26/11/2018

Pour un Conseil fédéral moteur

Ouf ! L’Initiative de l’UDC a fait chou blanc. N’y revenons pas. Ah, si la mobilisation avait été pareille contre celle sur l’immigration, tout serait plus facile. Depuis trop longtemps, l’UDC dicte le calendrier politique en matière de politique étrangère. L’actuel Chef du Département a commencé par laisser du flou sur la conduite des affaires, sur la ligne à suivre dans les négociations avec l’ Union européenne. On a eu un peu l’impression, qu’à force de tâter le terrain politique intérieur, le Gouvernement risquait de ressembler à un Général qui laisserait des troupes diséminées s’aventurer au hasard sur un champ suspecté de contenir des mines à retardement ; quitte à reprendre le pilotage si ça n’explosait pas trop. Exagération ? Oui, mais c’est pour carricaturer une impression ressentie.

Dans une chronique, l’ancien Ambassadeur François Nordmann a parfaitement décrit un risque de dérive institutionnelle. La politique étrangère est une matière complexe qui exige un engagement clair. C’est pourquoi cette responsabilité doit être , en amont, le propre du Gouvernement. A lui, ensuite, de s’engager pédagogiquement devant le Parlement et, au besoin, démocratiquement devant le peuple. Qu’il consulte avant, soit. Mais c’est à lui d’éclairer la route , de négocier en solidité et crédibilité avec nos partenaires.


Le résultat de la votation devrait remettre notre gouvernement fermement en selle. A lui, malgré ou avec le Brexit anglais, en obtenant des garanties sociales légitimes, de négocier un Accord général de principe et de procédures avec l’UE. A lui,ensuite, de s’engager devant le Parlement et devant le peuple avec conviction. Karin Keller-Suter a dit qu’elle voulait un Gouvernement collégial reprenant mieux l’initiative politique. Raison de plus pour souhaiter son élection le 5 décembre. Personne ne veut d’un Gouvernement autoritaire. Ce serait contraire à nos institutions et à notre culture. Mais on veut un Conseil fédéral -moteur ; pas un semi-remorque.

12:51 | Lien permanent | Commentaires (18) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Karin Keller-Suter, vous voulez dire la présidente de la Chambre haute qui a fait basculr le vote sur l'huile de palme le 25 septembre dernier ?
Non, certainement pas en ce qui me concerne. Mais comme je n'ai pas mon mot à dire et que vous censurerez certainement mon commentaire...
https://painpourleprochain.ch/decision-serree-sur-lhuile-de-palme-au-conseil-des-etats/

Écrit par : Pierre Jenni | 26/11/2018

Puis... en pastichant Simone de Beauvoir: "On ne naît pas conseiller fédéral on le devient.
Enfant, élève: excellence de rigueur
Individualisme voire égoïsme forcenés

c'est dans l'air du temps

Un pasteur toujours élégamment vêtu se présenta un jour avec un pull en laine pendant, trop large, bref! tout et n'importe quoi

à l'image de notre monde contemporain "tout et n'importe quoi"!

Opacité du Nouvel Ordre Mondial
Diktats de Bruxelles

Migrations

Les peuples qui observent… en Suisse, par exemple, l'UDC vient de se prendre une formidable "claque", certes, mais en cas de victoire de l'UDC quelles nuances dans les appréciations du ou des mêmes auteurs!?

Pas facile… d'être conseiller fédéral!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/11/2018

Il me semble qu'elle a également eu une position anti-sociale au sujet de l'AVS.
N'a-t-elle pas dit que l'augmentation des rentes AVS est "irresponsable"?

https://www.rts.ch/info/suisse/8911522-l-augmentation-des-rentes-avs-est-irresponsable-dit-karin-keller-sutter.html

Écrit par : G. Vuilliomenet | 26/11/2018

Ne vous en faites pas monsieur Eggly, il lui faut du temps, parfois beaucoup de temps, mais le peuple fini toujours par se réveiller et ouvrir les yeux, comme on le voit ces jours en France:

https://www.youtube.com/watch?v=FyX4F7y2RFM

Écrit par : Marianne | 26/11/2018

On aura un Conseil Fédéral caisse d’enregistrement de Bruxelles. Remplaçons le par des robots ça nous coûtera moins cher.

Écrit par : norbert maendly | 26/11/2018

J'ai aimé ce passage du commentaire de Mme Myriam Belakovsky: "Tout et n'importe quoi!"
Une formule qui s'applique parfaitement à ses commentaires, où elle fait régulièrement intervenir des pasteurs. Elle les préfère "élégamment vêtus" mais ne les aime plus quand ils portent "un pull en laine"!
Je vais immédiatement jeter à la poubelle le pull que ma soeur m'avait tricoté avec amour.

Écrit par : Mario Jelmini | 26/11/2018

Elle peut bien être contre l'augmentation de l'AVS avec ses jetons de 43 conseils d’administrations.

Écrit par : norbert maendly | 26/11/2018

M. Jelmini assume ses lignes.

L'image du pull porté par un pasteur connu pour être un remarquable pédagogue "volontairement dérangeante pour qui le connaissait", nous étions une dizaine de personnes, était "parlante" en rapport avec notre approche de quelques versets évangéliques.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/11/2018

Monsieur Eggly,

Je souhaiterais développer vite l'histoire de ce pull pour montrer que nous recevons toujours selon notre vécu et ouvertures…

Le pasteur avait éventuellement reçu ce pull tricoté par l'une de ses proches parentes à laquelle en le portant il avait témoigné de sa gratitude pour le soin et l'amour apportés au tricotage l'emportant sur le résultat

mais quelques semaines auparavant une autre personne sensible à un spectacle concernant Orphée avait raconté qu'Orphée finissant par se complaire dans sa souffrance... sur scène l'amour arrivant par les airs lui passait carrément un "savon"… et la lyre d'Orphée brisée au fur et à mesure se reconstruisait… le pull, au ressenti de la personne, disant le désarroi d'Orphée

Or le pull en question était de la couleur même du vêtement d'Orphée: rôle chanté par une parente de la personne présentement anonyme en un concert à Saint-Sulpice.

Il y a toujours, Monsieur Jelmini, possibilité de choisir entre être un "être trait d'union" ou un être flèche de discorde.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/11/2018

Vous avez raison, mais si l'UDC a réussis à dicter le calendrier, c'est qu'il y a un grand mécontentement d'une partie de la population.

Le durcissement de l'asile notamment, demandé par le peuple a été entendu, c'est ce qui permet d'inhiber l'UDC.
Si l'UDC est le parti qui peut inventer le fil à couper le beurre, ce parti est néanmoins important pour que la Suisse s'adapte au plus vite, parce que beaucoup d'élus sont déconnectés de la réalité. Cette adaptation évite des colères, donc des mesures extrêmes.

Ce n'est pas la Suisse mythique qui fait leurs succès ni leurs obsessions maladives contre l'UE, mais il incarne le parti qui veut revenir à des valeurs bien suisse. Sa faiblesse, c'est qu'il prône le libéralisme anarchique.

Depuis les années 60 où la population s'est débarrassée du patriarcat et en même temps des contraintes sociales, le libéralisme et le mondialisme ont tué l'âme de la Suisse, du moins ce que ressentent beaucoup de personnes.

Le politique froide en faveur de l'économie n'a plus sa place. La dernière crise mondiale est certainement la source du populisme. La négation de l'humain a créé un mouvement de colère contre l' "élite".
Il est temps de penser "humain". L'argent est nécessaire, mais la qualité de vie encore plus. Commençons par ne plus dégrader cette vie avec des ouvertures de magasins dominicales.

Écrit par : motus | 27/11/2018

L'Europe part en sucette, attendons les résultats et la fin de l'Europe, ensuite on verra !

Écrit par : Corto | 27/11/2018

Surpris en bien, je serais encore prêt à vous donner le bénéfice du doute et mettre sur le compte de la naïveté de ces vieux briscards de la politique libérale humaniste du siècle dernier vos envolées lyriques.
Fidèle à votre famille, aveuglé par une idéologie qui n'a plus de support puisque le marché n'a plus rien à voir avec la valeur ajoutée et la création de richesses, la prospérité du plus grand nombre, vous militez pour l'élection d'un PLR à la succession de Schneider-Amman.
A mon tour de faire preuve de naïveté en pensant qu'avec l'âge vous auriez pu commencer à vous lâcher et nous faire part de ce qui vous triture au fond.
Ben non, vous participez à la fuite en avant de votre formation qui a atteint son pic et qui va sombrer irrémédiablement.
Je vous considère comme responsable. Car vous n'aurez pas exprimé vos sentiments profonds pour permettre la mutation de votre formation vers les valeurs humanistes qui en ont fait sa grandeur à un époque décidément révolue.
Je ne me reconnais plus dans les valeurs véhiculées par les libéraux et je suis sidéré de voir à quel point j'ai pu me tromper en votant durant plus de 20 ans pour ce courant de pensée.

Écrit par : Pierre Jenni | 27/11/2018

@ Myriam Belakovsky, qui n'aime pas les pasteurs en pull.
Alors là, j'en reste baba! Effectivement: un pasteur qui interprète certains versets de l'Évangile autrement que vous, ça ne devrait pas exister!
En matière de trait d'union, chère Myriam, vous vous posez un peu là.

Écrit par : Mario Jelmini | 27/11/2018

Comme Pierre Jenni, je trouve votre billet très décevant. Totalement aveuglé par la détestation de l'UDC, vous n'avez rien écrit contre la campagne incroyablement mensongère de votre camp : "6000 traités internationaux seront immédiatement caduques si cette initiative passe", "il n'y aura plus de lois en Suisse et donc on pourra tuer, voler et violer sans problème puisque les seules lois en Suisse proviennent de la CEDH", etc, etc. Du vrai Goebbels, comme on en n'avait jamais vu en Suisse. Je ne me sentirais pas bien à votre place...

Écrit par : Géo | 27/11/2018

Décidément, que de mauvais perdants depuis dimanche.

Écrit par : Raison garder | 27/11/2018

P. Jenni a très bien exprimé ce que tant de gens pensent.

Voici une chanson pour M. Eggly qui devrait bien en écouter les paroles, car de toute évidence il n'entend pas l'oiseau chanter:

https://www.youtube.com/watch?v=QKfkmJ8-bX8

Écrit par : Mathilde | 28/11/2018

"Prenez garde à ceux qui n'ont rien", répète la chanson à laquelle renvoie le commentaire de Mathilde.

Ceux qui n'on rien? Dans notre société d'abondance, en Suisse, nous possédons tous ou presque un logement confortable avec cuisine agencée, l'eau à la fois courante, potable et chaude, une télévision, un ordinateur, un téléphone portable, une voiture, etc. Nous avons droit à minimum quatre semaine de vacances payées par an et avons normalement congé le samedi, le dimanche et les jours fériés. Et personne ne souffre de la faim.
En bref, nous vivons dans le luxe!
Cela, nous ne nous en rendons même plus compte et ne cessons de réclamer toujours davantage. Est-ce raisonnable?

Pour ma part j'ai 73 ans, pas de fortune et des revenus qui font de moi un contribuable modeste, de sorte que je perçois de l'État de Vaud un subside mensuel de Fr. 83.-- pour le paiement de ma prime d'assurance-maladie obligatoire (merci M. Maillard). Je ne me considère pas pour autant comme défavorisé mais bien plutôt comme privilégié, car je ne manque de rien; en fait, j'ai tout (nous avons tous) ce qu'il faut pour être heureux.

Tout ce qu'il faut pour être heureux et nous devrions nous plaindre?

Écrit par : Mario Jelmini | 28/11/2018

Retour sur l'affaire du pasteur en pull, qui a tant choqué Mme Belakovsky.
Si Jésus avait le pouvoir de renaître de ses cendres et de revenir parmi nous, croyez-vous qu'il se ferait un point d'honneur d'être "toujours élégamment vêtu" et ne se présenterait jamais en pull? C'est si important l'habillement? Ne dit-on pas que l'habit ne fait pas le moine?

Écrit par : Mario Jelmini | 30/11/2018

Les commentaires sont fermés.