28/02/2016

Musée enh péril

Les Citoyens de la ville de Genève ont refusé le crédit pour la rénovation et l’extension du Musée d’art et d’histoire (MAH). Dont acte. Il faut respecter le vote populaire. Il est permis, cependant, de regretter qu’un tel sujet ne soit pas de compétence cantonale, tant il est vrai, qu’avec le Grand Théâtre et le Victoria hall, il s’agit d’un bâtiment et d’une vocation concernant tous les habitants du Canton. A quand cette nouvelle répartition des tâches et des charges entre Communes et Cantons, que la Constituante n’a malheureusement pas été en mesure d’imposer. Autre sujet d’étonnement : le nombre de bulletins blancs sur cet objet. Il y a eu de telles controverses, parfois agressives, sur la question du financement, sur la part du mécène principal et sur le projet architectural lui-même que des votants n’y ont plus vu très clair ; d’où leur vote blanc. Bref, un gâchis, une occasion manquée, des incertitudes, des retards inquiétants à prévoir, des coûts reportés qui vont grimper. Robert Cramer s’est voulu rassurant. Il en sera, dit-il, comme pour le Musée de l’Ariana ou celui d’Ethnographie. Après le refus d’un projet, on a trouvé une solution de consensus. Sauf que, dans le cas du MAH, une Convention avec le mécène principal tombe à l’eau, que d’autres soutiens privés pourraient être vacillants et qu’une restauration urgente s’impose, sans que l’on puisse dire aujourd’hui quelle extension, pourtant indispensable, sera également possible. Les opposants qui ont gagné dimanche assurent que des propositions rapides pourraient être faites. On aimerait en accepter l’augure, même si la prédiction du magistrat Sami Kanaan ne rend pas optimiste. On n’aura rien avant vingt ou trente ans, déclare-t-il. C’est dire que beaucoup des combattants de ce dimanche seront dans l’autre monde lors de l’inauguration d’un vrai beau Musée, restauré et agrandi, apte à tenir sa place dans le réseau des grands Musées modernes. Mais enfin, la recherche de l’intérêt général devrait toujours primer sur la déception et les reproches. Oui, essayons de trouver le consensus qui n’a pas eu lieu pour sortir d’une ornière si typiquement genevoise.

16:48 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

06/02/2016

L'Initiative UDC est subversive

L’Initiative de l’UDC est subversive Oui, en poussant un peu le vocabulaire, on peut considérer que l’Initiative de l’UDC sur le renvoi effectif des étrangers criminels a quelque chose de subversif. Oh ce n’est pas la Révolution. Les membres de l’UDC sont de bons patriotes. Leurs préoccupations quant aux étrangers délinquants et criminels sont partagées par beaucoup. Mais ils ne se rendent pas compte qu’en lançant une seconde Initiative de mise en œuvre de la première, sur le même sujet,--- alors que le Parlement a pourtant voté une loi d’application de cette première Initiative---, Ils donnent un coup de pioche au fonctionnement de nos institutions. Ils brandissent leur étendard déployé en plein vent avec la devise en majuscules : méfiance, encore méfiance, toujours méfiance. Certes, ils répondent que la loi votée parle Parlement ne respecte pas assez leur première Initiative. Pourtant, nettement plus dure que la loi précédente mais juste, elle élargit clairement les cas où un criminel étranger mérite l’expulsion. L’Initiative de mise en œuvre veut, en fait, aller plus loin que la première. Aux criminels dits graves s’ajouteraient des délinquants moins dangereux mais considérés comme affectant l’ordre public, dès lors qu’ils seraient récidivistes. Ce n’est plus une mise en œuvre mais une accentuation lourde. Si cette loi d’application ne convenait pas à l’UDC elle pouvait lancer un Référendum afin que le peuple renvoie leur copie aux Parlementaires. Mais écarter sans discussion directe cette loi et prétendre faire directement le travail de députés mal notés: voilà qui déséquilibre le jeu démocratique. Il s’agit d’un précédent dangereux, d’une incitation à une pratique qui serait malheureuse. C’est ce basculement vers une confusion des rôles qui porte un élément subversif. L’UDC a retrouvé ses deux Conseillers fédéraux. Elle est un Parti gouvernemental. Elle devrait être garante d’une clarté dans le fonctionnement démocratique et non pas porteuse d’une surenchère de la méfiance. Et puis, l’élément subversif touche un autre aspect de l’équilibre précieux des pouvoirs. Avec la loi d’application votée par le Parlement, le Juge peut éventuellement renoncer à une expulsion si la mesure met l’expulsé dans une situation grave et si l’intérêt public ne l’emporte pas sur l’intérêt de la personne jugée à rester en Suisse. Cette marge d’appréciation laissée au juge est conforme aux engagements internationaux de la Suisse et protège contre un arbitraire de l’expulsion trop automatique. Là encore, l’UDC, en marginalisant les juges, donne un coup de pioche contre un équilibre institutionnel. Toujours cette méfiance présentée comme un antidote au laxisme mais qui contient une dose cachée de poison antidémocratique, finalement anti- suisse. Si l’on ajoute à cela qu’un succès de l’Initiative ne faciliterait pas nos négociations laborieuses avec l’Union européenne, on a vraiment de bonnes raisons pour souhaiter son échec le 28 février.

13:59 | Lien permanent | Commentaires (11) |  Imprimer | |  Facebook | | | |