06/08/2017

La candidature légitime de Pierre Maudet

Oui La candidature de Pierre Maudet est légitime. Ce n’est pas parce qu’il est jeune mais parce qu'il a une densité fortifiée par une expérience. Ruth Metzler avait été élue à trente cinq ans. Elle n’avait pas encore pu développer la plénitude de ce qu’elle pouvait donner. Pierre Maudet oui. L’intelligence, l’énergie, le sens de l’Etat, la capacité de décider, l’habitude d’un collège gouvernemental : cela fait beaucoup d’atouts. On lui souhaite que le Groupe PLR des Chambres fédérales les sentent ; groupe dont le Président est le candidat tessinois, qui est sorti dans la peau du favori. Mais on connait l’adage, parfois vérifié : qui entre pape au conclave en sort cardinal.
Bien sûr, il faut exprimer une analyse objective. La candidature tessinoise a un sens. Du côté vaudois, celle d’Isabelle Moret, conseillère nationale très engagée et respectée, bénéficie de son aura personnelle et du fait qu’elle serait une femme au Gouvernement. Elle a probablement plus de chances que les deux autres candidats vaudois intéressés. Mais il serait réducteur, pour le Groupe PLR et ensuite pour l’Assemblée fédérale, de privilégier trop les arguments sur la région linguistique ou le sexe. Il faudrait choisir celui ou celle qui semble le mieux préparé. Certes, une vraie question politique serait de donner ou non au Tessin un siège permanent au Conseil fédéral. Pour cela il faudrait logiquement augmenter le nombre de Conseiller fédéraux de sept à neuf. Le Parlement refuse pour l’instant cette réforme et les ministres disent que l’on fonctionne mieux collégialement à sept. Une discussion à poursuivre. Pour l’heure, l’intérêt général est de ne surestimer ni l’argument linguistique ni l’argument féministe par rapport à l’équation personnelle des candidats. Les auditions devant le Groupe devraient être déterminantes.
Le Canton de Genève est tout simplement un élément essentiel de la Confédération. Tout le monde le sait. Certes, deux genevoises ont été élues dans un passé encore récent. Deux socialistes. Le dernier libéral, Gustave Ador, fut élu vers la fin de la première guerre mondiale, afin de renouer le dialogue avec les alliés. On ne pourrait que se réjouir de voir un PLR genevois servir à son tour son pays à l’échelon fédéral dans une fonction aussi importante.
On dit souvent que des calculs politiques déterminent les choix en regard des profils des candidats. Ainsi, par exemple, les Socialistes votent pour un candidat pas trop à droite tandis que les PLR veulent éviter une personnalité de gauche trop conflictuelle à leurs yeux. Cela écarterait quelquefois les candidats ayant le plus de relief au profit de ceux qui apparaissent comme étant plus rassurants. L’histoire des élections de nos ministres a eu de tels exemples. Toutefois, dans l’ensemble et dans la durée, la Suisse a eu beaucoup de personnalités fortes au Conseil fédéral, taillées pour la fonction.
Indiscutablement, Pierre Maudet est de cette trempe. Il fait bien de montrer qu’il le sait et qu’il a une ambition légitime. La course est lancée. Le moins que l’on puisse attendre de toute la classe politique genevoise est un soutien franc et net. Bonne chance à lui.

17:42 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pierre Maudet, futur conseiller fédéral, suivit de Filippo Lombardi pour remplacer Doris Leuhtard et de Karin Keller-Suter pour remplacer Johann Schneider-Amann... Voilà un scénario idéal et élégant pour ces trois prochaines années, permettant de satisfaire tout le monde et d’associer les compétences.
Tout bon pour notre pays !
Espérons que les élus fédéraux fassent leurs choix en se projetant intelligeament dans l’avenir.

Écrit par : Eric Grand | 10/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.