20/12/2017

La P-26 enfin sérieusement racontée

Dans l’histoire, il arrive que l’on dramatise jusqu’à l’hystérie et la paranoia la découverte d’un fait qui méritait simplement d’être analysé sereinement. Ainsi en a-t-il été de la fameuse P-26, soit l’Organisaton secrète de défense, découverte dans la suite des enquêtes sur l’affaire des fiches. En fouillant dans les dossiers du Département de la défense, on a trouvé cette P-26. L’émission >Temps présent> diffusée ce jeudi soir 21 décembre, lui est consacrée.


De quoi s’agissait-il ? Mise sur pied bien avant la chute du mur de Berlin, elle s’inscrivait dans le scénario connu qui aurait vu se déclancher une guerre en Europe. L’hypothèse était que la Suisse aurait été occupée par l’armée du Pacte de Varsovie, que nos autorités civiles et notre armée n’auraient plus eu prise sur notre territoire. Bref, une situation d’occupation incitant à une résistance. Un scénario que la France et d’autres pays ont connu entre 1940 et 1945.

Précisément, l’idée était que cette résistance puisse s’organiser et fonctionner aussi tôt que possible, avec le moins de dégâts possibles. D’où l’option de mettre sur pied une organisation secrète de cadres, volontaires bien sûr, astreints à des exercices correspondant à une action de résistance. Les armes étaient naturellement confinées dans des dépôts. C’est ainsi que des hommes et des femmes, tous d’âge mûr, mais à la fibre patriotique et démocratique chevillée à l’âme, certains d’être des résistants en cas d’invasion, convaincus qu’une préparation secrète professionnelle était une bonne chose ont été sollicités. Ils se sont fait un devoir, un honneur d’accepter cette charge. Ils y ont consacré beaucoup de temps, en toute discrétion et sans attendre aucun avantage. Cinq parlementaires, dont l’auteur de ces lignes, partageaient le secret.


Et voici que la découverte a soulevé une tempête médiatique et politique. Sans aucune précaution avant une enquête un peu rigoureuse, on a crié à la menée fasciste, au complot contre la démocratie, au mépris des garanties institutionnelles, et même à la préparation dans l’ombre d’on ne sait quel coup d’Etat. Or, les membres de la P-26, ayant prêté serment de se taire, n’ont rien pu dire durant des années. Récemment seulement, le secret a été levé pour eux et ils peuvent enfin s’exprimer. Ils en sont soulagés, tant les attaques dont ils faisaient l’objet étaient blessantes, pour ne pas dire traumatisantes.


Un livre bien documenté a déjà remis toute cette affaire à sa juste place. Mais, surtout, ce jeudi 21 décembre au soir, l’émission <Temps présent> sur la chaîne 1 de la télévision romande présentera donc cette histoire de la P-26. Cette émission a pu être regardée à l’avance par des personnes concernées. Elle est bonne. C’est du vrai travail journalistique professionnel. L’approche est vivante, personnalisée mais rigoureuse et objective. Les journalistes, les politiciens et autres inquisiteurs de circonstance qui étaient, à l’époque, montés sur leurs grands chevaux, devraient, s’ils ont une petite capacité auto-critique, se sentir un peu gênés ; même si on veut bien faire la part du choc de la découverte. Les journalistes, en regard de cette affaire, devraient tout de même se poser quelques questions fondamentales sur les exigences d’un bon journalisme d’enquête et d’information. Raison de plus pour saluer ce <Temps présent> et inviter à le regarder.

16:39 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

J'ai entendu Pascal Bernheim commenter ce Temps présent dans son émission de catéchisme socialiste à l'usage du petit peuple, le samedi matin vers 7h30. d'abord, il s'est efforcé de mettre l'accent sur le fait que la mission de cette P-26 était de combattre le communisme interne. A peine une allusion sur l'URSS, les stay-behind, etc, etc. Et lui a souligné l'aspect fasciste plutôt qu'autre chose. Cela semble être dans la droite ligne de l'information à la RTS...

Écrit par : Géo | 20/12/2017

"« Donald Trump ou le simplisme dangereux"

Page Facebook Donald J. Trump
Highlights info row image
22 954 918 personnes aiment ça
Highlights info row image
24 213 483 personnes suivent ce lieu

Alors ce que pensent de lui les européens.....

Et cette nouvelle pour vous:

Publié le 14 Déc 2017
Avec preuve à l’appui, un important journal turc lâche une bombe : “Erdogan a reconnu Jérusalem capitale d’Israël bien avant Trump”
Le site d’information turc Cumhuriy, un des journaux de référence en Turquie, a rappelé mercredi dernier que le président turc Recep Tayyip Erdogan a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël lors de la signature en 2016 de l’accord de normalisation des relations entre la Turquie et Israël.

Le site d’information turc a rendu public l’accord signé entre les deux pays. Au dernier alinéa de l’accord, il est clairement stipulé “cet accord a été conclu à Ankara et à Jérusalem le 28 juin 2016 en double exemplaire en turc, en hébreu et en anglais, chacun d’entre eux faisant également foi. En cas d’interprétation différente, le texte anglais prévaudra”.
Les termes de l’accord signé font que diplomatiquement Jérusalem a reçu le caractère de “capitale”.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté mercredi la communauté internationale à reconnaître Jérusalem-Est comme la “capitale de la Palestine”.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

https://www.lemondejuif.info/.../preuve-a-lappui.../

Encore à la poubelle!? Il passera ailleurs!

Écrit par : Patoucha | 21/12/2017

On reproche au journalisme d'aujourd'hui, sans aucun doute pas dans son ensemble, de "ressentir" au lieu d'"informer"... le lectorat concerné marchant ainsi selon le ressenti des journalistes en lieu et place d'informations attendues impartiales.

Reste à savoir si ces journalistes agissent spontanément c'est à dire sans subir de pressions!?

Écrit par : Myriam | 23/12/2017

Les commentaires sont fermés.