16/05/2018

Ah si c’était Jérusalem la lumineuse

Les morts palestiniens de Gaza au moment de l’inauguration festive de l’ambassade américaine à Jérusalem ont choqué. Donal Trump, avec son simplisme ravageur, ne cesse de souffler sur des braises. Le contraste des images n’a été bon ni pour Israël ni pour les États-Unis. Il faut, pourtant, essayer d’aborder la question de Jérusalem dans sa profondeur historique et son étendue politique. Franchement, quel Israélien, quel Juif de par le monde pourrait contester, dans son cœur et son esprit, que Jérusalem est la capitale de l’État hébreu ? Il ne saurait admettre que le lien incontestable entre cette ville et les Juifs puisse être relativisé.


Seulement voilà : Jérusalem est aussi une ville exceptionnelle pour les Musulmans et pour les Palestiniens en particulier. Comment s’en sortir ? On sait bien que tout a commencé à se compliquer dès la première guerre mondiale. On a connu l’effondrement de l’Empire ottoman, le mandat froid des Britanniques, l’entrée régulière de Juifs dynamiques retrouvant la terre promise , terre de refuge et d’identité. C’est à la fin du dix neuvième siècle, en pleine affaire Dreyfus et dans un climat d’anti-sémitisme en Europe qui allait déboucher sur l’horreur, que l’idée d’un Etat juif s’est mise à cheminer. Les pères fondateurs, les Ben Gourion et autres, voulaient un Etat laïc mais la religion et les religieux ont évidemment marqué le processus. La guerre de 1848,—la catastrophe pour les Palestiniens—, était-elle inévitable ? Oui, dès lors que les Arabes refusaient absolument la création de cet Etat d’Israël. Celles de 1956 et de 1968 ? Oui, si l’on se souvient que Nasser voulait cimenter une unité arabe dans un exercice de destruction d’Israël. Si l’on veut être Lucide et équitable, il ne faut jamais oublier ce passé.

 

C’est après que la politique israélienne a progressivement dérapé. Les assassinats de Sadate et de Rabin ont été un malheur. Ces deux guerriers devenus hommes d’Etat visaient la paix. La création de deux Etats, avec la même ville comme capitale selon un arrangement à organiser, se présentait comme une belle perpective. Hélas, l’intransigeance de mouvements palestiniens d’un côté et l’implantation systématique de colonies israéliennes en Cisjordanie occupée de l’autre ont obscurci cette perspective. Ajoutons l’isolement de Gaza avec une surpopulation complètement coincée. Tout n’est pas de la faute d’Israël. Que d’occasions perdues, sans compter les luttes internes, du côté palestinien. Il n’empêche que les autorités israéliennes se croient réalistes en voulant créer une impasse irréversible pour les Palestiniens. Elles ne font qu’attiser le désespoir et la haine.


Oui un désespoir des Palestiniens. Ils n’ont plus guère de poids politique dans le contexte régional de la rivalité entre l’Arabie saoudite et l’Iran ; de la situation en Syrie ; de la lutte contre le terrorisme international ; de la tension entre l’Iran et les Etats-Unis encouragés par Israël. Quant à l’Europe, on perçoit avec chagrin les limites de son influence. L’ancien Secrétaire d’Etat suisse Edouard Brunner misait à terme sur une prise de conscience de la diaspora juive, particulièrement américaine, afin qu’une pression s’exerce sur Israël et l’incite à des initiatives généreuses et historiques. Mais, avec notamment 500.000 colons installés en Cisjordanie occupée, n’est-ce pas trop tard ? Alors, un mouvement irréversible : mais vers quoi ?


Quant à Jérusalem ! Si le principe d’une ville capitale de l’Etat hébreu ne peut qu’être reconnu, l’implantation pratique mais aussi symbolique d’ambassades occidentales aurait dû et devrait être subordonnée à l’avancement réel d’un processus de négociations en vue d’une paix globale. Il y faudrait la création d’un vrai Etat palestinien trouvant sa place aux côtés de l’Etat hébreu. Hélas, avec la rigidité des autorités israéliennes confortée par le simplisme politique des États-Unis de Trump, et se justifiant aussi devant l’intransigeance de certains mouvements palestiniens un processus de paix est-il encore imaginable ? Ajoutons à cela une indifférence environnante dans une région qui a d’autres problèmes. La masse humaine palestinienne, déstructurée, pourra-t-elle secréter autre chose qu’une jeunesse désespérée ?


