Pierre Maudet s’aveugle

De l’Assemblée générale du PLR genevois, mardi dernier, il y a au- moins un fait plutôt positif à relever. Introduite par le Président Alexandre de Senarclens qui a touvé les mots justes, démontré sa classe et son intégrité, elle n’a pas donné lieu à des affrontements oratoires violents. C’est un atout pour préserver l’unité du parti. N’en déplaise à ceux qui, au café du commerce et dans les salons mondains où l’on cause, croient de bon ton d’afficher une critique sans nuances, une suffisance agressive à l’égard de la politique et des politiciens, la confrontation vive et très franche n’exclut pas le respect des contradicteurs. Cela s’appelle l’esprit démocratique et la culture politique suisse. Il faut avoir des convictions, des positions fortes, monter au front mais ne jamais glisser dans l’excommunication généralisée et le mépris.

Cela étant, quelle histoire déplorable ! Quel gâchis ! Quelle situation lourde de conséquences ! Il était évident qu’on allait avoir une assemblée divisée entre ceux qui attendent une démission de Pierre Maudet afin d’assainir un climat pourri et ceux pour lesquels la fidélité au magistrat attaqué, en difficulté reste prioritaire. Un Parti, comme toutes les autres entités de la société, est un cercle où se mêlent des idéaux, des références éthiques, des convictions, un désir de servir mais aussi des jeux de pouvoir, des mégalomanies, des ambitions, des rivalités, des égos narcissiques. Allez dire que l’on ne retrouve pas ce mélange au sein des entreprises, des universités, des organisations humanitaires et même des églises ! On pourrait en donner maints exemples. Partout, il y a des pulsions, des émotions positives et négatives.


Lors de l’Assemblée, les politiciens les plus connus ont été de ceux qui jugent la situation intenable, moralement inacceptable et souhaitent la démission. Ce sont plutôt les militants attachés à la figure du chef qui ont arraché la courte majorité de soutien au magistrat. Une majorité que souhaitait Pierre Maudet, même si, compte tenu des abstentions, cela ne faisait pas une majorité des participants. Une division et des esprits déroutés : voilà l’effet pervers de l’exercice. Naguère, Elisabeth Kopp avait dû démissionner du Conseil fédéral. Or, plus tard, elle fut acquitée par le Tribunal fédéral qui écarta toute faute pénale, Mais sa situation politique, surtout à cause de son mensonge, était devenue intenable. Elle en tira tristement la conséquence.


Dans l’affaire Maudet, on a le même décalage entre le temps de la justice et le temps politique. Peut être, qu’à la fin, Pierre Maudet ne sera pas condamné. Mais la procédure d’investigation va durer des mois. Et quoi qu’il en soit, le mensonge avéré et admis a plombé sa crédibilité politique. La confiance n’existe plus entre lui et ses collègues ; plus entre lui et le Parlement ; plus entre lui et la moitié de son parti ; plus entre lui et le PLR suisse. L’image de Genève en souffre. La méfiance des gens envers les politiciens en est stimulée. La crise interne au sein du PLR risque de lui nuire, déjà, lors des élections fédérales. Et Pierre Maudet, élu comme l’homme fort du Gouvernement, se retrouve avec un dicastère tout rétréci. Il était sur le siège présidentiel. Il est de bizingue sur un strapontin proche d’une sortie de secours.


Tout ce qui faisait la force de l’homme se retourne en éléments négatifs. Il y a confusion entre la volonté de se défendre, la capacité de résister, le désir affiché de poursuivre un engagement et une fausse appréciation de l’intérêt général. Personne ne peut contraindre Pierre Maudet à se retirer. Lui seul est devant sa responsabilité : face à son Parti, aux institutions, aux Genevois. Lui seul peut se demander si son maintien envers et contre tout ne fait pas du mal à Genève. Lui seul est devant sa conscience formée dans une tradition religieuse. En tirera-t-il finalement une conclusion, dans une perception retrouvée de l’intérêt général ?

Commentaires

  • Je me suis abstenu jusqu'alors. Mais là c'est trop.
    Monsieur Eggly, vous avez au moins le mérite d'être fidèle à vous-même et dieu sait si ce n'est pas un compliment dans ma bouche.
    Vous défendez la famille, le parti, la cohésion du groupe et la prépondérance de la formation au niveau national. Vous défendez, envers et contre tout, l'idéologie libérale et pour ce faire vous sacrifiez, à mots voilés comme d'hab, le jeune poulain que vous aviez tant adulé.
    A ce stade je ne puis que saluer la combativité de Pierre Maudet. Non pas tant dans sa lutte pour rester au pouvoir mais plutôt dans les effets visibles du caractère obsolète de notre système politique auquel vous vous accrochez obstinément, aveugle ou réticent de voir enfin le modèle évoluer.
    De grâce, laissez la place aux suivants et acceptez le fait que vous n'êtes plus à la page. Les partis, c'est fini. Gauche/droite de même, Macron l'incarne. Décaillet commence seulement à envisager la suite. Il est un peu plus jeune et très concerné. Prenez-en de la graine.

  • "Naguère, Elisabeth Kopp avait dû démissionner du Conseil fédéral. Or, plus tard, elle fut acquittée par le Tribunal fédéral qui écarta toute faute pénale, Mais sa situation politique, surtout à cause de son mensonge, était devenue intenable. Elle en tira tristement la conséquence."
    Façon de parler. Jean-Pascal Delamuraz l'a carrément éjectée du CF...
    Et peut-être, à ce propos, qu'un Alexandre de Senarclens est trop poli, policé, lisse, pour jouer le rôle qu'il eût fallu jouer : faire comprendre à Maudet que cela suffisait, qu'il devait FICHE LE CAMP et qu'il n'y avait pas d'alternative, et tout cela en tapant du poing sur la table.
    Parfois, en politique, il faut avoir des couilles...
    Pierre Jenni@ Que nous chantez-vous là ? Votre éternel rengaine d'homme amplifié, de citoyen électronique, vos calembredaines de revenu de base et tout ce fourbi de gougnafier moderniste à la mords-moi le noeud ? Pascal Décaillet délire grave. Il soutient la Vème et les gilets jaunes, c'est vous dire...

  • Maudet a incarné un homme d'Etat, maintenant il n'est plus rien. Sa persévérance ressemble à celle de Fillon qui incarne maintenant la chute du LR.
    Dans son fonctionnement, il semble mettre ses intérêts personnels avant le reste. Le PLR était peut-être un simple outil qui servait ses desseins.

    Les entreprises licencient les collaborateurs qui nuisent à l'entreprise notamment lorsqu'il s'agit de réputation.

    Dans la proportionnalité qui s'impose, le PLR doit se poser la question, de son exclusion. Mon opinion est que Maudet est un ambitieux qui est PLR par opportunisme.

  • Pierre Maudet ne tente pas vraiment de revendiquer l`intéret général dans son "combat". Il parait convaincu d`etre la victime d`un lynchage politique hors de proportion avec ce dont il s`est rendu coupable et il se bat pour ne pas etre détruit politiquement. C`est tout. Il se bat pour lui et pour sa famille. A sa place je le ferais aussi. Ne pas oublier que s`il réussit a rester au top de la politique genevoise, nous aurons en lui un politicien non-seulement jeune et dynamique mais aussi dument vacciné contre la corruption.

  • Le dernier autre rejeton du Bilderberg jeune et dynamique, est en train d'instaurer une dictature dans le pays voisin. Alors merci bien, Que ce triste personnage dégage une bonne fois pour toute. Il s'accroche comme une moule à marée basse simplement parce qu'il a baigné toute sa vie dans le milieu politique et qu'il n'a aucune solution de rechange. En clair, il ne sait rien faire d'autre.

    Et Jenni, malgré le dénigrement systématique de Géo, vous avez tout à fait raison. Le système des partis doit mourir une bonne fois pour toute. Regardons la Belgique, ils ne se sont jamais aussi bien porté que sans gouvernement.

  • @JJ
    La réaction normale est de démissionner, faire son mea culpa, et se représenter devant le peuple. Il a été élu en mentant aux électeurs. Et là, il y a quelque chose de vraiment très très gênant. Si ce n'était qu'une petite chose, pourquoi cette organisation du mensonges. L'apparence fait penser qu'il y a beaucoup plus.

    Plus il y a de choses à cacher, plus les personnes mettent de l'énergie à organiser des mensonges.

    "Vacciné contre la corruption" ? Qui peut le dire.
    Vous avez peut-être raison mais il restera un très gros doute suite à son obstination. Les électeurs auraient eu plus confiance après une démission.

    Au CF, Maudet est cuit. Reste à savoir si la décision de la base ne va pas se retourner contre un autre candidat PLR genevois.

  • Monsieur Eggly, je ne suis pas Libéral... de très loin... Mais je vous reconnais une crédibilité et un bon sens qui va au delà des clivages partisans. J'ai toujours apprécié vos prises de position pondérées et raisonnables. C'est pour ces raison que je vous soutiens pleinement dans cette analyse concernant l'aveuglement de Pierre Maudet. Il a les défauts de l'enfant gâté : pas d'obstacles dans sa vie et sa carrière, jamais d'emploi rémunéré avec la pression du rendement, réussite insolente et facile... Il a fauté d'une manière inadmissible et impardonnable. Il doit partir... simplement...

  • " et il se bat pour ne pas etre détruit politiquement."
    Il n'y a pas que maudet qui est aveugle...

    Il est DEJA mort politiquement. Et ce ne sont pas les trois centaines et demies de voix qui l'ont soutenu qui vont changer quoi que ce soit. Au contraire il entraîne "son" parti dans sa chute. Plus personne (à part ses clients et des naïfs comme vous) ne pourra le respecter. Tout un chacun pourra l'apostropher en lui rappelant ses mensonges, son amour de l'argent et son narcissisme. Mark Muller avait démissioné pour dix fois moins.

    Maitenant c'est au CE à prendre ses responsabilités face à un lâche et un menteur qui s'accroche comme une tique sur une vache à lait. La République ne méritait pas ça.

  • Je ne suis pas PLR, même si mon vote en est le plus souvent proche. Je ne suis même pas genevois, et n'ai jamais voté ni pour ni contre M Maudet. Finalement, je suis éloigné du monde politicien. Mais dans le monde de l'entreprise, que lui je connais bien, le traitement réservé à M Maudet s'apparentrait fort à une campagne de mobbing... et sela, je ne peux le cautionner! L'affaire a semble-t'il commencé par une vengeance des syndicats de police. Ensuite, M Jornot a jeté de l'huile sur le feu. De l'huile? Du napalm plutôt! Quid de ses motivations?
    M Maudet a peut-être bien fauté, et l'instruction doit se poursuivre, mais hors des mains du parquet genevois, qui est clairement juge et partie. Dans l'attente de soit une condamnation pénale, soit d'un nouveau verdict des urnes, M Maudet a raison de se battre, "unguibus et rostro", et honni soit qui mal y pense!

  • Notre grand ami Eggly chantre de la démocratie et de la morale ... On aura tout vu ! Rien mais vraiment rien ne nous aura été épargné. L'affaire Maudet est décidément le bal des tartuffes, la messe des faux-culs. L'homme qui a activement participé à une armée parallèle, a dissimulé des informations aux Institution de ce pays se pose maintenant en gardian du dogme. Sans vergogne sans le moindre souci de modestie et d'auto-critique. Vive Genève.

  • Extraordinaire! J’ai rencontré aujourd’hui une personne que pensais ne pas exister: une députée de GAUCHE au GC genevois qui soutient M Maudet, et déplore amèrement le mauvais procès qui lui est fait. Instances, élus du PLR, si M Maudet a certes fauté, vous êtes bien responsables d’avoir transformé ce regrettable incident en crise!

  • "Extraordinaire! J’ai rencontré aujourd’hui une personne que pensais ne pas exister: une députée de GAUCHE au GC genevois qui soutient M Maudet, "
    J'essaie de deviner... Mme Orsini?!

    "L'homme qui a activement participé à une armée parallèle,"
    Le capitaine maudet a créé une armée parallèle???!
    Et la presse n'en parle pas?!!!

  • Vous préférez ne pas publier mon précédent commentaire, Monsieur Eggly, et c`est votre droit mais ne croyez-vous pas qu`en soutenant implicitement la chasse aux sorcieres contre Pierre Maudet, vous ne faites que prolonger une hystérie collective qui risque au final de décrédibiliser totalement la politique aux yeux des électeurs genevois? Qu`on leur demande donc, a ces électeurs, s`ils n`en ont pas plein les bottes de "l`affaire Maudet"? Comme je `ai déja écrit, si l`on veut bousiller la carriere politique de PM pour un mensonge, que l`on bousille aussi les carrieres de ces quelques politiciens qui ont un tant soit peu confondu (ce n`est pas la quantité qui importe) les deniers publics avec leur tirelire personnelle.

  • J’aurais quand même voulu savoir le pourquoi de tous ces cadeaux!
    Je suis quand même étonnée de ces cris d’orfraies de l’extrême gauche genevoise, la première à manifester aux côtés des maghrébins - gratuitement ? - contre Israël, envers la générosité de moyens-orientaux, jamais refusée à ce jour, et plutôt accueillie à grands bras? Pourquoi toute cette hypocrisie? Parce que PLR? Parce que pas le Qatar? L’Iran? Dont on sait la mauvaise entente avec les Émirats. Pourquoi pas ouvrir des enquêtes du côté de ces partis - qui se veulent blancheur collombe - qui se sont acharnés sur Maudet ?

Les commentaires sont fermés.