judéo-chrétienne. Le judaisme est une matrice d’où sont sorties les grandes valeurs qui nous habitent. L’antisémitisme chrétien a été un non sens déplorable. Si Jésus s’est écarté des applications rigoristes de la loi juive de son temps, s’il a privilégié l’ouverture et l’amour, il ne s’en est pas moins inscrit totalement dans sa filiation juive. Être antisémite, c’est aussi le rejeter dans une part essentielle de son identité ; de la nôtre également.


Bon ! Cela étant, que faire ? Dénoncer, condamner en justice, bien sûr. Indispensable. Mais cela ne suffit pas et peut même avoir quelques effets négatifs. Un effort d’explication psychologique, historique, pédagogique ne doit-il pas être renforcé ? L’Etat laïc ne peut s’impliquer mais il peut offrir des espaces, des supports. Il y a aussi des distinctions à faire comprendre. Par exemple, on peut montrer comment et pourquoi est né le sionisme, pourquoi les Juifs on eu besoin d’une terre refuge renvoyant à leurs racines. On peut vouloir la pérennité de l’Etat d’Israël tout en critiquant, sans auto-censure, la politique des autorités israéliennes à l’égard des Palestiniens. Cette critique légitime, nécessaire ne devrait jamais ouvrir la porte à un antisémisme.


Oui, que faire ? Aux intellectuels, aux figures religieuses, aux politiciens, aux journalistes, aux enseignants peut être de s’engager dans ce débat moral, explicatif et introspectif ; en trouvant le ton juste, si bien trouvé par la Rabbin Delphine Horviller. Elle-même cite le philosophe Franz Fanon :< quand on dit du mal des Juifs, tends l’oreille parce que l’on parle de toi>. Message reçu.

Commentaires

  • Antisémitisme ? Cette doctrine de haine des Arabes ?

  • Avec respect.

    La croyance en un peuple élu entre tous ne comporte-t-elle pas une "fragilité, une frustration" à un moment donné chez les Hébreux qui se seraient forgé cette idée d'élection particulière?

    La lecture de l'ensemble des ouvrages de Paul Diel philosophe et psy apporterait une réponse promesse d'espérance.

  • L'antisémitisme était minoritaire en occident, mais fort dans les pays musulmans, principalement arabes. L'immigration musulmane a bouleversé ce vivre ensemble en occident.
    Dans certaines villes en France, les juifs ont quitté certains quartiers par peur, quartier majoritairement musulmans.

    Le problème est peut-être à 80% musulman, 20% entre extrême droite et gauche.
    La pédagogie dure depuis 70 ans et ça a fonctionnée. Mais face à une migration dont une partie ont été élevé dans la haine du juif en citant le Coran, il n'y a pas d'autres possibilités que d'être dur.
    Le salafisme, les frères musulmans, utilisent n'importe quel évènement pour dire du mal des juifs (en arabe, ça se dit "sioniste"...)

    Je vous mets au défi de "vaincre" le Coran avec de la pédagogie. Seul l'interdiction de mouvements facho-religieux musulmans, et l'obligation d'avoir des imams progressistes peuvent améliorer la situation.
    Il ne faut pas être naïf, l'antisémitisme est lié à l'immigration. Il faut penser aux suisses juifs et ne pas fermer les yeux comme les Verts.
    Le vivre-ensemble passe par une réaction forte.

    La situation social est un élément de l'antisémitisme de l'homme occidental, mais pour le musulman, s'y ajoute le religieux.

    Le gilet jaune d'où est venu les insultes est un salafiste selon la police.
    L'antisémitisme en Europe, c'est d'abord la haine importée.

  • "Cette critique légitime, nécessaire ne devrait jamais ouvrir la porte à un antisémisme."
    Pour certaines personnes, même la plus légère critique EST du racisme anti-juif. Sauf que Juif n'est pas une race.

  • La migration tant souhaitée par la gauche commence à faire sentir ses effets pervers.
    Genève a su se doter d'une loi pour s'en prémunir mais par sûr qu'elle soit vraiment appliquée, sa remise en question ayant lieu au sein du CE déjà.

  • Il est notoire que les "gilets jaunes" sont fortement encouragés par l`excReme-droite. Il ne faut donc pas s`étonner si l`on y trouve des antisémites au premier rang des gueulards. Cette extreme-droite est d`autant plus méprisable, qu`elle joue toujours les effarouchées apres que ses électeurs de base aient réalisé leurs "prestations". Il ne faut pas se faire d`illusions, le battage actuel autour de ces vociférations contre les juifs ne fera qu`attirer de nouveaux abrutis dans les rangs de l`électorat de l`égérie que l`on sait.

  • En réponse à Géo, il me semble que les "arabes" n'ont besoin de personne !

  • Tuer des enfants dans une école à Toulouse, c'est ce que certains appellent de la "haine des arabes", il y a une culture négationniste qui a toujours chercher à inverser la réalité, c'est l'une des causes !

  • Souvent les êtres humains s'en prennent à leurs semblables parce que ces semblables possèdent ce que les premiers n'ont pas, mais avec les enfants d'Israël appelés vulgairement "les juifs", c'est un peu plus particulier : Ce n'est pas pour ce qu'ils possèdent visiblement qu'ils sont visés, pas pour cet argent supposé ou ce savoir distillé, c'est pour quelque chose que tous pourraient approcher, voir toucher et qui reste innommable, inqualifiable.

    Et c'est doublement frustrant. L'enseignement talmudique ou de la Torah est à la portée de tous, par exemple, en Asie, spécialement en Corée du Sud, des centaines d'écoles talmudiques ont été crées ses dernières années et des dizaines de milliers de coréens y viennent étudier les enseignements des sages venus d'Israël et de la diaspora, "En 2011, l’Ambassadeur de la Corée du Sud à déclaré à l’Ambassadeur d’Israël lors d’une conférence à la télévision publique israélienne que «chaque famille coréenne a au moins une copie du Talmud à la maison." !

    https://www.coolamnews.com/comment-le-talmud-est-devenu-un-best-seller-en-coree-du-sud/

    Un peu le contraire de ce qu'il se passe en Europe.

  • @Jean Jarogh, vous ne confondez pas avec l'extrême gauche ?

  • Il y a eu de la judéophobie (Arabes et Juifs sont des sémites) bien avant la migration.

    Il y a plus de cinquante ans, en Suisse romande, les premières personnes qui me parlèrent judéophobie se situaient en milieu protestant.

    Judéophobie religieuse, en quelque sorte, parce que, disaient ces personnes, les Juifs ne "se sont pas convertis à Christ"!

    Luther proposa aux instances juives concernées en son temps de rejoindre le christianisme mais est-ce au judaïsme de rejoindre le christianisme ou au christianisme de rejoindre au moins de coeur, ou plus, le judaïsme? A bien lire les évangiles de manière impartiale? Pourquoi ne pas tenir compte activement de l'histoire de la paille et de la poutre?

    En milieu catholique jusque dans ces dernières années (1952) au cours de l'office du Vendredi-Saint dans toutes les églises: "Prions aussi pour ces Juifs perfides"!

    La politique de M. Netanyahou rend-t-elle réellement service aux siens?

  • En réponse à Myriam, il faut toujours qu'il y ait un "mais" !

    Qu'est il y a avec Netanyahou, vous préférez El Assad ou les mollahs iraniens ?

  • Churchill avait pris son parti en s’adressant aux Ministres anglais et français Chamberlain et Daladier artisans de la capitulation à Munich devant les conquêtes de Hitler.

    Ils voulaient les honneurs et la paix , ils auront le déshonneur et La Guerre !

  • Je ne profère rien.
    Ne pas tout mélanger.

    Je regrette qu'autrefois les Palestiniens aient refusé un accord qui était plus avantageux pour eux que pour Israël qui avait accepté cet accord.

    Nous direz-vous, Cathia de Lavarène que Netanyahou est en tout apprécié par tous chez lui?

    Les pseudos ne changent rien à l'intention des gens qui se cachent sous ces formes particulières de burka.

  • Myriam,

    Pourquoi les juifs vous dérangent-ils tant ?

    Pourquoi cette notion de peuple élu (le mot "élu" est une médiocre traduction) revient-elle de façon si obsessive ? Admettons que ce sont des balivernes comme celle de mon voisin qui se prend pour Napoléon... mon voisin fait sourire tout le quartier mais les juifs attirent l'hostilité ??? Etrange ! Cela mérite un approfondissement, non ?

    Pourquoi l'hostilité envers les juifs n'est-elle répandue que dans les nations du Livre, donc chez les chrétiens et les musulmans ? C'est une autre question à approfondir. Un fragment de preuve: les chinois s'en fichent comme ils se fichent de mon voisin qui se prend pour Napoléon :-)

    Ce questionnement sur l'hostilité qu'inspirent les juifs m'étonne d'autant plus qu'il touche parfois des gens qui vouent un culte sincère et passionné à un juif orthodoxe, respectueux de la torah, qui ne portait pas de croix autour du cou et n'a jamais mis les pieds dans une église.

  • Le mot "palestinien" est hébreu et signifie "envahisseur", le saviez-vous ?

    Ce sont les romains qui avaient décider d'appeler les israéliens "palestiniens", afin de les humilier et avec un terme repris des textes de la Torah.

  • La moitié de la planète ignore ce sentiment, pourtant des communautés juives vivaient dans ces contrées, example : l'Inde, la Chine, tous les pays asiatiques non musulmans ou chrétiens. Etonnant les seules "civilisations" qui s'en prennent aux juifs sont celles qui descendent directement du judaïsme, même si les termes "juif" ou "judaïsme" sont complètement erronés.

    Rien que si l'on mettait de l'ordre au niveau sémantique, 90% des manifestations antisémites passeraient aux oubliettes, plus haut Archi-Bald dans son commentaire évoque cette erreur de traduction manifeste avec ce "élu", nul-part dans les textes hébraïque il est question de "peuple élu", mais de peuple "choisit" par l’Éternel, tout simplement parce que les autres nations n'avaient pas accepter les règles imposées par ce "dernier".

