21/01/2015

Un service national obligatoire?

Un Service national obligatoire ?

Et si les vieilles obligations du temps passé étaient les meilleures recettes pour les temps nouveaux ? Dans la plupart des pays démocratiques, sauf en Suisse, on a supprimé le Service militaire  obligatoire. En Suisse, il existe mais cohabite avec un Service civil de remplacement. Toutefois, nombre de jeunes citoyens échappent à cette obligation militaire, pour diverses raisons plus ou moins bonnes, de diverses manières. En France, c’est Jacques Chirac qui a mi fin à la conscription automatique des jeunes Français. Il y avait une logique. Il fallait une armée de professionnels aguerris, aptes à intervenir sur divers terrains d’opération : Afrique, Afghanistan, Syrie etc… Même dans la conception de défense du territoire, les exigences techniques, les limites financières, la nécessité de compétences et de résistance à un niveau élevé plaidaient en faveur de ce grand changement. Et si cela avait été une grande erreur ?

Il faudrait en conclure que le Service militaire, avec toutes ses pesanteurs et ses travers nombreux, n’en était pas moins un facteur d’identification nationale. Ce n’est donc pas étonnant qu’en France, par exemple, la question ressurgisse. Le Gouvernement semble vouloir élargir le champs du Service civil. L’opposition (qu’en pense Jacques Chirac ?) évoque un Service national. L’idée, d’ailleurs, avait aussi  intéressé Ségolène Royal lors de sa campagne présidentielle de 2007. Il y a des retournements amusants. Mais oui, il faut l’envisager. On l’a dit, dans les banlieues, auprès des jeunes français issus de l’immigration et travaillés par des extrémistes qui se réclament de leur culture et de leur religion, il y a nécessité impérieuse d’une éducation citoyenne ; dans leur parcours scolaire particulièrement. Mais ensuite, un Service national , mêlant cours théoriques et engagements pratiques profitables à la communauté, ne serait-il pas une chance pour ces jeunes ? On pourrait y tenir compte, dans la constitution des groupes, d’une mixité sociale. On pourrait y imposer des conditions d’hébergement convenables mais spartiates. On pourrait commencer les journées avec l’hymne national et drapeau flottant au vent. Et puis ce qu’il faudrait d’exposés sur les valeurs de la République ( droits individuels, laïcité, liberté d’expression, devoirs citoyens…) Rien de trop lourd mais juste assez pour que cela marque.

En Suisse, le débat mérite d’être posé. Dans les années soixante, le professeur Jacques Freymond, directeur des HEI et par ailleurs Colonel, préconisait déjà un tel Service national obligatoire, incluant ce qu’on appelle le Service civil de remplacement pour objecteurs de conscience et ne supprimant pas l’obligation de principe du service militaire. Un tel Service national pourrait collaborer avec des institutions économiques et sociales. L’obligation de mettre ainsi quelques mois à  disposition de l’Etat ne devrait-elle pas s’appliquer également aux jeunes filles de vingt ans ?

Concentrés que nous sommes sur les questions de stratégie et de moyens militaires, on a oublié le rôle intégrateur  de l’engagement citoyen.  Et, depuis mai 68, on a oublié que l’individu n’a de sens que dans une liberté responsable. Mais ce binôme ne va pas de soi, surtout si l’on n’y est pas habitué dès l’enfance. Il y faut de la connaissance et de l’éducation. Il ne s’agit pas d’un retour à la Nation fermée sur elle-même. On n’est pas chez Pétain avec le slogan travail, patrie, famille. On est en démocratie pleine et entière. Mais la Nation, le Pays ont de quoi redevenir des repères, des piliers de nos démocraties : lesquelles sont appelées à collaborer les unes avec les autres en défendant des valeurs communes acquises au travers de l’histoire, et en menant une guerre conjointe pour casser le terrorisme.   

Alors oui, En France, ailleurs, en Suisse aussi pourquoi ne pas créer une Service national obligatoire ?

17:17 | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Il faudrait en conclure que le Service militaire, avec toutes ses pesanteurs et ses travers nombreux, n’en était pas moins un facteur d’identification nationale."

Se pose aujourd'hui la question de la loyauté. La fin de l'empire romain, c'est quand on s'est aperçu que l'armée "romaine" était constituée des mêmes barbares que ceux qui envahissaient Rome...
On serait curieux d'avoir des données ethniques sur l'armée suisse. J'ai un peu l'impression qu'il n'y a plus un seul suisse romand d'origine suisse qui fait l'armée. Qui sont les autres ?

"Le Gouvernement semble vouloir élargir le champs du Service civil. L’opposition (qu’en pense Jacques Chirac ?)"
Qu'en pense Chirac ? Peut-être la question à ne pas poser...

Écrit par : Géo | 21/01/2015

Il est certain qu'un service doit être fait pour tous les citoyens ou rien, cependant une armée qui reste coincée au 17ème siècle dans son fonctionnement comme dans son armement, ça ne peut plus continuer !

Ou la Suisse construit une armée dissuasive et à la pointe des technologies ou elle arrête de jouer aux soldats de plomb !

Exemple une aviation fonctionnant aux heures de bureaux démontre la profonde débilité de l'état major, si état major il y a ??

Écrit par : Corto | 21/01/2015

Bien vu.

Écrit par : norbert maendly | 21/01/2015

Monsieur Eggly question très pertinente surtout quand on sais le nombre de jeunes ardents défenseurs sur la toile et scotchés à la journée derrière un écran ,tous remplis de belles théories ,attendant surtout que d'autres les appliquent à leur place car tous n'ayant en tête que de briller comme un Rubistein mais sur clavier électronique /rire
Avec mes meilleurs vœux pour 2015 au cas ou la formule consacrée aurait brillé par son absence sur votre blog
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 22/01/2015

Avec votre sens du devoir habituel, vous n'avez pas publié mon commentaire. L'ordre règne en Helvétie, prête à la soumission. Surtout ne pas blesser nos futurs maîtres, n'est-ce pas ?
En attendant, on lit dans 24 heures - et donc vraisemblablement dans la TdG - que les militaires musulmans de France se contentent de rejoindre EI en Syrie, après s'être formés dans les forces spéciales ou à la Légion pour ceux qui n'ont pas la nationalité...

Écrit par : Géo | 22/01/2015

Les commentaires sont fermés.