27/04/2016

L'argent a l'odeur que l'on a

L’argent a l’odeur que l’on a On connait la phrase : l’argent n’a pas d’odeur. C’est péjoratif et suggère que des possesseurs sans morale peuvent l’acquérir sans scrupule. Les médias, qui pourtant vivent du capitalisme, se repaissent de ce qui exhale un parfum de scandale ; tels les fonds déposés sur les comptes de sociétés bien cachées au Panama. Notons en passant que cette manière de jeter des noms en pâture, sans la prudence de bien distinguer ce qui est légal de ce qui pourrait avoir un arrière plan criminel, traduit une dérive de ces mêmes médias qui est très discutable du point de vue déontologique.

 

Evidemment, commercialement pour un journal, c’est payant. Comme quoi il faut aussi de méfier des professionnels de la méfiance. On pense également à ce mouvement en France. Il serait peu honnête de ne pas voir chez certains noctambules de la Bastille l’aspiration à une société différente, humaine, solidaire, basée sur des valeurs rassembleuses. Toutefois, il serait naïf de ne pas déceler l’orientation sous-jacente et la récupération. Les seuls notables politiques bien accueillis furent Jean-Luc Mélanchon et le Secrétaire du parti communiste.

 

Lorsque l’on sait vers quel verrouillage de la pensée libre glisse automatiquement l’idéologie communiste et d’extrême gauche on voit qu’il importe de démêler la fraîcheur de certains et le formatage idéologique de certains autres. Mais, bien évidemment, il y a nécessité de réfléchir. Au Canada, il y a, parait-il, un intellectuel philosophe qui réunit des foules pour, précisément, des réflexions philosophiques, sans parler de ses réseaux sur le net. Il apparait clairement que nombreux sont les gens fatigués des discours politiques et même du fonctionnement des rouages démocratiques.

 

Il y a comme une nausée devant l’empire sans visage de l’économie et surtout de la finance. Il est intéressant de constater le succès d’un Bernie Sanders dans la campagne présidentielle américaine, même s’il restera à mi chemin. Alors l’argent aurait-il pourri le libéralisme ? Devrait-on aller vers une autre Société ? L’intellectuel Pascal Bruckner vient de sortir un livre en partie à contre courant de cette réaction contestataire bien pensante. Il constate justement que la France de tradition catholique transporte depuis le Moyen âge une allergie nobiliaire et populaire à l’argent.

 

Le dépenser oui, emprunter s’il le faut. Mais en faire commerce, le faire travailler : laissons cela à des spécialistes du genre, les Juifs par exemple. On trouve ici un des ingrédients de l’antisémitisme. Dans les pays anglo-saxons, et spectaculairement aux Etats-Unis, les pères du capitalisme ont diffusé leur idéologie religieuse de la réussite. A Genève, Calvin le rigoureux, n’avait rien contre l’argent, son placement pourvu qu’il serve à des investissements conformes aux desseins de Dieu pour ses créatures. La bonne conduite, c’était d’avoir éventuellement de l’argent pour en faire œuvre utile ; mais non pas pour en profiter à titre personnel. L’austérité des mœurs était de mise. Gagner de l’argent, amasser du capital n’était pas un but en soi. Evidemment, les Etats-Unis, eux, ont fait évoluer tout cela. Non seulement le riche ne cache pas sa réussite financière, mais il l’exhibe jusqu’à la vulgarité et la propose en exemple motivant pour les jeunes. On en revient toujours à la même conclusion. Y a-t-il, pour une société démocratique mieux qu’un libéralisme de liberté, de stimulation, de responsabilité et de solidarité ?

 

S’il fallait une référence française on citerait Alexis de Tocqueville. Mais les meilleures assises se fendent à cause des abus, des dérives, des comportements ayant rompu les liens avec les fondements philosophiques, éthiques du libéralisme. Une finance trop déconnectée des réalités économiques, des banques perdant leur boussole, des dirigeants de grandes entreprises mesurées à l’aune de leurs salaires gigantesques, provocants : ah oui, il y a des ingrédients pour les nausées, les désaffections civiques sinon,--épée de Damoclès sur les démocraties--, des révolutions gauchistes ou fascistes.

 

L’histoire ne se répète jamais mais certaines causes reconnaissables peuvent avoir, à long terme, des conséquences plus ou moins analogues. Si le remède consiste à introduire toujours plus de contrôles, de bureaucratie, d’impôts, taxes et systèmes en tous genres entravant la liberté d’entreprendre et de s’adapter : alors non merci. C’est le mal français. Un pays est largement nourri de ses petites et moyennes entreprises, dont les patrons se sentent très responsables, proches de leurs ouvriers, employés, mais qui ont besoin de la liberté d’agir. Ils ne l’ont pas.

 

La Suisse s’en sort mieux en fait de libéralisme responsable : mais elle n’échappe complètement ni aux dérives des abuseurs du système ni à la tentation étatique des contrôles et contraintes de toutes sortes. Le danger est présent. Eh bien oui, quitte à passer pour un idéaliste naïf, préconisons avec d’autres un retour aux sources. Il faudrait, que dans la formation des jeunes générations, dès l’école, une large place soit faite à la connaissance philosophique, à la discussion sur l’éthique et la responsabilité, sur l’usage de la et de sa liberté.

 

C’est du sens de la vie que l’économie, la finance, les constructions sociales devraient s’inspirer ; et les comportements de chacun et de tous. Pas de corsets à la liberté mais pas de liberté sans fondement éthique. Ce siècle pourrait bien être celui d’une liberté davantage maitrisée ou celui des désordres endémiques, appelant quelquefois en réaction les tyrannies ; lesquelles conduisent alors les moutons de Panurge au précipice. Parions donc sur un retour philosophique, viscéral d’une liberté responsable.

18:58 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Indépendamment du fait que vous m'apparaissez comme un bisounours déconnecté des réalités actuelles de l'économie financière, vous semblez faire partie d'une race en extinction de libéraux humanistes qui défendent l'éthique et la liberté assumée.
Il ne sera pas nécessaire de mettre en place le contrôleur du contrôleur et augmenter toujours plus la présence d'un Etat fat en faillite.
La technologie vient de manière dévastatrice et louable offrir la transparence à tous les étages.
Ainsi pourrons-nous enfin, en récupérant notre dû auprès de tous ces opportunistes qui évitent l'impôt, réduire justement celui-ci et toutes les taxes. Car les seuls montants évoqués dans les Panama papers suffiraient non seulement à éradiquer la pauvreté dans le monde, mais surtout à remettre l'administration à flot.
Mais aujourd'hui, être libéral, c'est se fermer les yeux sur une réalité aveuglante en niant l'évidence et en rêvant d'une éthique qui n'a plus d'ancrage dans nos sociétés dont les systèmes encouragent l'optimisation fiscale au travers de montages que vous persistez à considérer comme légaux.
On n'est pas rendus.

Écrit par : Pierre Jenni | 29/04/2016

Les commentaires sont fermés.