19/05/2018

Sur Maudet ça suffit!

Depuis une semaine, certains médias genevois font d’une erreur de Pierre Maudet une affaire gravissime. Oui, le magistrat a fait preuve d’imprudence, de naïveté et d’une temporaire perte de conscience du risque de confusion des genres. C’est regrettable. Lorsque l’on occupe une telle charge, la vigilance constante dans ce domaine est de mise. Le malaise qu’il a ressenti très vite au sujet du financement et des conditions de ce voyage montre qu’il l’a finalement compris ; mais clairement un peu tard. C’était il y a deux ans et demi. La dénonciation tardive qui a révélé ce fait n’émane évidemment pas d’un esprit pur, qui serait animé par le seul souci d’éthique. Le désir de nuire est évident ici. Mais passons…


Oui, un journal, une radio sont dans leur rôle en informant le public sur tel ou tel dérapage d’une personnalité politique. Rien à dire là-dessus. Toutefois, si ce rôle est vraiment branché sur l’éthique, un critère essentiel est celui de la proportionnalité. Ajoutons la prudence et la rigueur professionnelle qui doivent encadrer cette mission d’investigation et d’information. Une balance doit évidemment être tenue entre d’éventuels accusateurs et la personne visée. En somme, être journaliste d’investigation, ce n’est pas être procureur-accusateur. A l’heure actuelle, il y a probablement des journalistes qui admirent par exemple Mediapart et son responsable Eddy Plenel. Heureusement, on a pu entende aussi des journalistes français de très bonne réputation avoir un regard très critique sur ce Média, et sur ce personnage ambigü qui n’exhale un parfum ni de pureté, ni d’objectivité. Ce n’est vraiment pas un modèle.


Nous avons personnellement trop fréquenté, au cours de notre parcours journalistique, les réunions de rédaction pour être, à notre tour, de vieux naïfs. Le phénomène d’auto-allumage, la trouvaille de l’os qu’il faut exploiter à fond, la stratégie du feuilleton , jour après jour, afin de peser sur la suite des événements, la mise en évidence par des affiches et des titres accrocheurs susceptibles de capter des lecteurs, une ambiance d’excitation du chasseur : tout cela nous le connaissons fort bien. On ne nous la fait pas. Le manteau du chevalier blanc gardien de la vertu démocratique poursuivant les fautifs et les égarés est un manteau qui peu cacher bien des choses. L’homme est complexe ; le journaliste donc aussi. Ce dernier devrait d’ailleurs se souvenir que, pour l’indice de confiance au sein de la population, il partage un score peu enviable avec le politicien. De quoi rendre l’un et l’autre modestes.


Mais revenons à Pierre Maudet. La faute est patente. L’étonnement devant l’imprudence est exprimée. Faut-il en ajouter et en rajouter encore ? Non ! Il se trouve que cette histoire de voyage malencontreux cadre très mal avec la personnalité d’un homme connu pour être sobre, aux loisirs simples ; bref très éloigné du monde de La Jet-Set. Ce détournement d’image est donc vraiment bête. Va-t-on dès lors poursuivre avec cette image là un homme dont nous sommes convaincu de l’honnêteté fondamentale ?


Mais il y a beaucoup plus à considérer. Pierre Maudet , élu dès le premier tour au Gouvernement, est un homme d’Etat pivot pour Genève. Il est devenu connu en Suisse. Notre Canton aurait grand profit à le retrouver à la présidence du Conseil d’Etat, présidence accompagnée de la direction d’un Département. On devrait compter sur lui pour une conjonction d’équilibre, de cohérence et de dynamisme gouvernemental durant la législature qui s’ouvre. Va-t-on gâcher cette chance, diminuer sa marge d’action politique dans l’intérêt de Genève ? Oh, la réponse vient. C’est lui qui a gâché les choses avec cette affaire. Encore une fois, l’erreur est indéniable, reconnue. Mais une autre erreur, plus néfaste, serait de perdre le sens de la mesure, le critère essentiel de proportionnalité, la capacité de résister au goût de la chasse à l’homme et à la satisfaction professionnelle de tirer en longueur sur un bon coup.

En un mot comme en cent : sur Maudet, ça suffit. Laissons le maintenant travailler, avec tout son potentiel, au service des Genevois et de Genève.

 

17:37 | Lien permanent | Commentaires (29) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il y a plus grave à considérer, au vu du nombre inexplicable de bulletins déclarés nuls lors des votations, soit plus de 3.35% des votants,

et comme tout Suisse votant concerné, j'osais espérer que cela vous concerne, de votre point de vue d'ex

- chroniqueur au Journal de Genève, puis au Nouveau Quotidien et enfin au Temps.

- en tant qu'ex conseiller national libéral et ex-Président de l'Organisation des Suisses de l'étranger ainsi qu'au titre de vos responsabilités

- en tant que co-président de la Constituante de Genève de 2012, dont entre autres l'art. 3, dont le principe contrevenu depuis 2013 semble avoir quelques difficultés à voir son application respectée - et voit sa mise en application en 2018 contraire au principe voté en 2012.

Écrit par : divergente | 19/05/2018

Je ne suis pas sûr que votre billet lui rende service.
Je suis aussi étonné par ce voyage qui ne lui ressemble pas. Et je je demande pourquoi les enquêteurs et les médias ne mettent pas un peu le focus sur son directeur de cabinet. Malheureusement, le chef couvre ses troupes. C'est une règle.

Écrit par : Pierre Jenni | 19/05/2018

Evidemment, il est tellement plus facile de brandir un règlement, une loi plutôt que d'envisager l'envergure du panorama.
OK, il y a eu un fait mais depuis lors, Maudet a montré ses capacités et donner les preuves qu'il mérite largement le verdict des votations. Pourquoi lui pomper le sang avec une histoire plutôt que lui laisser un maximum de force-s pour affronter un mandat dont la pratique requiert un grand engagement.
Ou alors, que ceux qui critiquent prennent le poste de Conseiller d'Etat et verront alors s'ils peuvent faire autant que notre élu!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19/05/2018

@ Pierre Jenni : "le chef couvre ses troupes. C'est une règle"....

.... Vous devriez en parler avec M. Cudré-Maudroux, il a certainement un avis légèrement différent sur la question !

@ Jacques Simon-Eggly : je pense que les choses ont bien changé depuis le moment où vous étiez actif en politique et dans le journalisme : aujourd'hui on exige de la transparence, de l'honnêteté et une information claire, complète et véridique. Et dans cette affaire il y a encore beaucoup trop de zones d'ombre et de questions ouvertes, l'attitude de M. Maudet en est -hélas- la raison évidente.

Écrit par : A. Piller | 19/05/2018

Maudet ça suffit! effectivement : Démission

Écrit par : Dupuis | 19/05/2018

Et si on faisait les comptes?
Il a versé 4.000.- à des églises... En tant que conseiller d'Etat ou personne privée? Et la laïcité? S'il n'avait été qu'un simple citoyen comme vous ou moi, aurait-il été invité? Vous connaissez la réponse. Moi aussi. Dans ce monde il n'y a pas de cadeau gratuit. Surtout quand on voyage avec son subordonné... et sa famille comme alibi. Sans "invitation" serait-il allé à Abou-Dhabi? Formule 1? On voit plus et mieux à la télévision que sur place. Donc déplacement = "public relations".

Maintenant le coût estimé du voyage est de 20.000.-. A qui va-t-il faire don des 16.000 francs qui manquent? Encore les églises? Des partis politiques? Le WWF? Greenpeace? J'arrête là, car nous savons qu'il ne va jamais verser un sou de plus à quiconque.

Écrit par : Daniel | 19/05/2018

« Sur Maudet ça suffit! »

Vous avez raison. Il est très bien ce garçon. Il en faudrait tant et tant comme lui dans ce pays.

Maudet est atypique, il est très redouté dans les "hautes sphères" à gauche, qui craignent de le voir arriver au CF.

Écrit par : petard | 19/05/2018

A. Piller : vous écrivez : "aujourd'hui on exige de la transparence, de l'honnêteté et une information claire, complète et véridique." Effectivement, quand il s'agit d'un événement précis. Souvent, c'est pour mieux cacher une dimension et pour éviter de mettre toutes les cartes sur table, ce qui gênerait bien des personnes qui n'apparaissent pas dans un premier temps.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19/05/2018

Ce qui est évident, c'est que cette affaire sort juste après les élections, ce qui laisse dubitatif !

Y aurait-il eu des arrangement dans le rayon casseroles, que !

Écrit par : Martin | 19/05/2018

Lorsque le premier ministre israélien reçoit quelques cigares et bouteilles de champ, la planète entière titre en première page "démission" et toute la fanfare reprend in-peto !

Là, il s'est passé quelque chose et ne compter pas sur une enquête approfondie, n'y compter pas, ce qui a mobilisé une dizaine d'enquêteurs et 5 interrogatoires coté israélien sera tout aussi mystérieux après qu'avant !

Écrit par : Martin | 19/05/2018

Monsieur Eggly, vous venez rajouter une couche de lustre sur le magistrat, soit !

Mais derrière vos lignes, je n'apprend rien de plus que le mystère que laisse cette affaire dans le contexte actuel.

Soit vous apporter des éclaircissements sur le dossier et dans ce cas, vous avez des arguments probants pour défendre la cause, soit vous n'avez rien à nous apprendre et dans ce cas, vous ne faites que faire ce que vous reprochez à ceux que vous visez !

Lorsque l'on a les 2 pieds dans le bousin, la règle de l'abstinence est d'or.

Mais, vous qui êtes certainement bien mieux informé que le citoyen, pourquoi ne cherchez-vous a apporter des éclaircissements sur ce dossier ?

Parce que vos contorsions dans ce billet, ne font que d'ouvrir encore plus, la boite de pandore !

Écrit par : Corto | 20/05/2018

Pourquoi les élus socialistes ne démissionnent pas lorsque des affaires plus graves les concernaient: Salermo et Sommaruga lorsqu'ils étaient ensemble vivaient dans un appartement au loyer modeste d'une caisse de pension. Ces personnes sont toujours en place.
Mais pour Mark Muller qui occupait aussi un appartement à loyer faible, les journalistes s'en sont pris à lui avec virulence. Il a dû démissionner.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 20/05/2018

"Va-t-on dès lors poursuivre avec cette image là un homme dont nous sommes convaincu de l’honnêteté fondamentale ?"

Hmmm ...

"L'honnêteté" est un valeur un peu galvaudée de nos jours dans ces bulles de d'information, de désinformation et de réinformation dans lesquelles nous passons beaucoup de temps.

Personnellement, pour permettre à Monsieur Maudet de me convaincre de son "honnêteté fondamentale", je crains que Monsieur Maudet ne doive me convaincre auparavent de son ... ignorance fondamentale, ... ou de sa naïveté fondamentale, ... ce qui devrait être assez facile après la grande promotion par ses parrains et marraines du crû immo-financier genevois de sa jeunesse et de son _jeunisme_ fondamentaux dans "cette image là".

Écrit par : Chuck Jones | 20/05/2018

Et si on parlait de cette "invitation":
https://mieuxprevenir2.blogspot.md/2015/06/club-de-bilderberg-les-maitres-du-monde.html

Écrit par : Daniel | 20/05/2018

Monsieur Eggly, vous écrivez "le critère essentiel de proportionnalité". Je suis politiquement au centre droit. Je suis cependant aussi d'avis que vous auriez pu écrire les cinq même mots concernant Mme Anne Emery-Torracinta qui elle a été attaqué AVANT les élections. Bien à vous, Patrick Wehrli

Écrit par : Patrick Wehrli | 20/05/2018

Monsieur Maudet a trahi la confiance du peuple, c'est une évidence. Il a reçu des avantages dans le cadre d'une attribution de marché public. Il est doit donc démissioner. Ce n'est pas la presse a qui l'on a offert un voyage à 20.000 Frs voire plus pour un élu et deux fonctionnaires. Des loisirs simples comme vous dites. Il doit démissionner sur le champ. Monsieur Eggly vous confondez la faute et le messager de la faute. Qu'allons-nous apprendre sur d'autres marchés publics? La droite se mobilise pour attester de l'erreur, de l'imprudence.Et s'il y avait collusion volontaire ? Corruption passive ? C'est à la justice d'en décider et c'est la raison pour laquelle Maudet doit partir. De toute manière sa carrière politique a pris fin la semaine dernière.

Écrit par : Anastase de Saint-Senestre | 21/05/2018

Le probleme, c`est le précédent créé en laissant passer. A la maniere du vers dans le fruit, cela risque de fragiliser le systeme en baissant sensiblement le seuil de tolérance. On laissera probablement passer, car personne n`osera prendre sur soi, a la fois humainement et politiquement, de briser en pleine ascension une telle carriere politique. Je ne le ferais probablement pas moi-meme, mais je suis un tendre. Ce qui fait aussi malaise, c`est que beaucoup demandaient la peau d`Anne Torracinta pour bien moins que ca. Sale affaire.

Écrit par : JJ | 21/05/2018

Monsieur Maudet n'est plus crédible

Écrit par : Dupuis Jean | 21/05/2018

"Il a trahi la confiance du peuple".
Rectification, vu le dernier taux de participation pour le théâtre des marionnettes, il a simplement trahi les demeurés qui croient encore à cet ersatz de démocratie.

Un peu comme ton ami Remy sans famille, qui lui en revanche a été condamné par la justice, mais qui squatte encore au CM de la Ville, comme le cloporte rouge caviar qu'il est.

Quand à Maudet, on devrait lui filer le même pourboire que les esclavagistes en robe de chambre filent à leurs employés de l'aéroport.

D'ailleurs, les affaires des employés fichés S, Pierrot les a-t-il tous foutus dehors ou est-ce encore en attente de meilleures conditions météorologiques ?

Tous ces politiciens devraient finir dans une fosse à purin.

Écrit par : Laurent Lefort | 21/05/2018

Bonjour Monsieur,
Je ne comprend pas votre message qui dit tout et son contraire.
Vous fustigez les journalistes qui font leur travail et exigez qu'ils fassent leur travail convenablement.
Vous nous assurez que M. Maudet à fait une erreur et qu'il l'a reconnue et derrière vous nous affirmez qu'il est honnête.
Un peu de cohérence dans vos propos serait la bienvenue.
M. Maudet a joué et perdu, comme il l'a fait à plusieurs reprise et sans qu'on n'en parle de trop. Débouté dans l'affaire Cudre-Mauroux, dans l'affaire du grade du cdt de la police municipale, dans le cadre des congés aux prisonniers et dans l'affaire de la Paquerette et de sa directrice.
Ce monsieur, bien qu'excellent sur pleins de point, est une personne qui agit souvent avant de réflechir et ensuite qui met ou fait mettre la pression pour qu'on noye le poisson. Cette fois c'est raté et il va devoir assumer ses erreurs.
Je ne pense pas que Berne et le CF aient besoin d'un homme impulsf et achetable à si bon prix. Il y en a déjà assez dans le lobby des assurances maladies.

Écrit par : Stephane Helba | 21/05/2018

Comment ce voyage effectue en 2015 sort juste après la brillante élection de Pierre Maudet??? Certes il y a maladresse et peut-être naïveté de sa part,,et aussi une certaine méconnaissance des pratiques du pays hôte. Mais chercher à qui profite le crime devrait aussi interpeller ceux si prompt à jeter l’opprobe!

Écrit par : Bas-bleu | 21/05/2018

"ton ami Remy sans famille, qui lui en revanche a été condamné par la justice,"

A quelle occasion a-t-il été condamné par la Justice ?

Écrit par : Curieux | 21/05/2018

Ne cherchez pas de midi à quatorze heure, les socialos cherchent la première place pour les élections fédérales de 2019 !

Il serait logique que Genève envoie son candidat au CF, souvenez-vous comme christiane Brunner avait été grillée par Ziegler, lorsqu'il a publié des photos de jeunesse avec Christiane en tenue d'Eve dans un jardin lors d'une très chaude journée d'hiver, le Jeannot espérait remporter un siège au prochain tours, c'est à dire qu'en 93, ils privilégiaient une candidate féminine, mais une fois remplacée par une femme d'un autre canton, Jeannot se réservait toutes ses chances 4 ans à l'avance, le PS avait bien joué en domiciliant Ruth à Genève !

Donc, la technique "Jean Ziegler" semble se remettre au service du PS !

La tentative sera vaine, car mal agendée, le premier grief est d'avoir attendu 3 ans pour sortir la patate chaude, enfin tiède, voir carrément froide !

Finalement, le seul reproche est de s'être tu, difficile à emmancher !

Écrit par : Corto | 21/05/2018

Pour rappel, il existe une procédure contre inconnu de la part du ministère public

Écrit par : Steve Roeck | 21/05/2018

Le Pagani, lui, s’accroche! On aurait bien plus à lui reprocher qu’a Maudet. Tous ces socialos gauchistes ne l’aiment pas car il Ne s’est pas plié ni rampé ventre à terre devant ses interlocuteurs pro et les Ramadan sur le plateau d’infrarouge DANS DEUX ÉMISSIONS!

FICHEZ-LUI LA PAIX BANDE D’HYPOCRITES! C’est gratuit quand les soialosgauchistes défilent contre Israël!?

Écrit par : Patoucha | 21/05/2018

Il est du plus en plus détestable du point de vue "humain" le Maudet, à mon avis, il l'a toujours été. Et là, je préférerait parler d'une certaine forme d'autisme commune à pas mal de politiciens, je ne parle pas seulement de cette "sacrée" langue de bois, mais en le voyant sur l'écran, je me suis dit, que c'est un gars qui consciemment qui vient s'expliquer pour ne pas s'expliquer et malgré sa mise en scène hyper-calculée on voir très bien que le gars n'est pas bien dans ses bottes et qu'il trimbale dans son discours, une bonne dose de mépris, de morgue !

Si la droite continue dans cette voie, ne vous étonnez pas de voir les populismes grimper, ma conclusion : l'idole de Maudet, c'est Macron !

Écrit par : Corto | 23/05/2018

"l'idole de Maudet, c'est Macron !" Ouais, et alors ? Vous lui reprochez quoi, à Macron ? S'il échoue, les socialistes et les syndicalistes vont définitivement ou pour le moins longtemps plomber ce pays. Vive Macron, la dernière chance de la France...

Écrit par : Géo | 23/05/2018

Ne dit-on pas : "que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre" !

A lire les différents commentaires tant sur ce blog que dans les autres articles parus, je me pose la question de savoir combien de "vrais" électeurs en discutent.

Écrit par : M.A. | 23/05/2018

M.A., je n'ai été du coté des socialos, mais j'ai très bien connus André Chavanne, coté radical j'ai eu le privilège de rencontré Gilles Petitpierre, c'était une autre époque, les contraintes étaient sans doute moins imposantes. Des personnes qui avaient le feu sacré, dans ce gouvernement, nous avons à faire à des techniciens, des êtres peux sympathiques, loin des réalités, qui ont les chevilles qui gonfles, rien de très bon !

Boire un ballon avec André c'était pas comme boire une tisane avec Gilles, mais les deux avaient quelques chose en commun, ils aimaient leur ville, leur canton, ça se voyait, c'était évident, maintenant, quand je vois la tronche de Torracinta ou de Poggia, en fait de tous, ça me fait froid dans le dos !

Écrit par : Corto | 24/05/2018

Les commentaires sont fermés.