22/11/2017

La leçon malgré lui de Frère Tariq

Sans trancher sur la seule base de témoignages relayés par les médias, laisssons la justice s’occuper éventuellement des accusations portées contre Tariq Ramadan au sujet de comportements répréhensibles qu’il aurait eus avec quelques jeunes femmes, voire des jeunes filles ; cela en profitant de sa position d’influence. Regrettons peut être que certaines, qui se présentent comme des victimes, n’aient pas su ou pu se rejoindre et adresser à temps , à visage découvert des dénonciations apropriées. Mais ici n’est pas le propos.


Ce qui importe ici est de relever la faible résistance d’intellectuels, de responsables politiques, médiatiques, administratifs ou autres face à la sinuosité et à l’ambiguïté du personnage habile et talentueux. On a assez d’informations pour savoir qu’il adapte très bien ses paroles et ses textes au public qu’il cible. Pour avoir été avec lui sur un plateau de télévision après les attentats de Madrid, il y a quelques années, nous nous souvenons de sa courbe dialectique : <je condamne ces actes mais…> Beaucoup était dans ce mais. Il évoquait des Musulmans pas assez respectés dans leur culture propre, leur identité, discriminés socialement et professionnellement. Il profitait de mettre en cause un contexte nous culpabilisant, expliquant en partie la dérive de certains jeunes. Et voilà, sans avoir l’air d’y toucher, le mal affreux, le crime impardonnable quelque peu enveloppés dans une habile sinuosité dialectique.


Autre exemple illustratif à propos de la lapidation , en certaines régions, de femmes ayant eu un contact sexuel hors mariage. On aurait pu attendre un simple et franc cri d’horreur, un appel à supprimer immédiatement et définitivement une telle abomination au nom de valeurs humaines universelles. Mais non ! Seulement un appel à un moratoire adressé aux pays où existe une telle pratique. Ne pas heurter de front les Musulmans intégristes et leur vision de la femme. Faire la part de la culture, inciter à une évolution autonome, en douceur : Ne surtout rien se voir imposé par un Occident de toute manière dépravé et décadent. A la lumière des révélations actuelles sur le personnage, cela ferait presque rire s’il ne s’agissait pas d’une horreur.


En revanche, rappelons les réactions intransigeantes lorsque tel journal, en Europe, use de sa liberté d’expression pour critiquer l’Islam, caricaturer Mahomet comme il le fait à propos d’autres religions. Rappelons que ce même Tariq avait agi afin que ne soit pas jouée la pièce de Voltaire sur Mahomet car elle heurtait trop, à ses yeux, la sensibilité des Musulmans.


Ainsi apparaît Tariq Ramadan, en réalité vrai petit fils du fondateur des Frères Musulmans. Or, il a su anesthésier nombre de gens en Europe, qu’il séduit habilement. Ces personnes se voient en esprits ouverts, tolérants. Ils mettent en garde contre la tentation de l’islamophobie. Ils comprennent son mais… à propos du terrorisme. Ils comprennent son souci psychologique et pédagogique à propos de la lapidation. Ils ne le considèrent nullement comme une menace insidieuse mais comme un interlocuteur intéressant.


Quelle mollesse de l’esprit et de l’instinct, quelle erreur ! Toutes choses égales d’ailleurs, on pense à ces intellectueéls complaisants envers le fascisme par allergie au communisme ; et, inversement à ceux, nombreux, qui fermaient les yeux sur le stalinisme par crainte de s’allier aux facistes, ou même aux démocrates mais tellement bourgeois capitalistes. Il y a enfin ceux qui préconisent de ne pas faire trop de bruit, par gain de paix, pensent-ils.


Aveuglement, manque de solidité, de force de conviction, indulgence ou indifférence coupable face à des dérives idéologiques, religieuses évidentes, perte de vue des principes cardinaux de notre vie en commun : l’histoire est remplie de ces personnes , de ces personnalités éminentes qui n’ont pas su percevoir et combattre aussitôt les germes de ce qui pouvait conduire au pire. Lénine, qui s’y connaissait en stratégie déstabilisatrice, parlait de ces <idiots utiles> qu’il fallait, précisément, utiliser. Gageons que Frère Tariq a bien compris le message.

Les affaires personnelles dans lesquelles Tariq Ramadan semble être mal engagé peuvent avoir une une conséquence plus large bénéfique ; celle de miner sa crédibilité , de réveiller les endormis sous hypnose, de susciter leur esprit critique, de les amener à retrouver un attachement solide, charpenté aux valeurs fondamentales qui sous-tendent nos Etats laïques et nos Sociétés démocratiques.

16:44 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il ne s'agit pas directement de Tariq Ramadan mais de l'islam.

Marine Le Pen insultée et traitée de tout lorsqu'elle dénonça pratiquement la première les prières des musulmans dans la rue... alors qu'aujourd'hui nous apprenons qu'à Paris, par exemple, non seulement les musulmans ne manquent pas de lieux de culte mais que certaines de leurs mosquées sont à moitié vides!?

A quoi riment leurs attroupements religieux dans la rue?

Marquage de territoire, esprit de conquête, provocation... victimisation alors qu'on leur apprend à traiter de mécréants et promis à l'enfer tous ceux qui qui ne sont pas comme eux, musulmans.
Silence de nos autorités... laïcité pas bien claire (le président des Français dès son élection "chanoine de Latran"!
Un conseiller municipal ou communal qui peut être également conseiller de paroisse ou président du Conseil de paroisse...!

En Suisse comme ailleurs critiques fondées comme absolument pas fondées du christianisme qu'il s'agisse du pire comme du meilleur, occulté, alors qu'il aurait fallu faire face, affronter: Vous venez chez nous, vous respectez notre culture et la foi chrétienne ou vous rentrez chez vous.
Pas de fillettes excisées.
Pas d'abattage rituel.
(Devrait regarder également le judaïsme).
Respect du statut des femmes partenaires avec les hommes, fin de l'ensemble de vos prétendues manifestations de pudeur hypocrites (les mêmes femmes, à la maison, une fois dévoilées?) et vous jetez votre charia aux orties en respectant les lois des pays dans lesquels vous entendez vous établir.
Enumération non exhaustive.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/11/2017

"Ce qui importe ici est de relever la faible résistance d’intellectuels"
A voir avec quelle insistance Tarik Ramadan a été qualifié "d'intellectuel genevois" dans ce journal-même il y a quelques années, on a quelque remords à revendiquer ce qualificatif, même si on a, face aux questions que pose la vie et la société, une attitude et une activité qui le justifierait.
Cela dit, il y a sur ces blogs de véritables intellectuels par leur honnêteté dans la recherche de la vérité dans le respect d'autrui, qui ont dès les débuts de la carrière publique du clan Ramadan dénoncé le caractère malfaisant de leur grossier prosélytisme religieux, avec sa composante politique.
Il n'est surpassé que par l'hypocrisie avec ces personnes abusent des droits et libertés que leur assure leur patrie d'adoption (il n'est pas excessif d'utiliser ce verbe, tant ils en dénigrent les qualités les plus chères à ceux qui en respectent l'esprit) pour exprimer leur haine à l'égard des moeurs et institutions de l'Occident à tradition judéo-chrétienne et leur mépris des personnes qui ne se réclament d'aucune religion ou vivent selon des moeurs qui choquent les traditions de la civilisation dont ils sont anciennement issus et dont ils continuent à se réclamer.
Ceux qui ont écouté ces messages de mise en garde sans leur attribuer aucun crédit se recrutent non seulement dans le monde politique, comme vous le mentionnez très justement, mais aussi parmi ceux qui, souvent inspirés par une idéologie mal comprise, mal menée pourrait aussi dire, ont décidé de ne voir que la haine dans ce qui était critique au sens que ce mot a pris dans notre civilisation et désir de protéger leur propre culture, ses valeurs et ses moeurs.
Les épithètes ou mots de -phobe, nauséabond et autres ont immédiatement remplacé l'examen des arguments et la discussion dépassionnée. Le soupçon a cédé la place à l'examen des points de vue, comme les rumeurs remplacent trop souvent les faits dans la presse et autres media soumis aux exigences du profit financier.
Les avertissement n'ont pas manqué, l'écoute si.

Écrit par : Mère-Grand | 22/11/2017

Si celui qui prononça les mots devenus célèbres" Occupez vous de mes amis je m'occupe de mes ennemis" vivait aujourd’hui il dirait tant la droite bourgeoise a perdu ses repères "Occupez vous du PLR et du PDC je m’occupe des islamistes".

Écrit par : Maendly Norbert | 23/11/2017

"Les affaires personnelles dans lesquelles Tariq Ramadan semble être mal engagé peuvent avoir une une conséquence plus large bénéfique ; celle de miner sa crédibilité , de réveiller les endormis sous hypnose, de susciter leur esprit critique, de les amener à retrouver un attachement solide, charpenté aux valeurs fondamentales qui sous-tendent nos Etats laïques et nos Sociétés démocratiques".

Cher Monsieur Eggli, Dieu sait si je n'aime pas la pensée de Tareq Ramadan, mais ce que vous écrivez ici est indigne d'un intellectuel. C'est simplement monstrueux, On s'attendrait de quelqu'un comme vous un peu plus de hauteur et surtout de raison. En quoi les mœurs supposément dépravées de TR entacheraient sa pensée ? Est-ce que Céline l’antisémite est un mauvais écrivain? Est-ce qu'Aragon thuriféraire de Staline est un poète de seconde zone ? Est-ce qu'Heidegger membre du Parti National socialiste est un philosophe mineur ?

En gros vous comptez sur un procès pour violence sexuelle pour décrédibiliser sa philosophie ? Depusi quelle gargote écrivez vous ce blog ?

Écrit par : Anastase de Saint-Senestre | 25/11/2017

"Quelle mollesse de l’esprit et de l’instinct, quelle erreur ! Toutes choses égales d’ailleurs, on pense à ces intellectueéls complaisants envers le fascisme par allergie au communisme ; et, inversement à ceux, nombreux, qui fermaient les yeux sur le stalinisme par crainte de s’allier aux facistes, ou même aux démocrates mais tellement bourgeois capitalistes."

On doit évidemment comprendre ce passage comme une autocritique sévère (qui a dit stalinienne ?) que Jacques-Simon Eggly s'inflige. L'allusion a ses propres errements coupables, comme la complaisance avec le régime d'apartheid sud-africain dans le cadre de l'association Suisse Afrique du Sud, est évidente. Ou alors cette séance d'autoflagellation vise sa présence dans le conseil de la fort obscure et fort peu légale armée secrète P-26, dont les délires anticommunistes ont fait les délices des commentateurs dans les années 1990. Saluons donc cette prise de conscience, tardive mais claire et nette, de sa "complaisan[ce] envers le fascisme" !

Écrit par : Yan Aegerter | 26/11/2017

" En quoi les mœurs supposément dépravées de TR entacheraient sa pensée ? Est-ce que Céline l’antisémite est un mauvais écrivain? Est-ce qu'Aragon thuriféraire de Staline est un poète de seconde zone ?"

Wowwww parce que TR est à mettre à leur hauteur?

"Depusi quelle gargote écrivez vous ce blog ?"

Et vous donc? Depuis un portable assis... "N'oubliez pas de vous laver les mains en sortant"....

Monsieur Eggli, vous écrivez avec trop de finesse pour des esprits comme ces deux derniers interlocuteurs!

Écrit par : Patoucha | 26/11/2017

Yan Aegerter@ Très idéologique, votre commentaire. Au temps de la P-26*, il était question de 150 divisions soviétiques en Allemagne de l'Est et non de discussions sur le sexe des anges communistes. De même, si l'Afrique du sud pratiquait l'apartheid - c'est-à-dire le droit pour les communautés de vivre séparément et on se demande parfois si ce n'est pas une bonne idée...-, elle faisait partie du camp opposé à l'impérialisme soviétique qui voulait absolument faire main basse sur l'Afrique.
Ce sont des petits détails qu'il serait bon de ne pas négliger...

Écrit par : Géo | 27/11/2017

Les commentaires sont fermés.