21/05/2015

Najat-Attila : l’herbe ne repoussera pas

En France, des intellectuels de haut vol s’insurgent contre les projets de réforme scolaire et la direction que la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem veut imposer à l’école. Jean D’Ormesson évoque Attila. Bien sûr la comparaison parait énorme. La jeune ministre a un frais visage et une expression innocente. Elle est pleine de <bonnes intentions>. Egalité des chances, rencontre de l’école avec la diversité culturelle : une réalité de la France d’aujourd’hui. Mais ce que Jean d’Ormesson évoque est la fameuse phrase : là où Attila passe l’herbe ne repousse jamais. Autrement dit, si l’école voit ses programmes être chamboulés, des pivots traditionnels être relativisés c’est toute une orientation de la formation et de la culture françaises qui en sera durablement sinon inexorablement modifiée. En guise de réplique aux intellectuels qui la contestent, la ministre a déclaré qu’elle préférait l’excellence républicaine à l’excellence dynastique. Le message est clair. Ces d’Ormesson et autre privilégiés sociaux voient dans le latin, le grec, l’histoire nationale, avec ses repères de toujours, le socle autour duquel cette élite de naissance, ce cercle restreint monopolisent la culture, les parcours scolaires et universitaires (grandes écoles), les réseaux, le langage codé des initiés. Or, cette République nourrie de ses diversités, de son métissage croissant, de la cohabitation entre plusieurs héritages historique, religieux et philosophique dont aucun n’a droit à une prééminence n’aurait plus besoin des critères de cette  excellence dynastique. Le vécu et le ressenti personnels de la jeune ministre issue de l’immigration sont évidemment frappants dans toute cette démarche. Mais cette dernière est cautionnée sans grande réflexion par le Président et le Premier ministre.

Alors oui, Jean d’Ormesson et les autres ont raison de crier au feu. Que serait la France sans ses racines grecque et romaine qui ont forgé sa langue ? Que serait-elle sans le Moyen âge chrétien qui a laissé une église dans quasiment tous ses villages et des cathédrales dans ses grandes cités ? Que serait-elle sans le long effort vers l’unité à travers les crises les guerres civiles, les rois, les républiques successives. Mais que serait la France sans l’emprunte artistique et culturelle de la renaissance, sans la trace vive du siècle des lumières ?

Evidemment qu’il y a eu sans cesse les apports des immigrés. Mais, jusqu’à il y a peu, les uns et les autres, sans perdre leurs particularités, étaient absorbés par cet héritage. L’Africain Léopold Senghor voisinait à Normale sup avec Georges Pompidou pour l’agrégation de lettres. Il n’en avait pas pour autant, que l’on sache, renié ses origines. Que beaucoup d’élèves, et évidemment ceux dits des banlieues, n’aient cure du grec, du latin, des églises romanes, et de tout le reste n’enlève rien à la valeur de ces repères, à une culture qui donne une emprunte à l’ensemble. L’excellence élitaire peut aspirer une méritocratie de la République. Personne ne dit que le défi soit facile. Mais la réponse ministérielle est assurément destructrice du cœur français.

On dira peut être que ce propos sur la France est déplacé de la part d’un Suisse, d’un Genevois. N’avons-nous pas nos propres débats ? Non, cette affaire ne nous est pas étrangère. La France nous influence, nous imbibe. L’évolution des programmes d’histoire dans la perspective des maturités cantonales est inquiétante. Avec un temps de retard nous risquons de suivre les mêmes dérives, d’être gagnés par les mêmes mouvements de dilution, de perte d’identité historique et culturelle. La résistance à tout cela doit être aussi notre combat.

16:23 | Lien permanent | Commentaires (12) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

"La France nous influence, nous imbibe." ; le contraire est juste aussi.
Regardez Nabilla Ben Attia, la genevoise et son "Allo" ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 21/05/2015

Un point à retenir: ne pas surcharger l'élève en difficulté scolaire par, en outre, du "latin"!

Madame Najat Vallaud-Belkacem parlerait-elle d'expérience?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 21/05/2015

"Avec un temps de retard, nous risquons de suivre les mêmes dérives". Je crois, Monsieur, que c'est déjà fait. Il suffit de voir ce qui se passe au CO avec le latin et au primaire avec l'histoire suisse.

Écrit par : Duval | 22/05/2015

La belle affaire !
J'ai fait toutes mes études en France où j'ai passé mon bac. Et durant toutes ces années je n'ai pratiquement appris que l'histoire de France. Vercingétorix et tous les rois Louis, Henri, François et autres. Et rebelote avec Louis XIV. Puis la révolution, Napoléon et ses campagnes victorieuses. Léger passage sur Waterloo puis très court passage sur la restauration puis sur Napoléon III. Et après plus rien. A croire que la France s'est arrêtée de vivre à cette époque.
Louis XIV et Napoléon Bonaparte furent les plats d'excellence. Et personne ne nous a jamais fait remarquer qu'ils avaient pratiquement ruiné la France ni que s'ils étaient des héros en France, Napoléon était haï ailleurs.
La "Grandeur de la France" n'est-ce pas !
Il serait donc temps de changer un peu et que les français apprennent enfin que le monde ne s'arrête pas à la France, que l'Europe et le monde ont une histoire et que celle-ci n'a pas forcément des racines gréco-latines.

Écrit par : Lambert | 22/05/2015

"L'herbe ne repoussera pas" et les monuments détruits au nom de l'Islam ne resurgiront pas du sol, pas plus que les autres chef-d'oeuvre ne se matérialiseront à nouveau.

Écrit par : Mère-Grand | 23/05/2015

Si tu ne comprends pas le monde d'où tu viens, tu ne comprendras pas le monde où tu vas. Si tu viens de l'autre monde et que tu ne rencontres pas de nouveaux mondes accueillants et cultivés mais un chaos destructeur et barbare, alors tu voudras que de là où tu viens s'impose ta vision d'un monde en construction.

Aujourd'hui, l'Europe, à travers ses révolutions culturelles réussies, reste un phare, une direction pour un avenir possible. Si elle suit la trace d'un monde oriental chaotique et destructeur qui a perdu ses racines, le sens de ses origines et bafoue ses propres valeurs culturelles en refusant toute révolution spirituelle et en se tournant vers son passé de façon hermétique et sectaire, elle se perdra elle aussi dans les guerres. Donc oui. Connaître ses origines est primordial pour voyager et comprendre le reste du monde et se comprendre soi-même.

Écrit par : pachakmac | 24/05/2015

Bonsoir,
j'ai beaucoup aimé votre blog sur Mme Najat.
Il est désormais de notoriété publique que les socialistes veulent détruire notre culture judéo-chrétienne. Pourquoi? Tout simplement par haine de ce qui ne correspond pas à leur point de vue.
J'en veux pour preuve, le twitter obscène d'un de leurs militants qui se réjouissait de l'incendie de l'église du Lignon.
Ce M. Kull s'est ensuite empressé de dénigrer le christianisme, évitant soigneusement de mentionner qu'il existe des Chrétiens progressistes.
J'ai contacté à plusieurs reprises son parti, sans résultat probant comme des excuses publiques, par exemple. Je n'ai gagné qu'un semblant d'intérêt.
Je déplore que personne à part un député MCG n'ai vigoureusement réagi.
Si vous, les gens de droite ne voulez même pas réagir fortement et publiquement contre ces atteintes à la liberté de penser autrement, qui arrêtera ces fascistes de gauche?
Faudra-t-il que les braves gens s'organisent en milices pour lutter contre la christianophobie ambiante?
Merci de me répondre.
Bonne soirée.
C. Demierre

Écrit par : C. Demierre | 24/05/2015

Etonnant qu'après les années 20-40 que le terme "judéo-chrétien" fleurisse comme un bouclier humain, tout comme celui financé par l'onu afin de lancer des missiles depuis des écoles.

Un peu de retenue Messieurs, apprenez l'histoire et sachez d'où la ou de qui la France s'est encombrée de ce terme usurpateur (affaire Dreyfus).

Si l'Europe était "judéo-chrétienne" pensez-vous que des Finkielkrauts, des Todds, des Zemmours, des BHL, des Elisabeth Levy, des Bruckner devraient encore se battre contre des sorals, des dieudonnés, des ramadans, des le pen et des socialistes ?

Non, si l'Europe était "judéo-chrétienne" ou de culture "judéo-chrétienne", le monde n'en serait pas là !!!

Écrit par : Corto | 26/05/2015

@ C. Demierre

Partageant votre point de vue j'ai eu l'occasion de lire et voir confirmer mon sentiment selon lequel Mesdames Najat comme C. Taubira sont inatteignables, intouchables, toutes-puissantes... protégées, "couvées" par Messieurs Hollande et Valls.

Ainsi qu'en cette blogosphère attaquer bassement, salement, foi, religion, est un "ministère", une vocation, un appel... adressé (par qui)

à des personnes ignorantes, non pratiquantes, donc pas au courant des forces comme des faiblesses de la pratique non d'hier, du temps de la féodalité, de l'Inquisition mais d'aujourd'hui allant jusqu'à traiter les croyants de malades mentaux ce avec la complicité d'auteurs de blogs qui, vu le manque de courtoisie et de pertinence de leurs commentateurs seraient en droit de refuser la publication de commentaires pestiférés, ignobles, indécents.

Mais comment comprendre le silence quasi unanime des personnes premièrement concernées tant pasteurs, rabbins que curés, prêtres, vicaires ou diacres?

Faut-il imaginer qu'aucun d'eux comme d'elles ne lirait ces commentaires ou n'aurait connaissance de la blogosphère d'ici comme d'ailleurs?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/05/2015

@ Corto Dans les évangiles il est écrit à certain "petit troupeau" (troupeau pour l'époque en monde rural un peu comme "paroissiens", Jésus appelé plus tard bon pasteur. Galilée campagne fleurie, riante, gaie contrairement à Jérusalem où, dès l'approche, chacun saisit qu'il n'est plus là pour rigoler...) Jésus demande de "relever la tête"! Le Royaume (non temporel) viendra. Petit troupeau, peu de monde ("beaucoup d'appelés, peu d'élus", l'"élection" concernée dépendant de notre bonne foi, pensées, paroles et actes).

Il n'y a pas en ce monde judéo-chrétien comme musulman que des criminels, monstres, cuistres vaniteux. Malheureusement, parce que rusés, rapides, dénués de tout scrupule, vampires monstrueux, ce sont eux non seulement que l'on entend mais, pour la plupart, qui mènent le monde.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/05/2015

Vous trouvez pas que les sermons, c'est n peu dépassé ?

Écrit par : Corto | 26/05/2015

Lorsque la crue se déverse, les esprits les plus faibles s'accrochent aux plus grosses branches !

Écrit par : Corto | 26/05/2015

Les commentaires sont fermés.