27/11/2016

Sortie du nucléaire: garder l'élan

Sortie du nucléaire : garder l’élan

 

Ici même, nous avions admis que l’Initiative voulant accélérer la sortie du nucléaire comportait sans doute un risque quant à la fourniture en électricité ; mais qu’il n’était pas fou d’oser ce choix en pariant sur une mise à disposition accélérée des énergies nouvelles. Le peuple et les cantons, majoritairement, ont estimé que prendre ce risque n’était pas raisonnable.

 

Dont acte ! Mais alors, ne nous trompons pas et ne nous laissons pas tromper sur l’interprétation du résultat. Il n’indique en aucune façon une volonté de s’accommoder durablement du nucléaire. Il s’agit maintenant, pour les partisans de l’Initiative et pour les opposants mais partisans sincères et résolus de la stratégie 2050, de se rassembler afin de baliser réellement ce chemin vers la sortie du nucléaire.

 

En effet, il y a ceux qui refusent cette stratégie du Conseil fédéral avalisée par le Parlement. Une votation populaire est donc prévisible. Certes, un Libéral n’aime guère, en principe, l’intervention étatique et la programmation politique dans le domaine économique ; sauf à offrir des conditions cadre favorables. Il fait souvent confiance aux forces du marché et aux avancées technologiques Mais, dans le domaine énergétique cela ne fonctionne pas bien. Autant l’interconnexion des réseaux à l’échelle européenne est une bonne chose, autant la surproduction à cette même échelle a des conséquences négatives. Ainsi, l’énergie d’origine fossile, --telle le charbon si polluant--, ou l’énergie hydraulique ont des prix surbaissés qui n’incitent en rien aux efforts d’adaptation. Les entreprises gérant ces ressources ploient d’ailleurs de plus en plus sous le fardeau d’un manque de rentabilité, y compris pour le nucléaire. Mais cette paralysie encombre le marché. Même un Libéral peut donc rejoindre les écologistes sur l’idée qu’une taxe sur les importations d’énergie fossile, particulièrement ; taxe servant à nourrir les subventions visant à développer les énergies renouvelables.

 

Certes un renchérissement de l’énergie ne serait pas sans conséquence sur les entreprises et l’économie en général. Mais on est bien devant un choix politique très important qui dépasse une approche purement économique. Il faut sortir du nucléaire, développer jusqu’à la rentabilité générale les énergies renouvelables. Il faut des mesures technologiques accrues (dans le bâtiment notamment) ainsi que des incitations aux comportements plus adéquats afin d’obtenir des économies d’énergie. Dans la période de transitions que nous vivons, l’Etat a évidemment un rôle moteur.

 

Progressivement, les entreprises d’électricité, d’ailleurs largement en main d’entités publiques, retrouveront une activité équilibrée s’inscrivant dans un équilibre de société. Progressivement, il devrait en aller de même à travers toute l’Europe qui a le devoir de montrer la direction à suivre pour la sauvegarde de notre planète et de nous autres frères humains qui en avons la charge, et qui n’en ont que trop détérioré les équilibres existentiels.

18:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

13/11/2016

Nucléaire :oser l’Initiative

Le vote sur l’Initiative pour la sortie du nucléaire repose sur une question de rythme, de confiance ou de méfiance. En effet, si quelques uns résistent encore à l’idée qu’il faut organiser cette sortie selon un calendrier à préciser, la majorité du parlement comme, --semble-t-il--, la majorité du peuple souscrit à cette option générale.

 

Mais, tandis que l’Initiative veut un processus accéléré de sortie, le Conseil fédéral propose, à l’incitation de Doris Leuthard , un processus davantage étalé dans le temps. Il prend en compte les besoins de l’économie et des personnes en approvisionnement électrique. Il n’y a donc pas de dates prescrites pour fermer les centrales nucléaires. Le contrôle de sécurité doit être strict et le terme évoqué est 2050.

 

Du côté des Initiants, on fait valoir que les centrales nucléaires helvétiques ne sont plus rentables, qu’elles sont vieilles, voire très vieilles pour quelques unes, et qu’il importe d’accélérer le remplacement par le recours aux énergies renouvelables, dont la performance technique et le rendement ne cessent de progresser. Doris Leuthard et ses experts nous disent que le rythme exigé par l’Initiative est trop rapide. Afin de couvrir les besoins en électricité, disent-ils, nous risquons d’importer, durant un bon bout de temps, davantage d’énergie étrangère d’origine nucléaire et, pire, de l’énergie fossile émanant du charbon allemand. Un péché écologique et un contre-sens.

 

Seulement voilà : ce n’est pas du tout prouvé. Il semble que l’électricité vendue par l’Allemagne est en bonne partie renouvelable et que le charbon utilisé à titre transitoire est plutôt destiné à sa consommation indigène. Actuellement, nous importons quelque deux tiers de notre électricité et nous en exportons aussi deux tiers : un mouvement de va et vient au travers des réseaux et au gré des saisons : l’hydraulique étant le pivot tournant. Or, il n’est pas impensable d’exporter moins et d’importer moins, en poussant résolument l’exploitation indigène des énergies renouvelables ainsi qu’un programme d’économies d’énergie.

 

Bref, si l’Initiative recèle en effet un risque, difficilement mesurable, quant à notre nourriture électrique durant quelques décennies prochaines, ce risque devrait pouvoir être écarté, moyennant une volonté politique claire. En revanche, quels que soient les contrôles de sécurité avec le sérieux fédéral bien connu, le risque grandissant d’un accident dramatique, risque inhérent à de vieilles centrales ne peut être ignoré.

 

Enfin, puisque la majorité d’entre nous admet, à l’instar de ce qu’il en est dans nombre de pays européens, qu’il faut en terminer avec le nucléaire, pourquoi ne pas insuffler une politique énergique,--c’est le cas de le dire--, allant dans ce sens. Bref, après avoir réfléchi et beaucoup hésité, notre conclusion est celle-ci : osons l’Initiative.

18:21 | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

07/11/2016

Luther, la laïcité et nous

Luther, la laïcité et nous

 

Quel beau culte présidé par Olivier Fatio, à St-Pierre dimanche dernier. Les 500 ans de la Réforme et le rappel de l’influence de Luther : telle était la trame. Reste surtout de Luther cette conviction que la Justice de Dieu n’est pas répressive, qu’il ne faut pas s’essouffler pour échapper au châtiment. Le salut est un don une grâce obtenus par la Foi, la confiance. De cela peut et doit découler une sérénité, un apaisement fortifiant l’engagement, en dépit des ignominies qui parcourent notre monde.

 

Comment ne pas sentir à quel point cet héritage demeure une source de tout ce qui nous a façonnés ensuite ! Tourner le dos à nos racines spirituelles serait plus qu’une méconnaissance déplorable, une ingratitude desséchante ; ce serait une erreur politique et sociétale majeure.

 

Dans la nouvelle Constitution genevoise, il y a un préambule à l’élaboration duquel l’auteur de ces lignes s’était engagé avec feu. Il commence par ces mots : « le peuple de Genève reconnaissant de son héritage humaniste, spirituel, culturel… » Certes, sont aussi évoqués plus loin les apports successifs et la diversité qui constituent ce peuple. Mais l’accent est donc bien mis sur les racines, le ciment historique de base.

 

Alors oui, bien sûr, au fil du temps s’est marquée la distance entre les églises et l’Etat. L’autorité politique, qui s’adresse à tous, s’appuie sur le principe de laïcité. Ce principe met au premier plan les règles de la République, de vie en commun qui s’imposent à tous. Soyons clair et sans langue de bois. Aujourd’hui, la question se présente à cause de l’Islam ; ou plutôt à cause de ceux des Musulmans qui refusent la primauté de la laïcité et certaines règles de vie en commun. On pourrait aussi s’inquiéter du manque de vigueur dans les réactions de Musulmans dits modérés face aux radicaux qui infiltrent leur dialectique auprès de jeunes et dans quelques mosquées. Il importe d’être très ferme là-dessus.

 

Toutefois, un autre risque existe : celui de l’intégrisme laïque, de la mise à l’écart dogmatique des religions, des églises dans la vie publique. Toute relation normale, tout dialogue fécond des autorités avec les responsables religieux pollueraient la sacro sainte laïcité. On n’en est plus à une garantie des principes démocratiques et de la paix confessionnelle ; on en vient à la remise dans les greniers privés de la part religieuse de nos identités. Ce n’est pas seulement une attitude agressive envers, par exemple, les Musulmans membres de notre Communauté nationale. C’est aussi un déni dogmatique de notre histoire judéo-chrétienne. Il paraît que des ayatollahs de cette laïcité guerrière et d’exclusion voudraient interdire le rassemblement de protestants devant le mur des Réformateurs, le premier dimanche de novembre. Ce serait, aux Bastions, une utilisation trop privée d’un espace public. On se pince pour y croire.

 

Le Grand- Conseil est saisi de trois variantes pour un projet de loi sur la laïcité, les relations entre l’Etat et les églises, les entités religieuses. Deux variantes, l’une surtout, expriment une laïcité de combat, d’exclusion, de surdité, de déni historique. Un projet du Conseil d’Etat entend répondre mieux à l’indication de la Constitution dans son préambule. A voir. Puissent le débat et sa conclusion aller dans ce sens. Officialisons les relations normales, souhaitables, claires entre le politique et le religieux ; entre la société et ses composantes religieuses. Et cultivons, à l’intention de tous, le devoir, la responsabilité et la chance de notre mémoire patrimoniale, dont la dimension spirituelle a nourri notre Corps civique et sociétal.

17:01 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |