Entre souverainisme et écologie

En Suisse, les tenants de l’économie circulaire donnent de la voix ; et c’est tant mieux. L’idée est de faire en sorte que les produits fabriqués à l’intention des consommateurs durent plus longtemps ; que leurs éléments en bout de course soient recyclés et qu’un nouvel usage puisse être offert dans un nouveau produit. Évidemment, cela suppose un coup d’arrêt à des pratiques industrielles et commerciales visant uniquement le profit. Coup d’arrêt grâce à un renouveau d’éthique ou contraint et forçé par la loi ? C’est l’éternelle question pour un esprit libéral.


A Davos, tous les regards se sont portés sur cette incroyable adolescente suédoise venue dire sa révolte contre nous tous ; nous tous qui, d’une façon ou d’une autre, gravement ou partiellement, contribuons aux lourdes conséquences de la détérioration du climat. Avec sa légère tendance autiste, son regard fixe, son obstination inflexible, sa souffrance personnelle culpabilisante elle affichait un contraste saisissant avec tous les hôtes capés du Forum invités à discourir. La photo où on la voit rencontrer Christine Lagarde , directrice du FMI, restera dans les archives. Mais tous ceux qui ont été saisis par cette présence sont évidemment bien loin de sa cohérence intransigeante. Qui d’entre eux préférerait prendre le train durant presque quarante heures plutôt que l’avion ? Encore, lorsqu’il s’agit de vols pour des besoins professionnels. Mais qui renonce vraiment aux vols polluants pour ses loisirs et prend le train afin de gagner une destination pas si lointaine en Europe voisine : Paris, Bruxelles, Venise, Florence etc…Et qui est vraiment prêt à vivre en cherchant le bonheur dans le strict nécessaire, comme le préconisent un Philippe Roch ou un Julien Perrot dont on entend parfois les témoignages à la télévision ?


Allons, ne nous flagellons pas trop. Les prophètes font peu d’émules mais ont une influence sur les mentalités. On a vu, en Suisse, ces jeunes manifestant pour le climat ; même si l’un d’eux, en totale incohérence, avouait prendre l’avion pour aller s’éclater dans on ne sait plus quel lieu de villégiature festive. Mais une conscience se fait jour. Cela étant, rien n’est simple. Le Forum de Davos a aussi exprimé des inquiétudes au sujet de la croissance mondiale , qui détermine l’emploi et le niveau de vie. Les gilets jaunes revendiquent tout et son contraire, mais particulièrement un meilleur pouvoir d’achat. Le retour des souverainistes sur le devant de la scène, les éclats de guerre économique entre grands Etats, les cacophonies afaiblissant l’Europe dans le monde, l’effritement de la concertation multilatérale : tout a de quoi nous alarmer. Les prochaines élections européennes pourraient voir les victoires à la fois des Verts et des Souverainistes protectionnistes. On pourrait déboucher sur un nœud de contradictions. Le spectre de la dépression le disputerait alors au cauchemar du désastre climatique.


Un équilibre d’avenir, rassurant pour les générations montantes, n’existera que dans des inflexions fortes et simultanées dans les deux domaines. Il y faudrait des efforts multilatéraux , nationaux, locaux est personnels. Il y a des epérances dans les adaptations possibles pour l’énergie, l’ industrie, le numérique, avec des emplois à la clé; mais il faudrait aussi une évolution dans les comportements.


Sacré défi ! Dans le souffle des prophètes, serons nous pris, peu à peu mais pas trop lentement, dans les vents salutaires ?

Commentaires

  • Votre apostrophe en conclusion montre que vous ratissez dans le sens du poil venu d'Abu Dabi & Cie, aux pouvoirs extra-territoriaux dont en Suisse, dès lors que vous affirmez:

    "Dans le souffle des prophètes, serons nous pris, peu à peu mais pas trop lentement, dans les vents salutaires ?"

    Ne partageriez-vous les soucis des frères Khoury (l'un dans l'immo, l'autre dans 1 cabinet d'avocat) tous 2 intéressés dans leur Capvest, qui a acquis du terrain agricole adjacent à l'aéroport pour rien, histoire d'en profiter un max ?

    Nous avons là l'exemple typique du rôle incontrôlé, de l'influence sur nos politiques, activé par la puissance de la fortune de migrants ripous, auxquels n'échappent pas nos élus.
    C'est gravissime. Ces gens habitués à toute stratégie & corruption se fichent de tout droit Suisse, héritiers richissimes de familles enrichies par corruption dans leurs pays, ont acquis en quelques 2 décades à GE l'assurance des coudées franches: ils savent faire en ce canton, par le seul pouvoir de leur fric. Ces dépositaires de fortunes (le frère avocat, associé d'une Etude de la place, cotoye les mêmes fortunes issues de familles ex-UDSSR), et sait exactement quels rouages activer pour obtenir tout blanc seing politique de nos fonctionnaires, en réponse à leurs seul desiderata.

    Ces pisse-froid en déni de tout droit, opérant au bénef de passe-droits, ne sont pas les seuls: combien d'activités de ce type opérées en toute impunité, dans l'opacité des compromis signés en coulisses de nos administrations, devons-nous encore déterrer, signées

    au mépris de nos lois quoiqu'en lacunes, au mépris de celles que respectent l'ensemble des citoyens de ce canton,

    sociétés privées étrangères sous les radars, actives à la destruction de notre pays?


    Le fonctionnement de notre Canton et République est en question, on a du boulot.

  • Lorsqu'il était temps d'agir, nous étions pris pour des ..., je passe les expressions, ça allait du défaitiste au déprimés pendant que nos élites se faisaient des gueuletons à faire péter une barrique, (niveau gueuletons, rien n'a changer, rassurez-vous), et maintenant des flottes entières de longs-courriers enfument la planète pour se réunir, soit à Rio, Paris et même en Pologne dans l'unique but d'enfumer les esprits, on voit même des 4x4 se parquer discrètement à quelques encablures pour acheminer les bobos déguisés en protecteurs de la planète.

    Pendant que ça hurle au feu sur des sujets, somme tout, peux relevant, les industries continuent avec leurs glyphosates subventions comprises.

    C'est de l'alerte à la population, c'est pénalement répréhensible et nos administrations soutiennent ces abus.

    Le CO2 n'est pas un problème, la végétation adore le CO2 et les animaux adorent la végétation, c'est simplement de l'enfumage permettant aux politiciens d'organiser eux-mêmes l'opposition qui défile dans nos rues.

    Un simple décret permettrait d'éradiquer ce qu'ils appellent pudiquement les "produits phytosanitaires", vous savez ces "sanitaires" que si vous en ingurgitez 1 microgramme, vous êtes cuits, et ils ne font rien, ces poissons utilisés jadis dans l'armement sont répandus par milliers de tonnes et là, les politiques abdiquent.

    L'écologie = agonie lente

  • La Suisse a nettement rejeté le parti écolo, peut-être que si ce projet émanait d'une autres formation, qu'il aurait eu plus de succès !

Les commentaires sont fermés.