Oh Jérusalem, tu devrais être une lumière de concorde et de paix dans le monde, avec ta dimension culturelle et spirituelle unique. Tu pourrais être Jérusalem la lumineuse universelle. Pourquoi restes tu la ténébreuse ?

15:05 | Lien permanent | Commentaires (19) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

"La masse humaine palestinienne, déstructurée, pourra-t-elle secréter autre chose qu’une jeunesse désespérée ?" Certes, certes. Mais avec une humanité à 8 milliards aujourd'hui, dix milliards dans dix ans, 12 milliards dans quinze, est-ce que vous vous imaginez le nombre de "masses humaines déstructurées, sans avenir et désespérées que cela signifie ? Nos sociétés, à l'instar d'Israël, devront devenir plus cyniques et plus dures ou mourir. Si l'on continue dans la voie de l'humanisme (ou pseudo-humanisme...), nous n'avons aucune chance face aux marées humaines surdi et absurdi. Israël face à Gaza, c'est nous dans vingt ans. Si nous ouvrons les frontières, nous sommes morts.

Écrit par : Géo | 16/05/2018

Une question: combien d'habitants sur la bande de Gaza à la création d'Israël?

On semble vite oublier l'état des terres attribuées à l'Etat d'Israël à l'époque de la "réserve" décrétée par les occidentaux - britanniques en tête, crayon et règle sur la carte.

Israël n'était que Terres arides, à peine occupées par des nomades sans-terre, des bergers, des bédoins en survivance de petits commerce.

Les kibboutz israéliens ont vite changé la donne, et leurs incroyables travaux en on fait une terre productrice. Les nouveaux occupants juifs ont rapidement fait de ces déserts, un Etat puissant car novateur.

Bande de Gaza - qu'elle soit sous mandat jordanien ou égyptien. Voir qu'arrivés au 21e siècle à une population d'1 million, la majorité des gazaouis sont venus de territoires environnant Israël, et s'y sont agglutinés en camps sous le statut de "victimes du sionisme", attirés par la manne versée aux réfugiés.

Et quand bien même ces migrations furent leur libre choix, faudra bien se rappeler que ce million de jordaniens etc a d'abord décidé de s'entasser sur la bande de Gaza histoire de vivre sous perfusion - grâce aux milliards de dollars de subventions internationales.

Que Trump décide de l'arrêt des subventions US - un château de cartes s'écroule.

Écrit par : divergente | 16/05/2018

Pourquoi le président Trump installe-t-il "maintenant" (en aucun cas main tenant fraternelle) l'ambassade des Etats-Unis à Jérusalem Est sinon pour jeter de l'huile sur le feu?

Une Confédération moyen de coopération entre Israël et les Palestiniens, Marianne de cette semaine, ainsi que routes ouvertes partout et dans les implantations, pour ne pas dire "colonies"!

Retour à la paix.

L'effort ne concerne pas seulement Israël... on se plaît à imaginer des retrouvailles, rencontres dans les magasins, établissements publics

jeunes gens d'Israël comme de Palestine... qui sait!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/05/2018

""La masse humaine palestinienne, déstructurée, pourra-t-elle secréter autre chose qu’une jeunesse désespérée ?"

De quelle jeunesse "palestinienne" et "déstructurée"parlez-vous!?

"Jérusalem est aussi une ville exceptionnelle pour les Musulmans et pour les Palestiniens en particulier."

Ah!? Pour quelles raisons!? Parce que l'Islam s'est imposé au VIIeme Siècle APRES JESUS-CHRIST? Parce que la mosquée d'Omar est bâtie sur les ruines du temple de Salomon?

