15/12/2015

France: drôle de démocratie

France : drôle de démocratie Beaucoup de Genevois auront suivi les élections régionales françaises. Certains se seront félicités du barrage dressé face au Front National lors du deuxième tour. Et pourtant ? Notamment, en PACA et en Nord Pas de Calais, c’est à dire contre les Le Pen tante et nièce, l’opération ne laisse-t-elle pas songeur ? Messieurs Bertrand et Estrosi sont-ils des vainqueurs au plein sens de la démocratie ? Le malaise est flagrant. Pour leur succès, il aura fallu que les listes socialistes fussent retirées. Autrement dit, durant six ans, aucun socialiste ne figurera dans ces deux Conseils régionaux. Aucun débat institutionnel entre la Gauche et la Droite n’y aura lieu. Certes, les deux élus ont multiplié les assurances selon lesquelles ils tiendraient compte de tous leurs électeurs du deuxième tour. Paroles, paroles chantait Dalida. Depuis 2012, les deux n’ont cessé d’attaquer durement les Socialistes au pouvoir. Et voilà que, soudain, grâce à un ennemi commun dressé comme un épouvantail, on célèbre le Front républicain qui a stoppé l’extrême droite. Voilà que serait écarté le risque de guerre civile, selon les mots un peu hystériques de Manuel Vals. Entendons nous bien. Rien dans le discours du Front national ne devrait séduire un esprit raisonnable. Ni le ton adopté pour parler des étrangers, des immigrés, des Musulmans. Ni les solutions extrêmes et irréalisables évoquées dans ce domaine par leurs ténors. Ni le protectionnisme économique appelé de leurs voeux. Ni la dénonciation des liens liant la France à l’Union européenne. Ni cette confiance mythique accordée aux frontières nationales d’antan. Soit ! Mais une Présidence dévolue à ce parti dans deux régions n’aurait pas signifié la révolution nationale du régime de Vichy. Les compétences dévolues aux régions sont limitées dans une France qui reste fortement centralisée. Les budgets aussi le sont. Surtout, un tel barrage anti Front national aurait eu un sens si Gauche et Droite traditionnelles, en France, en étaient à former des coalitions à l’allemande. On en est bien loin. Certes on peut discuter le point de vue exprimé ici et la réaction d’un Nicolas Sarkozy contre sa numéro deux au Parti républicain n’illustre vraiment pas une culture libérale du dialogue. Ce Bonaparte qui ronge son frein n’est décidément pas Tocqueville. Il n’empêche que cette opération,-- n’en déplaise aux Socialistes qui se targuent d’avoir eu le réflexe moral--, dégage un parfum peu démocratique. Une dramatisation, une pression énorme et une sortie de terrain ont incité des électeurs à voter à contre sens. Les Socialistes ne joueront pas le jeu du débat démocratique dans des Conseils régionaux abandonnés pour les besoins de leur hostilité principale. Des Socialistes frustrés, des élus du Parti républicain peu légitimés : voilà des arguments qui vont doper la campagne présidentielle de Marine Le Pen. Ajoutons à cela les tiraillements internes à gauche et à droite : quelle image trouble en ressort ! Franchement, nous avons eu le spectacle d’une drôle de pièce. Sans doute, les calculs tactiques de François Hollande en vue de 2017 ont-ils pesé lourd dans cette opération. Mais il est probable que nombre de Français auront encore moins confiance dans une classe politique qui joue à l’élastique avec la démocratie. Heureusement qu’il y a eu une vraie bataille dans la régionale de l’île de France. Valérie Pécresse, au moins , offre une image intacte.

17:26 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Valérie Pécresse ... moi j'aurais pas misé sur ce cheval :

https://vimeo.com/147819000

Écrit par : El Captain | 15/12/2015

Si des élections pouvaient changer quelque chose, ça fait longtemps que ce serait interdit (Coluche).

Disons que dans l'un des camps, c'est pas très compliqué, "l'enfer c'est les autres", (l'Europe, les migrants, lat"mondialisation"), très pratique comme bouée dès que que la houle agite les eaux dormantes. Cependant ce postulat simpliste prend aussi spectaculairement qu'une mayonnaise, rien de surprenant.

Dans l'autre camp, des incapables obnubilé par leurs carrières minables aveuglées par les reflets de cette notoriété passagère et tout aussi gluante, voir plus coupable que les lâchetés ancrées dans ce qu'ils appellent ; la "normalité" !

Comme l'avait suggéré Primo "Les monstres existent, mais ils sont trop peu nombreux pour être vraiment dangereux ; ceux qui sont plus dangereux, ce sont les hommes ordinaires, les fonctionnaires prêts à croire et à obéir sans discuter", ça, les deux camps l'ont très bien compris.

Bientôt, tous ils se reconnaîtront entre-eux, extrême droite, extrême gauche et qu'importe la gauche ou la droite !

Écrit par : Corto | 16/12/2015

Le judo consiste principalement à utiliser l'énergie de l'autre contre lui même !

Qu'est-ce que la gauche a comme levier dans la course aux présidentielles ?

Si l'on en croit les estimations ou les sondages, Hollande ne passe pas le premier tours en 2017, c'est un fait !

Dès lors, quelle stratégie reste disponible au tonton Hollande pour combattre un ennemi abordable, une stratégie visant a passer devant le clan le pen semble définitivement inenvisageable, donc la course et la foire aux bassesses devra se concentrer envers la droite républicaine, pas d'autre choix possible !

Le trompe l'oeil cherchant à stigmatiser le fn alors que les coups ne se concentrent qu'envers ceux avec qui il faut faire des alliances contre-nature, et cela, dans l'unique but pour faire barrage envers le même fn est devenu l'image de fond de la politique française. Pour dire comme c'est tordu !

Comme dans un hypothétique match de boxe avec 3 combattants sur le ring, tous cherchant une victoire sans faire alliance avec le plus performant des 3, c'est juste impossible !

Écrit par : Corto | 17/12/2015

Une dite démocratie qui "à défaut d'arguments sérieux" concernant d'éventuels présents méfaits imputables à Marine Le Pen s'acharne contre le FN parti politique français reconnu.

Jean d'Ormesson estime que le président Pompidou était un homme droit, intelligent, intègre et compétent.

Paysan, par ailleurs.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/12/2015

Les commentaires sont fermés.