19/06/2017

De Petitpierre à Moutier

Les Suisses auront suivi les résultats des élections législatives françaises. Les Français n’auront pas entendu parler du vote de Moutier décidant de quitter le Canton de Berne et de rejoindre celui du Jura. Et pourtant, il s’agit là d’une décision qui trouve ses racines dans une longue histoire européenne et qui va porter bien au-delà d’une législature. La manière dont le cours des choses s’est déroulé est une réussite de la démocratie et du fédéralisme helvétique. Si le nom d’un homme en particulier doit être associé à cet aboutissement, c’est celui de l’ancien Conseiller fédéral Max Petitpierre.
Reprenons brièvement ce cours de l’histoire. 1815 : les Congrès européens reprirent à la France vaincue les districts francophones du Jura nord et les attribuèrent à La Suisse, soit au Canton de Berne. Ce dernier avait dans son orbite les districts du sud. Il y avait des raisons de réunir ainsi tout le Jura francophone sous la houlette bernoise. Il était intéressant que Berne, canton charnière entre Suisse allemande et Suisse romande, possédât ainsi une frontière avec la France. Mais il y avait également les prémices d’une tension grave propre à inquiéter la Suisse. Les Nordistes étaient catholiques et à l’écoute du coq gaulois. Les Sudistes étaient protestants et nichés entre les pattes de l’ours bernois. Les Nordistes trouvèrent des chefs séparatistes charismatiques et une troupe de choc : les Béliers. Des actes violents, des attentats même, des affrontements se développèrent ; heureusement sans morts. La situation risquait de dégénérer. Il y eut bien un vote consultatif de tous les Jurassiens en 1959. Berne espérait ainsi clore l’affaire. Une majorité anti-séparatiste, mais essentiellement sudiste, s’en dégagea. Rien ne s’apaisa. Les Nordistes séparatistes redoublèrent d’efforts, d’énergie. L’explosion semblait possible.
Alors, le Conseil fédéral convainquit le Gouvernement bernois d’accepter qu’une Commission de sages nommés par le Gouvernement fédéral explorât des possibilités de solutions en rencontrant toutes les parties. Ce fut la Commission confédérée de bons offices pour le Jura présidée par Max Petitpierre. Ah oui, il explora toutes les possibilités ; notamment l’idée de s’appuyer sur une troisième force de conciliation afin de proposer une statut d’autonomie de tout le Jura, mais restant au sein du Canton de Berne. Quelle créativité conceptuelle ! Or, tout cela se heurta à l’intransigeance tendue des Séparatistes, au raidissement des Anti séparatistes et des autorités bernoises. Cétait l’impasse. Alors, afin d’en sortir, Max Petitpierre imagina une procédure de plébiscites en cascade susceptible de rallier, bon gré mal gré, les uns et les autres.
C’est ainsi, qu’en 1974, une majorité des Jurassiens, mais cette fois essentiellement nordistes, vota pour la séparation et la création d’un nouveau canton. Toutefois, les districts sudistes à majorité anti-séparatiste, eurent le droit de se prononcer à nouveau chacun. Ils confirmèrent leur volonté de demeurer bernois. Le Jura se trouvait donc divisé. L’événement n’en fut pas moins le vote du peuple et des cantons suisses ratifiant, en 1978, la création d’un nouveau canton. Évidemment, les tensions continuèrent, même si elles n’eurent plus la même intensité. Des collaborations furent organisées. Une Assemblée inter-jurassienne consultative vit le jour. De nouveaux médiateurs fédéraux intervinrent. La tension se focalisa sur Moutier dont les citoyens étaient très divisés. Dans l’esprit de feu Max Petitpierre, la nécessité de recourir à un nouveau plébiscite à Moutier fut reconnue. Il a eu lieu dimanche. A quelques voix près, Moutier a choisi de rejoindre le Canton du Jura. Ce devrait être chose faite en 2021.
Mesurons l’exploit. Il y a eu longtemps chez les Bernois et les Anti-séparatistes la dénonciation d’une menace contre le fédéralisme et la paix confédérale. Il y a eu chez les Séparatistes un vent indéniable d’agressivité anti-suisse, anti-suisse alemande et anti-berne. Or, à la fin, la Suisse a résolu ce problème difficile, dangereux grâce à sa démocratie et à son fédéralisme. Elle a montré une capacité de négociation interne. L’équilibre confédéral n’a pas été affaibli mais renforcé . On a le droit de se réjouir du résultat du vote ou de le regretter, avec des raisons valables de part et d’autre. Mais l’essentiel, vu avec un peu de recul, tient à cette réussite helvétique. Moutier devrait refermer le cercle de l’affaire jurassienne. Cette réussite a eu un inspirateur, Max Petitpierre. Les enseignants d’histoire suisse et leurs manuels ne devraient pas l’oublier.

18:09 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

15/06/2017

Etre juste avec Didier Burkhalter

Le Conseiller fédéral Didier Burkhalter ne part pas sous les applaudissements médiatiques. On n’en demandait pas tant mais le concert de critiques dérange. C’est injuste. Voyons le dossier européen. Si l’Initiative contre l’immigration de masse avait été rejetée, il serait probablement salué pour avoir dirigé la Suisse vers un accord institutionnel avec l’Union européenne, accord regroupant tous les liens et offrant un cadre pour leur évolution. Certes, le Conseil fédéral, le Parlement, les autres partis que l’UDC auraient dû s’engager davantage contre l’Initiative. Mais on ne saurait imputer le résultat au seul ministre des affaires étrangères.
Après ce coup, il a essayé de renouer les fils avec Bruxelles. Trop optimiste ? Du temps perdu ? Peut être. Mais, autre coup du sort, il y a eu le Brexit anglais. Dès lors, tout est devenu difficile, malgré un négociateur Suisse remarquable. Donc, si Didier Burkhalter n’a pas pu trouver l’ouverture avec l’UE en respectant le vote populaire, c’est que les circonstances ont pesé trop lourd. On verra dans les mois qui viennent ce qu’il en sera, notamment avec l’action de la nouvelle Secrétaire d’Etat.
Voyons quelques autres domaines. Sur la présence suisse au sein de l’OSCE, sur la parole suisse à propos de l’Ukraine, sur l’engagement pour les droits de l’homme, l’aide au développement et toutes autres actions : n’a -il pas été très bon ? Et puis, à Genève, comment ne pas saluer son engagement pour la Genève internationale, reconnu par la Fondation pour Genève qui lui a décerné son prix. Les Suisses de l’étranger on vu , grâce à son soutien, le Parlement voter une loi les concernant et fortifiant leur place au sein de la communauté nationale. La main tendue aux jeunes en général, notamment durant sa présidence, a été plus et mieux qu’une posture. Enfin, il aura été un bon Chef de département, avec des qualités humaines appréciées par ses collaborateurs. On n’a pas toujours connu cela.
Voilà. On a connu des présences physiques plus fortes, des envolées oratoires plus entraînantes, des charismes populaires et médiatiques plus marquants. Mais, la modestie d’allure répond aussi à un label suisse. Bref, en un mot comme en cent, il y a lieu de reconnaître que Didier Burkhalter a bien joué son rôle de ministre et qu’il a parfaitement servi son pays. Beaucoup de ceux qui le critiquent seraient en peine de dire ce qu’il aurait pu faire autrement et mieux.

10:54 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

02/06/2017

Le retour du Général de Gaulle

Et si Emmanuel Macron s’inscrivait dans une reprise de la stratégie politique du Général de Gaulle ? Alors même que le parti Républicain , qui se réclame du Général, est en risque d’éclatement. C’est peut être forcer le commentaire. Toutefois, l’échange musclé entre Macron et Poutine, dans le cadre du château de Versailles et sous le fantôme de Pierre le grand, avait des accents gaulliens. Il y avait de quoi raviver le nostalgie d’une France comptant sur la scène européenne et mondiale. Il faut dire que l’événement a eu lieu alors que s’installe une nouvelle ambiance due à la personnalité de Donald Trump.


A cet égard, c’est surtout la colère froide d’Angela Merkel qui a frappé les observateurs. Elle fut la première à rendre visite au Président américain élu. Elle est la première à dire tout haut, qu’avec ce Président, les Etats Unis ne seront plus un partenaire prévisible et fiable. C’est un tournant. Après l’effondrement de L’Allemagne nazie dans une Europe dévastée, le lien privilégié entre l’Allemagne de l’ouest et les États Unis a été le moteur du miracle allemand. Adenauer surtout, Ludwig Erhard ensuite et jusqu’à la Chancelière actuelle avec Barak Obama ont incarné ce lien politique et personnel. Parallèlement, Adenauer intégrait l’Allemagne de l’ouest dans la Communauté européenne naissante. Il ancrait ensuite, avec de Gaulle, un dialogue franco-allemand institutionnalisé. Toutefois, les limites de ce rapprochement et les bornes à une vision politique venaient précisément de ce lien transatlantique. L’Allemagne d’Adenauer et de ses successeurs était celle de l’Otan dominée par les États-Unis ; cela à la grande déception du Général de Gaulle. Ajoutez que la Grande Bretagne n’entra dans la Communauté que pour mener son double jeu, ne supportant qu’une Europe économique et terre à terre, sans rêve ni dessein. Cela a fini avec le Brexit.

 
Or, les cartes sont maintenant rebattues. Oui, l’Union européenne connaît des difficultés. Oui elle s’est élargie trop vite en regard de son approfondissement. Oui, il y a des dissensions, sans doute un excès de réglementations, et un non accomplissement démocratique. La crise des migrants la secoue, le cas de la Grèce l’embarasse. On en arrive à oublier ses réussites et les collaborations fructueuses. Mais les oiseaux de mauvais augure ont peut être tort. En se voyant en petite sœur déçue de l’Amérique, l’Allemagne ne pourrait-elle pas lancer son énergie dans un nouvel élan européen ? Fini le temps où elle était perçue comme un géant économique mais un nain politique. Avec la France de Macron, si ce pays accepte des réformes vitales pour son redressement, l’Allemagne pourrait donner à l’Europe un nouveau souffle, économique, politique et moral. Les États Unis se montrant défaillants et inquiétants, une Europe de la politique étrangère, de la sécurité, du climat est à faire. De Gaulle en rêvait, mais son passé de guerre, le contexte de la guerre froide et la pesanteur de son incarnation nationale l’ont empêché d’être un accoucheur d’une Europe politique. Il crispait les autres pays européens, craignant une arrogance française et attachés à l’Alliance atlantique.

 
Et si, dans les années qui viennent, Merkel et Macron, ralliant les autres membres de l'UE , surmontant les dissensions, insufflant un esprit de collaboration serrée trouvaient un bon équilibre entre une vraie dynamique européenne et l’expression d’identités nationales rassurées ! Et si, une Europe néo-gaulliste, c’est-à-dire à envergure politique, avait une chance d’émerger ! Et si la Suisse, certes à sa place singulière, avait toutes les raisons de le souhaiter, de s’en féliciter ! Qu’en pensez vous mon Général ?

16:03 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | | |