07/12/2017

Donald Trump ou le simplisme dangereux

Toute l’expérience de Donald Trump est celle d’un homme d’affaires audacieux, sûr de lui, prenant des risques, essuyant des mécomptes mais se refaisant une santé financière et jouant un nouveau coup. Le problème , c’est que cet homme est devenu le Président des États-Unis. Il n’est pas question de nier sa légitimité démocratique. Il correspond à des colères, à des réactions d’un électorat qui l’a porté à la Présidence, même s’il n’avait pas obtenu la majorité sur l’ensemble du pays. Il a découvert que les pouvoirs d’un président américain sont assez limités par ceux du Congrès. Mais un président a une bonne marge d’autonomie en matière de politique extérieure. Et, ici, franchement, cela fait peur.


Le voici qui vient de décider le transfert de son ambassade en Israël, de Tel-Aviv à Jérusalem. Certes, il en avait parlé durant sa campagne, Certes, les milieux juifs américains le réclamaient depuis longtemps. Il n’est pas question non plus, ici, de nier l’importance religieuse, politique, culturelle, identitaire que revêt Jérusalem pour les Juifs en général et les Israéliens en particulier. Seulement, il se trouve que cette même ville a des résonances profondes pour les Arabes en général et les Palestiniens en particulier. Ben Gourion avait reconnu la difficulté de faire coexister deux peuples se disputant la même terre. Dans les déchirement issus des deux guerres mondiales, les guerres du proche Orient, ayant abouti à la création puis à la consolidation de l’Etat d’Israël, étaient hélas inévitables. On en connaît la trame.


Or, n’est-il pas de la responsabilité des Etats, particulièrement de l’Europe et des Etats Unis, de concourir au maximum à l’ouverture d’un chemin menant vers la paix ? La politique du Gouvernement israélien, sous pression des partis religieux, suit un chemin inverse. Oh, il serait faux de minimiser les menaces dont fait toujours l’objet Israël, les menées terroristes dont il est victime. Au regard d’une histoire européenne tragique, on ne peut que vouloir absolument la sécurité pour Israël. Mais, à long terme, cette sécurité devrait s’appuyer sur une cohabitation de voisinage avec un Etat palestinien viable, sur des relations apaisées avec les voisins arabes. Qui ne voit l’accumulation des obstacles sur ce chemin. En cis-jordanie, partiellement sous une autorité palestinienne branlante et limitée par l’Etat hébreu, une floraison ininterrompue de colonies. On en est, sauf erreur, à quelque 500.000 ou 600.000 colons résolument implantés en ces territoires conquis ; cela contrairement au droit international et aux résolutions de l’ONU. Quant à Jérusalem, peu à peu des Israéliens soutenus par les autorités y investissent la partie Est ; cette partie de La Cité sacrée pour eux aussi dont les Palestiniens aimeraient faire la capitale de leur Etat.


Comment tout cela peut-il tourner ? Une même ville étant deux capitales de deux Etats ? Ou bien une autre formule avec des garanties apaisant les Arabes ? C’est une situation bien difficile. En revanche, pour la communauté internationale, il y a un devoir de comprendre les aspects symboliques, émotifs de cette situation. Face à une impasse politique actuelle et dans l’espérance d’une reprise d’un mouvement vers la paix, laisser les ambassades occidentales à Tel-Aviv, ne pas les implanter à Jérusalem , c’est prendre acte d’un gros problème, ménager les deux parties au conflit et marquer son attente, son espoir d’une négociation décisive. Lorsque le Président américain dit que sa décision ne change rien à son engagement pour trouver un accord de paix, il se comporte en homme d’affaires et non pas en homme d’Etat qui comprend la complication des choses. On aimerait bien croire avec lui que, malgré cette décision à contre sens, les chances de dialogue n’auront pas diminué encore. Mais on a peine à le croire. Tout processus de paix aura besoin des États-Unis. Leur crédibilité vient d’être entamée par un président qui agit par à coups et ne réfléchit pas en profondeur, en largeur, en durée. C’est inquiétant.

15:27 | Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer | |  Facebook | | | |