27/04/2016

L'argent a l'odeur que l'on a

L’argent a l’odeur que l’on a On connait la phrase : l’argent n’a pas d’odeur. C’est péjoratif et suggère que des possesseurs sans morale peuvent l’acquérir sans scrupule. Les médias, qui pourtant vivent du capitalisme, se repaissent de ce qui exhale un parfum de scandale ; tels les fonds déposés sur les comptes de sociétés bien cachées au Panama. Notons en passant que cette manière de jeter des noms en pâture, sans la prudence de bien distinguer ce qui est légal de ce qui pourrait avoir un arrière plan criminel, traduit une dérive de ces mêmes médias qui est très discutable du point de vue déontologique.

 

Evidemment, commercialement pour un journal, c’est payant. Comme quoi il faut aussi de méfier des professionnels de la méfiance. On pense également à ce mouvement en France. Il serait peu honnête de ne pas voir chez certains noctambules de la Bastille l’aspiration à une société différente, humaine, solidaire, basée sur des valeurs rassembleuses. Toutefois, il serait naïf de ne pas déceler l’orientation sous-jacente et la récupération. Les seuls notables politiques bien accueillis furent Jean-Luc Mélanchon et le Secrétaire du parti communiste.

 

Lorsque l’on sait vers quel verrouillage de la pensée libre glisse automatiquement l’idéologie communiste et d’extrême gauche on voit qu’il importe de démêler la fraîcheur de certains et le formatage idéologique de certains autres. Mais, bien évidemment, il y a nécessité de réfléchir. Au Canada, il y a, parait-il, un intellectuel philosophe qui réunit des foules pour, précisément, des réflexions philosophiques, sans parler de ses réseaux sur le net. Il apparait clairement que nombreux sont les gens fatigués des discours politiques et même du fonctionnement des rouages démocratiques.

 

Il y a comme une nausée devant l’empire sans visage de l’économie et surtout de la finance. Il est intéressant de constater le succès d’un Bernie Sanders dans la campagne présidentielle américaine, même s’il restera à mi chemin. Alors l’argent aurait-il pourri le libéralisme ? Devrait-on aller vers une autre Société ? L’intellectuel Pascal Bruckner vient de sortir un livre en partie à contre courant de cette réaction contestataire bien pensante. Il constate justement que la France de tradition catholique transporte depuis le Moyen âge une allergie nobiliaire et populaire à l’argent.

 

Le dépenser oui, emprunter s’il le faut. Mais en faire commerce, le faire travailler : laissons cela à des spécialistes du genre, les Juifs par exemple. On trouve ici un des ingrédients de l’antisémitisme. Dans les pays anglo-saxons, et spectaculairement aux Etats-Unis, les pères du capitalisme ont diffusé leur idéologie religieuse de la réussite. A Genève, Calvin le rigoureux, n’avait rien contre l’argent, son placement pourvu qu’il serve à des investissements conformes aux desseins de Dieu pour ses créatures. La bonne conduite, c’était d’avoir éventuellement de l’argent pour en faire œuvre utile ; mais non pas pour en profiter à titre personnel. L’austérité des mœurs était de mise. Gagner de l’argent, amasser du capital n’était pas un but en soi. Evidemment, les Etats-Unis, eux, ont fait évoluer tout cela. Non seulement le riche ne cache pas sa réussite financière, mais il l’exhibe jusqu’à la vulgarité et la propose en exemple motivant pour les jeunes. On en revient toujours à la même conclusion. Y a-t-il, pour une société démocratique mieux qu’un libéralisme de liberté, de stimulation, de responsabilité et de solidarité ?

 

S’il fallait une référence française on citerait Alexis de Tocqueville. Mais les meilleures assises se fendent à cause des abus, des dérives, des comportements ayant rompu les liens avec les fondements philosophiques, éthiques du libéralisme. Une finance trop déconnectée des réalités économiques, des banques perdant leur boussole, des dirigeants de grandes entreprises mesurées à l’aune de leurs salaires gigantesques, provocants : ah oui, il y a des ingrédients pour les nausées, les désaffections civiques sinon,--épée de Damoclès sur les démocraties--, des révolutions gauchistes ou fascistes.

 

L’histoire ne se répète jamais mais certaines causes reconnaissables peuvent avoir, à long terme, des conséquences plus ou moins analogues. Si le remède consiste à introduire toujours plus de contrôles, de bureaucratie, d’impôts, taxes et systèmes en tous genres entravant la liberté d’entreprendre et de s’adapter : alors non merci. C’est le mal français. Un pays est largement nourri de ses petites et moyennes entreprises, dont les patrons se sentent très responsables, proches de leurs ouvriers, employés, mais qui ont besoin de la liberté d’agir. Ils ne l’ont pas.

 

La Suisse s’en sort mieux en fait de libéralisme responsable : mais elle n’échappe complètement ni aux dérives des abuseurs du système ni à la tentation étatique des contrôles et contraintes de toutes sortes. Le danger est présent. Eh bien oui, quitte à passer pour un idéaliste naïf, préconisons avec d’autres un retour aux sources. Il faudrait, que dans la formation des jeunes générations, dès l’école, une large place soit faite à la connaissance philosophique, à la discussion sur l’éthique et la responsabilité, sur l’usage de la et de sa liberté.

 

C’est du sens de la vie que l’économie, la finance, les constructions sociales devraient s’inspirer ; et les comportements de chacun et de tous. Pas de corsets à la liberté mais pas de liberté sans fondement éthique. Ce siècle pourrait bien être celui d’une liberté davantage maitrisée ou celui des désordres endémiques, appelant quelquefois en réaction les tyrannies ; lesquelles conduisent alors les moutons de Panurge au précipice. Parions donc sur un retour philosophique, viscéral d’une liberté responsable.

18:58 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

11/04/2016

Main et voile:le test de valeurs

Main et voile : le test de valeurs L’autre jour, dans une émission de la télévision romande, une Conseillère nationale socialiste s’emberlificotait avec une argumentation peu compréhensible au sujet du fait révélé dans une école de Bâle campagne. Deux adolescents musulmans ont refusé de serrer la main de la maîtresse de classe, laquelle accueille ainsi chaque jour ses élèves.

 

La députée relativise. Il ne s’agit pas d’une atteinte à des valeurs fondamentales. Laissons ces cas rares être gérés de manière pragmatique par les intéressés : en l’occurrence la direction de l’école et les parents. N’en faisons pas une affaire nationale. Cela, bien qu’elle comprenne des réactions choquées au sein même de son parti. Mais passons à autre chose, dit-elle en substance. Heureusement qu’il y a des figures politiques qui, d’un seul regard, ont compris l’enjeu ; à commencer par la Conseillère fédérale socialiste Simonetta Somarugua.

 

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que cette ministre démontre sa clarté d’esprit. L’argument insistant sur la rareté de ce genre de faits est aussi faible qu’inquiétant. D’ailleurs, on apprenait qu’un fait similaire avait lieu dans une école genevoise. Evidemment, il semble pratique de ne pas en parler et de passer là-dessus comme chat sur braise. Or, si le pragmatisme, la négociation si helvétique, à laquelle se référait la députée socialiste, a ses vertus, il ne s’agit plus de cela lorsque l’on touche aux conditions de notre vie sociale et aux valeurs portant cohésion de notre société.

 

On est ici en face d’une attitude séparant les hommes et les femmes, indiquant une idée de péché pour l’homme qui toucherait la main d’une femme en guise de salut. Ce serait contraire à la religion. Tels furent les propos du père. Comment ne pas dire que c’est inadmissible. Aucun discours sur la tolérance, la compréhension d’une culture particulière ne saurait le justifier.

 

Aujourd’hui, une majorité des élèves musulmans en Suisse ne s’aligne pas sur cette répulsion distante envers la femme. Mais demain ? Des études très sérieuses montrent que le courant salafiste gagne du terrain chez les Musulmans d’Europe. Il y a une affirmation forte qui ébranle les modérés et pourrait finir par les impressionner assez pour qu’ils s’alignent ; ne serait-ce que pour ne pas être chahutés par leurs coreligionnaires militants. On imagine la suite. Séparation dans les bus. Classes non mixtes. Piscines etc… Non, le pragmatisme, la négociation cas par cas ne sont pas des solutions. C’est maintenant, sans attendre, qu’il faut marquer les positions au nom de nos valeurs ; auxquelles tout résidant chez nous doit se conformer.

 

Oh, il n’y a rien de tyrannique. Ce sont des fermetés sur des points précis au nom de valeurs reconnaissables. Il est souvent question aussi du voile. On peut hésiter sur l’interdiction ou non du voile sur les cheveux pour les élèves filles de l’école publique. Il est vrai que l’attitude n’est pas la même que celle de garçons refusant de serrer la main d’une enseignante. Toutefois, une augmentation des cas de voile, sous pressions familiales et des entourages, pourrait instaurer un climat ambigu. En revanche, on ne saurait hésiter sur l’interdiction, pour des représentantes de l’Etat, enseignantes ou autres fonctionnaires, de porter le voile. Il y aurait là une contradiction trop visible avec la neutralité religieuse de l’Etat et le principe de laïcité.

 

Et que l’on ne vienne pas comparer le voile avec de petites croix discrètes que l’on devine parfois autour du cou. La distance ostensiblement marquée par des Musulmanes vis à vis de l’Etat laïque, garant de l’égalité des sexes, ne peut être banalisée. Si l’on observe nos voisins d’Europe occidentale, quelles conséquences funestes, découlant en partie d’un renoncement à l’affirmation constante des valeurs repères ! Au nom du respect, si mal réfléchi, de la diversité on a peut être contribué à planter des germes de guerre civile.

 

Dramatisation irréaliste ? Peut être. Il faut l’espérer. Incitation au populisme xénophobe ? Non. On peut maitriser le cours des choses, mais à une condition : savoir où être tolérant, ouvert ; et où être ferme, exigeant. Il importe de tenir cette ligne aujourd’hui, alors qu’il est encore temps. Merci, madame la Conseillère fédérale de nous l’avoir parfaitement rappelé.

22:47 | Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

04/04/2016

L'UDC fait un faux calcul

L’UDC fait un faux calcul Les dernières prévisions annoncent une hausse assez spectaculaire des dépenses pour l’asile. Des politiciens de droite s’en inquiètent. Ceux de gauche, à leur habitude, relativisent le risque. Il suffira, disent-ils, que nombre de requérants soient régularisés, soient en voie d’intégration pour que les dépenses qu’ils provoquent baissent ,voire disparaissent.

 

Et puis, il y aura la diminution du temps de procédure menant à l’admission ou au renvoi. Voilà qui est sous évaluer toutes les dépenses liées à l’hébergement, puis à l’intégration. Enfin, il faut prévoir des flux croissants de migrants. Allons, soyons lucides, les dépenses en regard de l’asile, des migrants en général vont fatalement augmenter. L’UDC, sur ce point, voit très probablement plus juste que la Gauche. Mais alors, quelle mauvaise conclusion elle en tire ! Afin de compenser ces dépenses croissantes il faudrait diminuer d’autant celles affectées à la coopération au développement.

 

Seigneur, protégez nous de ces politiciens qui sont les champions athlétiques des sprints pour unijambistes. Voyons un peu plus loin que le bout du nez. Si, à terme, on veut se préserver des secousses migratoires, il faut que dans les pays vulnérables s’instaurent ou se rétablissent plus de sécurité humaine et juridique, plus de formation scolaire et professionnelle, plus d’investissements et d’actions influençant favorablement le développement économique et le niveau de vie. Il faut que la jeunesse ait un avenir autre que d’émigrer, souvent en catastrophe.

 

Il est évident que nous sommes devant des impératifs qui doivent dicter une politique. A court terme, il y a l’attitude humanitaire, morale qui demande que nous fassions notre part européenne dans l’accueil des migrants. Il s’agit de le faire avec nos exigences posées aux arrivants ; mais aussi avec un esprit de solidarité envers des personnes en détresse et vis-à-vis de nos partenaires européens.

 

Cela étant, il faut constamment mener une politique axée sur le long terme. Depuis des décennies, l’engagement humanitaire et la coopération au développement sont des éléments essentiels de notre politique étrangère et de sécurité. En politique, il arrive que la promotion des intérêts d’un pays s’écarte nécessairement de considérations purement morales. C’est le cas chaque fois qu’une démocratie a des échanges de toutes sortes avec des Etats peu soucieux des droites de l’homme.

 

Il faut assumer cette part de l’ombre. Mais, en l’occurrence, la morale, la préoccupation humanitaire vont de pair avec une réflexion lucide sur nos intérêts et notre sécurité. C’est dans un monde plus équilibré, plus juste que la Suisse évitera le mieux les risques d’une migration difficilement contrôlable. En menant une telle politique d’ensemble, elle apportera sa pierre à la construction d’un monde moins inflammable. Elle le fera autant pour elle que pour tous. Le premier parti numérique de Suisse préfère la calculette à une vision politique d’envergure. Ce n’est pas une manière intelligente de s’engager pour son avenir.

21:18 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | | |