22/04/2015

Le cimetière marin: que faire?

Le cimetière marin : que faire ?

 

Avec l’âge il faut essayer de gagner en honnêteté intellectuelle. Les naufrages tragiques et les noyades affreuses en méditerranée nous frappent, nous choquent mais ne nous empêchent pas de dormir. La succession sans relâche des informations sur les drames du monde éveille parfois nos consciences, par à coups, mais anesthésie malheureusement nos sensibilités dans la durée. Il y a d’abord notre vie, ici et maintenant. Ce n’est pas cynique de dire cela, c’est réaliste et, oui, un peu honnête. Ah , pour ceux notamment qui sont nourris de culture chrétienne il y a cette image du Christ souffrant qui s’agite dans les têtes. J’étais migrant et vous m’avez accueilli, aurait-il dit en substance. C'est-à-dire que chaque porte ouverte au réfugié le serait au Christ. Quel rappel et quel appel ! Mais on pense aussitôt au passage des frères karamazoff de Dostoïevski. Le grand inquisiteur qui dit à Jésus revenu sur la terre : tu nous assommés avec un message d’Amour total et tu nous a laissés nous débrouiller pour organiser la vraie vie des hommes, avec tout ce que cela comporte de difficultés, de complications, d’affrontements, d’équilibres à trouver.

Bien sûr qu’il faut des messages forts rappelant des valeurs essentielles. Bien sûr que c’est l’oubli, l’indifférence qui ont permis tant d’atrocités. Le procès de l’ancien comptable d’Auschwitz illustre la triste conclusion d’une Hanna Arendt : la banalité du mal. Mais la réponse ne peut sérieusement pas être d’accueillir toute la misère du monde en acceptant sans autre tous les migrants qui veulent gagner l’Europe. On dit souvent que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Imaginez que des flux ininterrompus se déversent vers l’italie puis vers les autres pays européens, venus d’une Libye en plein chaos institutionnel et politique. Allons faisons d’abord un peu d’auto critique. Il fallait sans doute empêcher Kadhafi de massacrer son peuple. Mais fallait-il le casser totalement en n’ayant rien pour le remplacer ? Il avait promis que sa chute entrainerait une migration incontrôlable, que lui endiguait. Ce n’était pas faux. De même, on voit le résultat de l’élimination d’un Saddam Hussein dont on sait qu’il n’avait pas d’armes de destruction massive. C’est triste de se demander si la présence de ces personnages odieux n’était pas moins nocive que leur élimination brusque sans vraie et fiable solution de rechange. On en vient à se dire qu’un professionnel réaliste sans états d’âme comme Henry Kissinger a eu une influence plus bénéfique sur les équilibres mondiaux qu’un Bernard Henry Lévy appelant à la croisade contre les Diables. Eh oui, ce n’est pas simple la politique à l’échelle du monde.

Toutefois, la migration est là. On ne peut l’ignorer, ni par souci d’humanité ni par réflexion sur notre sécurité à moyen et à long terme. Il y a ces passeurs odieux qu’il faudrait éliminer militairement. Il y a cette Libye qu’il faut remettre sur pied et remettre en mesure de collaborer au reflux des migrants utilisant son territoire. Il ne s’agit pas de rejouer le scénario de la barque pleine comme lors du refus de Juifs fuyant le nazisme. Mais qui ne voit que de très nombreux migrants viennent non pas pour fuir les persécutions mais pour trouver un avenir meilleur que nous ne pouvons pas, globalement, leur offrir ! Qui ne voit les déséquilibres et les situations explosives de ghettos dans nombre de villes européennes ! Qui ne voit le risque que ces pressions, et la non maitrise du problème  n’exacerbent les réactions nationalistes et xénophobes ! Oui il faut aider l’Italie. Oui il faut une collaboration et une coordination des pays européens, dont la Suisse. Oui, il ne faut pas oublier le cœur. Mais comprenons que l’affaire est très compliquée, pleine d’éléments qui se contrarient et qu’il n’existe pas de solution simple. Comprenons qu’il ne s’agit pas seulement de trouver des parades et des ouvertures à court terme mais qu’il s’agit d’évaluer les conséquences à long terme pour nos sociétés, pour leur équilibre.

Alors, merci à ceux et celles qui secouent notre indifférence. Mais que ceux-là admettent la difficulté de trouver er de mettre en œuvre les moins mauvaises solutions.    

19:53 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pour être concret, admettons et faire admettre que Dublin n'a plus de pertinence pour la situation actuelle. Ce soir à Lausanne : http://www.desobeissons.ch/?p=457

Écrit par : Carol Scheller | 23/04/2015

Le Christ aurait-il dit "J'étais migrant et vous m'avez accueilli"?
"Passons sur l'autre rive"(mais quel "miracle")?

Aurait-il appelé au secours son père "des ciels" (traduction Chouraqui)?

Appelé "Au secours!" pour trouver les solutions qui s'imposent non là où elles ne sont pas mais là où elles se trouvent: dans les pays concernés sachant que les migrants n'ont pratiquement aucun avenir en nos pays sinon clandestinité travail au noir, exploitation forcenée... Donc, appeler "Au secours"! "Tout court" Dieu lequel, manifestement donnant le sentiment d'avoir l'oreille dure (Auschwitz, tant d'autres atrocités d'hier comme d'aujourd'hui) tout en attirant l'attention sur les "départs en voyage" de Dieu annoncés par le moyen des paraboles où le "proprio" de la création, Dieu, la confie (sous la forme de ses biens) à des serviteurs que Jésus appellera désormais "amis"...

Terre des hommes s'active auprès de ceux qui ont réussi à "passer sur l'autre rive". Les autres, démunis?

Les responsables de Terre des hommes trouveront-ils familles, foyers, adoptions pour ces enfants "sauvés des eaux" parfois désormais orphelins?

Sans aucun doute (le fondateur de terre des hommes était absolument émerveillé par la générosité et l'amour, l'accueil de tant de particuliers, couples et familles)!

Mais le problème quant à son fond, lui, n'est pas réglé.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/04/2015

Voici un reportage de la télévision belge, la RTBF, qui démontre comment entrer en contact avec des passeurs, sur Facebook.

Tout est dit.

http://www.rtbf.be/video/detail_immigration-le-recrutement-des-passeurs?id=2010860

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 25/04/2015

P.S.Il n'y a jamais eu que Terre des hommes. En revanche, son fondateur habitua les siens à toujours aller au fond des choses, en l'occurrence, le nœud du problème se trouve dans les états des migrants ce qui n'est pas un appel à ne rien faire mais à admettre enfin qu'il faut voir là où, en tout premier lieu, à l'origine, à la source, le bât blesse.

D'autre part Carol Scheller voit juste: Dublin n'"a plus de pertinence pour la situation actuelle" d'autant plus que l'on s'en prend à l'Italie qui ne sauve pas chaque migrant, aux pays qui demandent des quotas. On s'en prend à tout le monde sauf à ceux qui ont orchestré et orchestrent ce crime contre l'humanité.

De l'époque dite celle de Jésus (Evangile essénien de Jésus retenu entre les griffes du Vatican mais authentifié par des "complicités internes" Bordeaux-Szekely: on pourrait dire Jésus de Qumran?!)la misère était extrême, les impôts levés par les gens du Temple exorbitant, sans oublier les impôts des Romains. Il y avait des tremblements de terre si violents qu'ils descellaient les pierres tombales, certes, mais il y a deux mille ans!
Et, tels Les accords de Dublin, les paroles des évangiles méritent d'avancer dans le temps elles aussi.

Jésus, son profil évangélique, est quelqu'un qui ne mâche pas ses mots, qui va droit au but. Les gens du Temple gardiens de la loi par lui, Jésus, s'entendent dire que ce n'est pas les hommes pour la loi mis bien la loi pour les hommes... ce que Jésus, aujourd'hui, n'hésiterait pas à redire à ceux qui utilisent la loi à leur service, au service de leur visées, de leurs profits, petits plaisirs comme de prestige et de pouvoir, gains et profits une fois élus (sans oublier ces patrons aux salaires à faire rougir auxquels il pourrait dire que "Ce que tu refuses à ton personnel, le partage équitable, c'est à moi que tu le refuses"! Mais, aujourd'hui, quel effet la parole d'un homme simple employé, chômeur, rentier AVS (récemment un homme très riche a fortement augmenté le salaire de ses employés, ravis. Les commentaires n'ont pas tardé: "c'est juste pour faire encore plus d'affaires, pour se faire de la publicité"! aurait-elle sinon fin sourire, haussement d'épaules...?!

Dans ces conditions, l'état de la planète après 2000 ans non de Vatican mais d'étude et, paraît-il, de pratique des évangiles... s'adressant bien poliment à son père Jésus ne lui dirait-il pas qu'il souhaite lui rendre son tablier?!

Bien sûr que non?!

Écrit par : Myriam Belakowsky | 29/04/2015

Les commentaires sont fermés.