07/11/2016

Luther, la laïcité et nous

Luther, la laïcité et nous

 

Quel beau culte présidé par Olivier Fatio, à St-Pierre dimanche dernier. Les 500 ans de la Réforme et le rappel de l’influence de Luther : telle était la trame. Reste surtout de Luther cette conviction que la Justice de Dieu n’est pas répressive, qu’il ne faut pas s’essouffler pour échapper au châtiment. Le salut est un don une grâce obtenus par la Foi, la confiance. De cela peut et doit découler une sérénité, un apaisement fortifiant l’engagement, en dépit des ignominies qui parcourent notre monde.

 

Comment ne pas sentir à quel point cet héritage demeure une source de tout ce qui nous a façonnés ensuite ! Tourner le dos à nos racines spirituelles serait plus qu’une méconnaissance déplorable, une ingratitude desséchante ; ce serait une erreur politique et sociétale majeure.

 

Dans la nouvelle Constitution genevoise, il y a un préambule à l’élaboration duquel l’auteur de ces lignes s’était engagé avec feu. Il commence par ces mots : « le peuple de Genève reconnaissant de son héritage humaniste, spirituel, culturel… » Certes, sont aussi évoqués plus loin les apports successifs et la diversité qui constituent ce peuple. Mais l’accent est donc bien mis sur les racines, le ciment historique de base.

 

Alors oui, bien sûr, au fil du temps s’est marquée la distance entre les églises et l’Etat. L’autorité politique, qui s’adresse à tous, s’appuie sur le principe de laïcité. Ce principe met au premier plan les règles de la République, de vie en commun qui s’imposent à tous. Soyons clair et sans langue de bois. Aujourd’hui, la question se présente à cause de l’Islam ; ou plutôt à cause de ceux des Musulmans qui refusent la primauté de la laïcité et certaines règles de vie en commun. On pourrait aussi s’inquiéter du manque de vigueur dans les réactions de Musulmans dits modérés face aux radicaux qui infiltrent leur dialectique auprès de jeunes et dans quelques mosquées. Il importe d’être très ferme là-dessus.

 

Toutefois, un autre risque existe : celui de l’intégrisme laïque, de la mise à l’écart dogmatique des religions, des églises dans la vie publique. Toute relation normale, tout dialogue fécond des autorités avec les responsables religieux pollueraient la sacro sainte laïcité. On n’en est plus à une garantie des principes démocratiques et de la paix confessionnelle ; on en vient à la remise dans les greniers privés de la part religieuse de nos identités. Ce n’est pas seulement une attitude agressive envers, par exemple, les Musulmans membres de notre Communauté nationale. C’est aussi un déni dogmatique de notre histoire judéo-chrétienne. Il paraît que des ayatollahs de cette laïcité guerrière et d’exclusion voudraient interdire le rassemblement de protestants devant le mur des Réformateurs, le premier dimanche de novembre. Ce serait, aux Bastions, une utilisation trop privée d’un espace public. On se pince pour y croire.

 

Le Grand- Conseil est saisi de trois variantes pour un projet de loi sur la laïcité, les relations entre l’Etat et les églises, les entités religieuses. Deux variantes, l’une surtout, expriment une laïcité de combat, d’exclusion, de surdité, de déni historique. Un projet du Conseil d’Etat entend répondre mieux à l’indication de la Constitution dans son préambule. A voir. Puissent le débat et sa conclusion aller dans ce sens. Officialisons les relations normales, souhaitables, claires entre le politique et le religieux ; entre la société et ses composantes religieuses. Et cultivons, à l’intention de tous, le devoir, la responsabilité et la chance de notre mémoire patrimoniale, dont la dimension spirituelle a nourri notre Corps civique et sociétal.

17:01 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il n'est pas toujours possible de bien comprendre la laïcité quand on a constaté dans sa propre paroisse protestante que tel conseiller de paroisse peut être aussi bien conseiller communal que municipal ce qui signifie qu'en paroisse il est en mesure d'influencer plus fort politiquement parlant que "chrétiennement" en milieu politique.

Etant donné les problèmes avec l'islam il (me) semble qu'il faudrait avant tout privilégier la TOLERANCE non pas uniquement chrétiens-musulmans mais musulmans-chrétiens avec vigilance.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/11/2016

Bonsoir Monsieur,

" Dans la nouvelle Constitution genevoise, il y a un préambule à l’élaboration duquel l’auteur de ces lignes s’était engagé avec feu. Il commence par ces mots : « le peuple de Genève reconnaissant de son héritage humaniste, spirituel, culturel… » "

Pour ma part je regrette beaucoup que le préambule ne soit pas plus explicite et qu'il ne revendique pas carrément nos racines judéo-chrétiennes et la Réforme, ceci avant que de parler de l'héritage humaniste, spirituel, culturel ...
Notre héritage serait-il honteux au point qu'il faille le mettre entre parenthèses et en quoi son évocation claire et explicite empêcherait-elle de conserver le caractère laïque de la Genève actuelle ?
Comment construire l'avenir législatif en méconnaissant son passé, pour ne pas écrire en le reniant ?

Le fait est que la Constitution est un fait acquis et il faut en prendre acte.

Avec un préambule plus explicite et de mon point de vue surtout plus ambitieux, nous n'en serions probablement pas à nous inquiéter aujourd'hui de la sauce à laquelle cette loi sur la laïcité sera apprêtée. A trop avoir voulu diluer nos racines dans la porte d'entrée diaphane qu'est ce préambule de la Constitution et de crainte de heurter la sensibilité des musulmans, nous risquons de mécontenter tout le monde.
Faire adopter cette loi au Parlement ne sera certainement pas une promenade de santé.

Bien à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 07/11/2016

L'islamisme est incompatible avec la la laïcité tout le monde le sait et surtout les musulmans alors pourquoi tourner autour du pot. Soit on dit stop à toutes les revendications islamistes soit ça sera la charia pour tout le monde.

Écrit par : norbert maendly | 08/11/2016

Les commentaires sont fermés.