14/03/2017

Démocratie:conviction et contradiction

Longtemps, l’autorité politique s’est réclamée du droit divin. Les conceptions ont évolué. Aujourd’hui, sous nos latitudes, s’est ancré le principe de laïcité. Cela n’extirpe pas nos racines. Ainsi, la réflexion sur la politique peut utilement se nourrir de réflexions sur la spiritualité. Récemment, la pasteur Marion Muller- Collard, dans un petit livre accrocheur intitulé <l’intranquillité>, s’inspire de Blaise Pascal. L’idée est que la vérité ne vient pas à l’esprit d’un coup, ne se traduit pas dans un bloc immuable. En Chrétienne, la pasteur cite évidemment Jésus : <je suis le chemin, la vie>. Autrement dit, il faut marcher sur un chemin tout sauf facile. Suivre une ligne directrice, guidée en l’occurrence par la foi ; mais sans éluder jamais les questions difficiles. Blaise Pascal pratiquait l’exercice de la contradiction : un argument devant rencontrer nécessairement un argument contraire avant de se développer pleinement. A la fin, loin d’être affaiblie, la conviction ne peut en sortir qu’élargie, éventuellement corrigée, certainement renforcée.
Ne devrait-il pas en être ainsi en politique, dans un véritable esprit démocratique. Or, on constate très souvent ceci : dès que l’on parle politique, giclent les affirmations péremptoires, la condamnation immédiate de la contradiction. L’art du dialogue, de la confrontation des idées laisse place au choc des émotions. Lors de la discussion politique, on glisse vite dans un mécanisme cérébro- hormonal qui n’est plus très rationnel. En temps normal, la conséquence n’est pas grave mais dérériore la qualité du débat. En temps troublé, on sait où cela peut mener. Le non art de la contradiction débouche sur un terrain miné et la conflagration.
Certes, la politique est aussi un combat.Il peut être rude. Il ne s’agit pas de faire dans l’angélisme. Mais un vrai Libéral, viscéralement attaché à une vraie démocratie, aura toujours à cœur et à l’esprit de frotter sa conviction à la contradiction. Car tel est le chemin, la vie…

16:45 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les politiciens s'assoient en permanence sur leurs convictions et leurs contradictions, on comprend pourquoi ils ont mal!!!!

Écrit par : Degoumois Dominique | 14/03/2017

Beaucoup de mots pour ne pas dire grand chose.
Au final, tout est politique. Le chemin, la vie.
Mais la politique telle que pratiquée par nos élus est véritablement devenue la caricature d'elle même. Un véritable débat d'idées ne peut se tenir qu'entre personnes qui ont fait l'effort de s'informer un minimum. Mais surtout, il ne saurait être teinté de l'idéologie partisane qui façonne les familles politiques. Le meilleur exemple en date, illustré par votre formation, est la prise de position de Benoît Genecand sur la libre circulation. Avez-vous remarqué avec quelle célérité on a évacué ce débat ?

Écrit par : Pierre Jenni | 17/03/2017

Les commentaires sont fermés.