"Pour les Berbères, les Arabes, à travers l’histoire du pays, sont ceux qui ont exploité, pillé, torturé, assassiné, violé, et cela depuis qu’ils ont colonisé le Maghreb" seulement le Maghreb?

https://www.google.com/search?q=La+conquete+de+l%27Islam+&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b

En 1695, Relandi (ou Reland) est envoyé en voyage d’études en Israël, en Palestine d’alors, pour un objectif bien spécifique: recenser plus de 2500 lieux (villes et villages) apparaissant dans le texte du Tanah (Bible) ou de la Michna, dans leur appellatioe alors dans les villes de Jérusalem, Acco (Acre), Tsfat (Safed), Yafo (Jaffa), Tveria (Tibériade) et Aza (Gaza). Surtout, le constat établi par le géographe conclut à une présence dominante de Juifs sur cette terre, quelques Chrétiens et très peu de Musulmans, dont la plupart étaient des Bédouins.
--------
2/ Un second document un peu oublié est la fameuse « Proclamation à la nation Juive au Quartier général de Jérusalem – 20 avril 1799″ de Napoleon Bonaparte.

Il est important de rappeler que sans l’échec devant Acre, Napoléon, par cette proclamation imprimée et datée le 20 avril 1799, aurait créé l’État d’Israël. Les Juifs n’auraient pas eu à attendre 150 ans de plus avant de retrouver un état indépendant.

https://ripostelaique.com/israel-palestine-petits-rappels-historiques-a-macron.html

"Les morts palestiniens de Gaza" sont du groupuscule terroriste du hamas! Photos à l'appui!

"Simona Frankel, ambassadrice d’Israël en Belgique: « Les 55 morts de la bande de Gaza étaient tous des terroristes du Hamas »

http://www.europe-israel.org/2018/05/simona-frankel-ambassadrice-disrael-en-belgique-les-55-morts-de-la-bande-de-gaza-etaient-tous-des-terroristes-du-hamas/

http://www.lphinfo.com/nikki-haley-aucun-pays-au-monde-ne-reagirait-avec-autant-de-retenue-quisrael/

Tout est un spectacle médiatique
Par Meira Svirsky Mercredi 16 mai 2018

Un photographe prend une photo de "manifestants pacifiques" à Gaza (Photo: SAID KHATIB / AFP / Getty Images)

Les groupes terroristes islamistes se sont avérés être des maîtres dans la manipulation des médias. De plus, les gauchistes de la plupart des médias occidentaux ont été des catalyseurs volontaires de leur discours en raison de la position populaire de l'intersectionnalité et de la mentalité des victimes. Voici trois des plus grandes organisations terroristes du monde qui ont connu un succès sans précédent dans les médias:
HAMAS

Le Hamas est en train de passer une journée sur le terrain avec les médias, poussant des femmes, des enfants et ses combattants (déguisés en «manifestants») à violemment prendre d'assaut la frontière israélienne et à pleurer en Occident lorsqu'ils sont blessés ou tués. Les médias occidentaux ont jovialement poussé leur agenda.

Selon l'un des hauts responsables de l'organisation terroriste, Mahmoud Al-Zahhar, qui a déclaré dans une récente interview sur Al-Jazira: «Ce n'est pas une résistance pacifique ... quand nous parlons de résistance pacifique, nous trompons le public.

En tant que «manifestant» typique, Mohammed Mansoura, 23 ans, a déclaré: «Nous sommes ravis de prendre d'assaut et de pénétrer à l'intérieur ... Tout ce qui est possible, de tuer, de lancer des pierres.

Et malgré la violence des "manifestants", qui ont envoyé de nombreux cerfs-volants chargés d'explosifs à travers la frontière (détruisant des centaines de milliers de dollars dans la propriété et l'agriculture israéliennes), le Hamas a réussi à remporter le match médiatique.

Les titres après titre proclament la mort de civils «pacifiques» apparemment innocents exerçant leur droit de «résister».

"Le mot 'manifestation' ne correspond pas du tout à ce qu'il se passe entre Israël et Gaza"

"La solution à deux Etats paraît très compromise et Erekat a raison de souligner l’absence de partenaire israéliens mais encore faut-il savoir pourquoi nous en sommes arrivés là. Si le camp de la paix israélien est aujourd’hui en si mauvaise posture, c’est largement le résultat des terribles attentats suicides qui ont frappé Israël à partir de 1994, de la seconde Intifada déclenchée après l’échec des négociations de Camp David en 2000. Surtout, le retrait – certes unilatéral – de Gaza en 2005 et le démantèlement de toutes les colonies de la région n’ont pas été mis à profit pour créer un îlot palestinien prospère entre Israël et l’Egypte mais une plateforme pour la lutte armée contre Israël menaçant également l’Egypte. D’ailleurs, la frontière de Gaza avec Israël est plus ouverte que celle avec le voisin égyptien…"

https://www.causeur.fr/israel-gaza-hamas-trump-iran-151309?

Arno Klarsfeld à Macron : “La France ne veut même pas reprendre ses nationaux gangrenés par Daesh et on voudrait qu’Israël laisse entrer des dizaines de milliers de fanatiques assoiffés de sang israéliens”
https://www.lemondejuif.info/2018/05/arno-klarsfeld-clashe-macron

Désolée pour la longueur du commentaire mais j'ai horreur de parler sans preuves!

Écrit par : Patoucha | 16/05/2018

Au fond, formons nos vœux ardents pour que se joue l'histoire d'amour des Capulets et des Montaigu: un jour, un seul peuple

Jeunes gens d'Israël comme de Palestine par le ciel rendus amoureux, époux et parents.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/05/2018

J'ai participé hier à la marche organisée à Genève par "urgence Palestine ,BDS entre autre , j'ai gueulé contre Israël , mais j’avais une pensée pour l'autre frontière , celle qui sépare Gaza de l’Égypte et qui constitue aussi un SAS destiné à maintenir une pression sur les "Leaders "Palestiniens dont le Hamas.
il y a plusieurs années passant en voilier la frontière entre l’Égypte et Israël près de Taba , j'ai mesuré l'arrogance des affréteurs israéliens vis à vis des douaniers égyptiens ,Taba à cette époque accueillait de riches touristes israéliens. Autre temps mais pas autre mœurs, l'oligarchie saoudienne sanctifie Allah et le Dollar comme autant de garanties destinées à assurer une stabilité dans une société beaucoup plus complexe que décrite habituellement. Le Dieu Dollar sera d'une toute autre efficacité pour organiser le Boycott de l'économie iranienne, priver Téhéran de cette monnaie pleine "c'est utiliser une arme de destruction massive pour asphyxier la Perse ennemie séculaire de l'Arabie.
in Fine , ce dispositif politico religieux , permet à Israël de prendre en compte les véritables enjeux , le gain en puissance du Hezbollaz, et l'infinie patience des gouvernants européens qui jubilent une ultime fois à l'Eurovision.

Écrit par : briand | 17/05/2018

Capulet... sans s!

L'arrogance d'Israël est et fut effarante

et que penser de la démarche consistant à brûler des villages arabes pour s'installer soi-même sans respect pour les habitants, leur passé, leur histoire amour, peine et chagrin

efforts...

Les Américains en soutenant "INCONDITIONELLEMENT iSRAEL RENDENT-ILS UN GRAND ET VRAI SERVICE à CE PEUPLE MALHEUREUWEMENT CORRESPONDANT DUREMENT, CRUELLEMENT, AUX "SUPERBES" DE LA BIBLE?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/05/2018

https://www.youtube.com/watch?v=2xHa9SxerLE

Filmé à Gaza le 15 mai 2018

Écrit par : Corto. | 17/05/2018

Vous écrivez dans votre note :

"Jérusalem est aussi une ville exceptionnelle pour les Musulmans"

Jérusalem n'est pas mentionnée une seule fois dans le Coran !

Regardez les photos des lieux saints musulmans avant 1967 :

http://templemountjerusalemisrael.blogspot.ch/2015/10/hamas-to-obama-visit-to-temple-mount.html

En 1850, il y avait deux fois plus de juifs que de musulmans à Jérusalem !

Jérusalem est devenue "sacrée" pour les musulmans depuis qu'Israël existe, avant, ils avaient laissé leurs lieux saints en jachère !

Jérusalem était devenue "sainte" vers le 9ème siècle, alors que les sunnites avaient interdit l'accès de La Mec aux chiites, alors ils avaient remplacés La Mec par différents lieux, dont Jérusalem, ensuite, ils ont à nouveau été admis à La Mec, et ils ont abandonnés Jérusalem !

Jérusalem est citée 660 dans "l'ancien testament", Torah !

Écrit par : Corto. | 17/05/2018

"je préfère vos condamnations à vos condoléances"

Golda Meir


Plus haut, certains parlent "d'arrogance" israélienne, allez demandez aux bédouins du Sinaï qui est arrogant !

Israël accueille 700'000 bédouins, demandez leurs si les israéliens sont arrogants, ils sauront comment vous répondre !

Depuis que bds fait ses contorsions, les exportations israéliennes ont doublés !

Continuez les bobos !

Écrit par : Corto. | 17/05/2018

Pour la petite histoire, tout le monde utilise le terme "palestinien" pour nommer les arabo-musulmans de Judée-Samarie, étonnant d'utiliser un mot hébreu, vous ne trouvez pas ?

De plus, le terme "palestinien" vient de "paleshtim" qui signifie en hébreu "envahisseur" !

Faut-il encore en rajouter ?

Écrit par : Corto. | 17/05/2018

La source de ce conflit n'est en rien une question de territoires mais il s'agit d'un conflit existentiel de civilisations.

Le conflit ouvert entre juifs et musulmans tient au fait de savoir lequel des deux fils d'Abraham est son héritier légitime: Ishmaël, premier fils mais né hors mariage, ou Isaac, premier fils légitime, né de l'épouse Sarah. Ce conflit tourne autour de la ville d'Hébron.

Le conflit larvé entre juifs et chrétiens tient au fait de savoir si les héritiers légitimes du Livre sont les juifs d'origine malgré le parcours imparfait qui leur est reproché ou les chrétiens dont le parcours est également imparfait. ce conflit tourne autour de la ville de Jérusalem.

Il n'est pas étonnant que la dispute internationale qui concerne les nations attachées au Livre (la plupart des nations d'Asie ou d'Afrique s'en fichent totalement) tourne en fait autour de ces deux villes. Octroyer une ville à l'une des trois nations (Isaac, Ishmaël ou Jésus) revient à légitimer son héritage. Il est donc évident que ni le monde musulman, ni le monde chrétien ne peut reconnaître la légitimité d'Israël sur ces villes sans se départir de leur propre légitimité, quand bien même les faits historiques sont clairs.

Une fois que l'on endosse ces lunettes de compréhension, les choses deviennent plus claires...

Écrit par : archi-bald | 17/05/2018

Pour corroborer la lecture d'archi-bald, lire le billet de Pascal Décaillet, chantre de l'arrogance catholique. Cela en vaut vraiment la peine...

Écrit par : Géo | 17/05/2018

Les chrétiens ne sont-ils pas les continuateurs ou messagers des évangiles qui, eux, descendent du judaïsme quoique ces évangiles, face à la tradition, franchement subversifs?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/05/2018

"Les chrétiens ne sont-ils pas les continuateurs ou messagers des évangiles qui, eux, descendent du judaïsme quoique ces évangiles, face à la tradition, franchement subversifs?"

A ce compte là vous ne pouvez plus que vous convertir à l'islam dont la prétention est identique à celle que vous prêtez aux chrétiens.

Écrit par : Giona | 17/05/2018

Le BDSS briand nous bassine depuis quelques jours avec ce commentaire qu’il traîne comme une babouche attendant son chèque de fin de mois......

BDSS à la solde des Frères Musulmans.... dont le groupuscule terroriste Hamas est une des branches qui sèment le chaos de par le monde?

Écrit par : Patoucha | 17/05/2018

Gaza: Le Hamas fustige les médias européens qui font passer ses combattants pour des « manifestants pacifistes »

Mahmoud Al-Zahhar, cofondateur du Hamas, au sujet des manifestations à Gaza : “Qualifier de ‘résistance pacifique’ ces manifestations est une tromperie claire, elle est soutenue par nos armes”


Tandis qu'à l'ONU, Nikki Haley condamne le «double standard» de l’ONU contre Israël et les pays qui lui refusent le droit de se défendre !

Et à Marine le Pen d'ajouter ;

Marine Le Pen tweete « Israël a envoyé un message claire sur l’inviolabilité de sa frontière »

Pour revenir sur le commentaire d'Archi-Bald, je vais ajouter quelques nuances :

Abraham n'a jamais rejeté son fils Ismaël, au contraire, Israël était beaucoup aimé de son père Abraham et de ce coté, il n'y a aucun conflit entre juifs et musulmans sur ce point, c'est tout le contraire, coté juif, personne ne conteste qu'Abraham a annoncé à Ismaël ; "De ta descendance naîtra une très grande nation" !

Pour le christianisme, cela remonte à Esaü, donc même si le christianisme est antérieur à l'islam, son origine, elle, est ultérieure à Abraham et Ismaël!

Il y a là une clé, l'islam prend racine dans les textes avant le christianisme alors qu'il apparaît ultérieurement historiquement.

Autre chose, l'église catholique n'est pas très d'accord avec cette explication concernant son ascendance avec Esaü alors que les musulmans reconnaissent les anciens textes.

De ce point de vue, il n'y a pas de "conflit" entre les juifs et les musulmans, alors que du coté catholique, c'est plutôt catégorique, ils ne reconnaissent que la descendance verticale !

Comme si le christianisme est venu s'intercaler entre deux entités reconnues et acceptées.

Écrit par : Corto. | 18/05/2018

Donc je dirai en réponse à Archi-Bald, que la dispute entre judaïsme et islam n'a pas de fondement, en fait il s'agit d'une dispute entre christianisme et islam et christianisme et judaïsme. Plus tard certains on voulu expliquer cette continuité en utilisant le terme "sémite", cependant c'est également inexacte, ce qui lie islam et judaïsme est beaucoup plus logique et linéaire. Que le conflit entre juifs et musulmans n'est rien d'autre qu'un malentendu issu d'une sorte de croisement historique basé sur une non-interprétation des écritures.

Écrit par : Corto. | 18/05/2018

Dans un sermon du vendredi prononcé à Téhéran le 11 mai 2018, l’ayatollah Ahmad Khatami, membre de l’Assemblée des experts, a déclaré que l’Iran « renforce ses capacités balistiques jour après jour ». « Si Israël commet une erreur, nous transformerons Tel-Aviv et Haïfa en amas de ruines », a-t-il prévenu.

Le hamas n'est rien d'autre qu'un mouvement terroriste chiitte dirigé depuis Téhéran !

Selon plusieurs sources, c'est Téhéran qui a ordonné les récentes tentatives du hamas de provoquer Israël à sa frontière, uniquement afin de détourner l'attention concernant les nombreux troubles civils en Iran.

Malgré les centaines de milliards détournés par les mollahs dans ce qu'il appeler ; Un pillage en règle de l'Iran, la presse occidentale refuse de couvrir les révoltes en Iran, également le fait que les mollahs ont bloqués taux de change et que l'économie est complètement siphonnée par l'ampleur des corruptions et détournements de devises au sein de la banque centrale iranienne.

La question qui se pose, l'Iran va t-il ordonner au hizbollah de s'en prendre également à Israël afin de couvrir une éventuelle tuerie de masse en Iran ?

Tout en sachant que si le hizbollah s'en prend à l'état hébreu, ce sera au prix d'autres conséquences qu'avec le hamas, cependant les mollahs calculent sur la force des propagandes médiatiques européenes et démocrates aux USA, raison pour laquelle en activant la vielle recette gazaouie, les coûts sont incomparables que ceux engendrés par une confrontation avec le hizbollah.

Concernant la présence iranienne en Syrie, le ministre de la défense israélienne, Avigdor Lieberman, a déclaré au lendemain des dernières opérations de Tsahal, que pratiquement tous les arsenaux iraniens en Syrie avaient été neutralisés, ce qui a considérablement diminué les capacités malfaisantes de l'Iran dans les alentours de la frontière israélienne.

Le hizbollah prétend officiellement posséder plus de 100'000 missiles pointés sur Israël, ce qui ne semble pas du tout effrayer Jérusalem, mais qui, en cas d'agression venant du Liban, ne se traitera pas de la même manière que l'actuelle panade gazaouite, plusieurs généraux israéliens ont promis qu'en cas d'agression, que la réponse sera fatale pour les mollahs libanais.

Tsahal possède quantité de renseignements sur les positions armées des chiites libanais, et promet que l'affaire ne durera guère plus de 3 jours.

Donc, que reste t-il comme carte dans la main des mollahs iraniens, si ce n'est que de vociférer encore et encore leurs aboiements compulsifs ?

Mais, est-ce une raison pour continuer de poursuivre, ce que Donald Trump qualifie de "pire accord jamais ratifié par les USA" ?

Écrit par : Corto. | 18/05/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.