    Dès le premier mot de la Torah, les traductions sont fausses, "בראשית" (Berechit) traduit faussement par "au commencement" ou "genèse" signifie autre-chose, à vous de le découvrir, mais je vous averti, la route est parsemée d’embûches.

  • archi-bald

    Mon père ayant été juif de père et de mère et moi chérissant mes grands-parents, (l'oncle Armand de mon père tenant en mon coeur la place des grands-pères décédés) juifs tous deux Armand et Louise mère d'Edmond, mon père, je ne vois pas en quoi, les juifs me dérangeraient.

    L'oncle Armand, "pépé" agonisant en souffle ultime se souleva en me regardant tout en touchant son coeur...

    Pourquoi raconter n'importe quoi à propos de ce que l'on ignore

    est un mal effarant de notre époque.

  • Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n'est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d'agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez.

    Hannah Arendt

  • Il ne faudrait pas imposer croyance ou non croyance.

    On peut avoir la certitude que nous ne vivons pas une seule vie et, par le fait, passons par des étapes avec des temps de marche au soleil, avec la foi, si on veut, et d'autres étapes à l'ombre sans la foi ce qui stimule notre questionnement sur l'ensemble des phénomènes que nous ne sommes pas encore en mesure d'élucider.

    Mais il est scandaleux d'accepter l'établissement dans nos pays d'une idéologie nous traitant de "chrétiens" ou de "juifs", et d'autres de "mécréants" qui, tous, brûleront en enfer coran dixit.

    La Bible qui comprend les éléments du coran qui, pour éviter de parler plagiat, s'en est inspiré devrait être le livre de bord des musulmans le coran considéré désormais comme le véhicule ayant donné la possibilité aux musulmans d'aborder dans une orientation de vie qui a su passer des pires violences comme la lapidation (évangiles, la femme adultère) à nos lois susceptibles de s'adapter aux nouvelles conditions de vie.

    Nos églises aujourd'hui peinent à transmettre les Ecritures parce que nous avançons dans l'ensemble des sciences qui, autrefois, incompréhensibles, relevaient d'un mystère prétendu divin. Maintenant nous recherchons le bien-être, la plénitude par la loi universelle d'harmonie (Paul Diel)
    Harmonisation saine des désirs, valorisations sans fausses justifications barrant la voie à la malheureuse banalisation issue de la vanité serpent (satan biblique) symbole de la vanité.
    Ce philosophe, Paul Diel, et psy, est par excellence sans parler religion comme le vicaire ou l'envoyé, un envoyé de celui (évangiles) qui affirmait que tout est vanité.
    On dira que tout est… risque de vanité mère de la banalisation (platitude, bassesse et cupidité) contemporaine qui signera la fin de notre civilisation si nous ne réagissons pas d'URGENCE en refusant la loi du marché sans éthique et cynique de la mondialisation nouvel ordre mondial dont on peut avoir le sentiment qu'il pourrait s'agir de l'antéchrist.

    On ne fait que passer, tout change tout le temps nos cellules y compris mais un fait demeure évident: nous dépendons étroitement les uns des autres.

    Comment vivre en bonne intelligence les uns avec les autres?

    "Ne pas faire à ton prochain ce que tu ne voudrais pas qu'il te fît résume la loi et les prophètes" (Maître Hillel l'Ancien).

    Plusieurs pages ne suffiraient pas à énumérer ce qu'il ne faudrait pas faire subir à l'autre… aux autres. Ne pas lui ou leur faire envie pour ne pas le ou les rendre obsédés pathologiques par ce qu'ils convoitent.

    Participer, apprendre comme entreprendre sans oublier de partager avec équité.

    La Bible n'a jamais interdit aux gens de devenir riches mais une partie de leurs biens doit revenir aux pauvres (annonce de l'ISF en France généreusement supprimé).

  • Sioniste, le sens exact du mot

    https://ripostelaique.com/sioniste-le-sens-exact-du-mot.html

    "Le site catholique de langue française Aleteia a publié le 21 février une tribune de Xavier Patier, haut fonctionnaire et écrivain aussi prolixe que talentueux, sous le titre « Antisémitisme et christianophobie : la vraie convergence ». Un article..."

    https://www.europe-israel.org/2019/02/antisemitisme-et-christianophobie-un-seul-et-meme-responsable/

  • Les antisémites déclarent que les juifs n'ont jamais eu de terre à eux car ils étaient des bédouins.

    Si nous pensons à l'évolution toute l'humanité a commencé en se déplaçant à la recherche de la nourriture pour assurer sa survie sans avoir un pays à proprement parler.

    Persécutés souvent devant se préparer à disparaître, se déguiser et se débrouiller selon les concours de circonstances un aspect d'instabilité a permis aux juifs de développer des aptitudes plus que d'autres en attendant de compléter plus tard également, par choix, selon les centres d'intérêt.

    Ce qui est un avantage avec un risque, un danger: l'arrogance.

    Corriger ce défaut présente encore une difficulté: la fausse modestie.

    Bien qu'allant de soi la référence récurrente aux camps d'extermination des nazis à la longue exaspère plus d'un.

Les commentaires sont fermés.