27/11/2016

Sortie du nucléaire: garder l'élan

Sortie du nucléaire : garder l’élan

 

Ici même, nous avions admis que l’Initiative voulant accélérer la sortie du nucléaire comportait sans doute un risque quant à la fourniture en électricité ; mais qu’il n’était pas fou d’oser ce choix en pariant sur une mise à disposition accélérée des énergies nouvelles. Le peuple et les cantons, majoritairement, ont estimé que prendre ce risque n’était pas raisonnable.

 

Dont acte ! Mais alors, ne nous trompons pas et ne nous laissons pas tromper sur l’interprétation du résultat. Il n’indique en aucune façon une volonté de s’accommoder durablement du nucléaire. Il s’agit maintenant, pour les partisans de l’Initiative et pour les opposants mais partisans sincères et résolus de la stratégie 2050, de se rassembler afin de baliser réellement ce chemin vers la sortie du nucléaire.

 

En effet, il y a ceux qui refusent cette stratégie du Conseil fédéral avalisée par le Parlement. Une votation populaire est donc prévisible. Certes, un Libéral n’aime guère, en principe, l’intervention étatique et la programmation politique dans le domaine économique ; sauf à offrir des conditions cadre favorables. Il fait souvent confiance aux forces du marché et aux avancées technologiques Mais, dans le domaine énergétique cela ne fonctionne pas bien. Autant l’interconnexion des réseaux à l’échelle européenne est une bonne chose, autant la surproduction à cette même échelle a des conséquences négatives. Ainsi, l’énergie d’origine fossile, --telle le charbon si polluant--, ou l’énergie hydraulique ont des prix surbaissés qui n’incitent en rien aux efforts d’adaptation. Les entreprises gérant ces ressources ploient d’ailleurs de plus en plus sous le fardeau d’un manque de rentabilité, y compris pour le nucléaire. Mais cette paralysie encombre le marché. Même un Libéral peut donc rejoindre les écologistes sur l’idée qu’une taxe sur les importations d’énergie fossile, particulièrement ; taxe servant à nourrir les subventions visant à développer les énergies renouvelables.

 

Certes un renchérissement de l’énergie ne serait pas sans conséquence sur les entreprises et l’économie en général. Mais on est bien devant un choix politique très important qui dépasse une approche purement économique. Il faut sortir du nucléaire, développer jusqu’à la rentabilité générale les énergies renouvelables. Il faut des mesures technologiques accrues (dans le bâtiment notamment) ainsi que des incitations aux comportements plus adéquats afin d’obtenir des économies d’énergie. Dans la période de transitions que nous vivons, l’Etat a évidemment un rôle moteur.

 

Progressivement, les entreprises d’électricité, d’ailleurs largement en main d’entités publiques, retrouveront une activité équilibrée s’inscrivant dans un équilibre de société. Progressivement, il devrait en aller de même à travers toute l’Europe qui a le devoir de montrer la direction à suivre pour la sauvegarde de notre planète et de nous autres frères humains qui en avons la charge, et qui n’en ont que trop détérioré les équilibres existentiels.

18:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.