15/09/2016

Sécurité pour la liberté

Sécurité pour la liberté On a commencé à voter au sujet de la loi fédérale sur le Renseignement. Elle est attaquée par Référendum. La Gauche combat cette révision en puisant dans une crainte viscérale d’un Etat répressif au nom de l’ordre. L’extrême gauche devrait se souvenir qu’il n’y a pas eu pire totalitarisme que sous le drapeau du marxisme. Mais passons. Plus étonnante est la position de jeunes des partis bourgeois, PLR et PDC. Au non de la liberté, de la sphère privée à protéger, ils voient aussi dans ce renforcement des armes étatiques une menace contre les personnes. Dans un premier temps, on a envie de leur dire que l’on apprécie leur attachement aux libertés individuelles et leur méfiance envers l’Etat fouineur. Il est à craindre cependant qu’ils aient réagi davantage par instinct que par raisonnement. Il faut, en bonne attitude libérale, remettre quelques notions à leur place. Oui, un Etat, fût-il démocratique, a une tendance naturelle à envahir la sphère privée des gens ; et cela en tous domaines. Oui, il convient de toujours contenir l’action de l’Etat dans le cadre de l’indispensable. Oui, tout bon animal libéral n’aime pas entendre le pas des chasseurs. Mais alors, mes amis, précisions quelles sont les tâches fondamentales d’un Etat. En jargon on parle des fonctions régaliennes. La réponse est évidente. Au premier rang il y a le devoir d’assurer l’indépendance du pays et d’assurer la sécurité des citoyens. A défaut, il n’y a plus de libertés qui tiennent. Or, depuis longtemps on a compris que le danger d’une invasion classique de la Suisse était faible ; ce qui n’est pas une raison pour casser l’armée dans sa continuité. Mais ce sont les nouvelles menaces auxquelles il s’agit d’opposer un dispositif et une action. Depuis longtemps, le doigt a été mis sur l’insuffisance du service de renseignement fédéral, les limites trop étroites de ses possibilités, l’empêchement d’organiser pleinement les collaborations avec les services étrangers. L’affaire des fiches à laissé la trace d’un traumatisme qui a creusé des failles. Il est donc plus que nécessaire d’étoffer nos services de renseignement, dont l’action doit naturellement s’articuler sur celle des cantons et s’entourer de garde fous judiciaires et politiques. Or, c’est exactement ce que stipule la loi attaquée. Amoindrir encore davantage la marge de manoeuvre des services de renseignement fédéraux, notamment en matière d’écoutes et de surveillance électronique, aurait été prolonger une situation dangereuse d’impréparation face aux menaces terroristes. Que la Suisse soit, pour l’instant, moins une cible que d’autres pays ne nous autorise pas à être le maillon faible dans le réseau de résistance au danger. Nous avons une responsabilité vis à vis des résidents en Suisse et vis-à-vis des autres pays, nos partenaires en sécurité. Ne pas comprendre cela, c’est ne pas analyser les faits et verser dans une défense idéologique de la liberté, sans voir qu’il s’agit précisément de la protéger. S’il devait y avoir, dans la pratique, des excès de zèle, on peut garantir que le dispositif de surveillance mis en place les ramènerait dans le cadre défini. Un libéral démocrate n’aime pas l’ordre pour l’ordre et il cultive la méfiance envers l’intrusion étatique. Mais il soutient ce qu’il importe de faire lorsque la menace est virulente et que la sécurité, gage de nos libertés, est directement en jeu.

17:47 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |