07/01/2015

Nos valeurs face à l'horreur

Nos valeurs face à l’horreur

Nous sommes tous horrifiés par l’attaque meurtrière et monstrueuse contre les rédacteurs et dessinateurs de Charlie Hebdo. L’indignation, la dénonciation, la compassion et la solidarité sont les premiers mots qui viennent à la bouche. Cela étant, relevons qu’il s’agit d’un choc frontal entre , d’une part, une pointe acérée de notre monde démocratique et, d’autre part, l’extrémisme fanatique qui secoue le monde musulman. C’est un choc tragique aux frontières de deux civilisation ; aux frontières et, Dieu merci, non pas au cœur. Charlie Hebdo, qu’on l’apprécie ou non, s’en prend à tout ce qui lui parait critiquable et risible à tout ce qui passe devant son cham de vision. Il le fait avec une verve polémique tant par l’écriture qu’au travers des caricatures. Mahomet n’y est pas plus étrillé que Jésus ou le Pape. En fait, dans son genre qui n’est pas celui qu’apprécie le plus un vieux Libéral genevois,  Charlie Hebdo a sa place dans notre cohérence démocratique,  en ce sens qu’il use largement de cette valeur fondamentale qu’est la liberté d’expression. Et si cette dernière peut être limitée par le Droit dans certains cas ( diffamation, calomnie…) elle ne saurait l’être de manière générale.  Une auto censure par peur et devant la pression serait déjà un échec de notre démocratie.

A l’inverse, Les Musulmans fanatiques illustrés en Irak et en Syrie par le soit disant Etat islamique n’ont qu’une idéologie politico-religieuse absolument totalitaire. Dans les illustrations de nos valeurs démocratiques, ils ne voient que décadence, blasphème et pourriture. Le monde occidental est un Satan à détruire. Mais les Etats musulmans dits modérés ou vus comme complices des Occidentaux sont aussi des renégats à pousser en enfer. Souvenons nous du massacre des enfants au Pakistan. Même horreur. Il n’y a donc pas de compréhension, de compromis possible entre ces deux positions. Nous sommes en guerre contre les Islamistes fanatiques. Ce qui s’est passé à Paris peut advenir demain à Genève.  Nous sommes en guerre au côté des Musulmans qui se trouvent être également leurs cibles.

Naturellement, comme nous y invitent les grands dignitaires religieux, gardons nous de tout amalgame, de toute généralisation. La majorité des Musulmans de France et d’Europe sont aussi étrangers que nous à cette horreur. Toutefois, ils le seront aux yeux de tous à condition de se rallier pleinement aux valeurs fondamentales des pays démocratiques dans lesquels ils vivent : la la laïcité émanant de l’Etat et des administrations publiques, écoles publiques comprises,  droits égaux entre hommes et femmes et acceptation du grand principe de la liberté d’expression même choquante, sous réserve de protection individuelle.

Nous devons, en Europe, être beaucoup plus clairs et plus fermes sur nos valeurs et nos principes, sans mollesse complaisante aux allures d’engrenage vers une dilution de nos assises. Il faut dire non à l’instrumentalisation populiste de ces faits contre les étrangers ; mais il importe d’affirmer que tout résident dans nos pays démocratiques doit accepter nos règles de vie en commun, quitte à supporter quelque distance avec certaines habitudes culturelles amenées avec lui.  

Quant à la résistance absolue contre les fous de Dieu elle doit être commune, intransigeante, avec des réactions et des sanctions à la hauteur de la menace et de nos valeurs. Il n’est plus question de réinsertion. Unis derrière nos autorités aux responsabilités, nous sommes en guerre au nom du droit de vivre  libres : libres aussi de nous référer à un Dieu d’amour et non de haine obscurantiste.    

 

19:07 | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

semble que même face à une telle horreur d'attentat contre la démocratie, vos efforts ne se concentrent que sur vos justifications

allez-vous aussi déliter ma réponse à votre sutet, sur ce blog où la TdG vous hoste?

Écrit par : genevois déshérité | 07/01/2015

Bonsoir Monsieur,

" Cela étant, relevons qu’il s’agit d’un choc frontal entre , d’une part, une pointe acérée de notre monde démocratique et, d’autre part, l’extrémisme fanatique qui secoue le monde musulman. C’est un choc tragique aux frontières de deux civilisation ; aux frontières et, Dieu merci, non pas au cœur. "

Est-ce "Le choc des civilisations" décrit par Huntington, une théorie que pourtant d'aucuns contestent aujourd'hui ?
Il faut relever qu'ici ces deux civilisations cohabitent dans le même pays, la France, voire dans la même ville, car si l'on en croit les dernières informations, ces fanatiques semblent être nés à Paris. Et c'est cela qui est peut-être le plus préoccupant, la cohabitation au sein d'un même pays de deux cultures antagonistes, l'une fondée sur l'amour du prochain, la tolérance et la laïcité, l'autre sur le mépris de la vie, l'intolérance et la théocratie. Les enfants de ces deux cultures ont pourtant fréquenté les mêmes écoles, ont peut-être pratiqué ensemble les mêmes sports, eu accès aux mêmes loisirs. Alors pourquoi est-ce toujours au nom de l'islam et de son prophète que ces extrémistes, où qu'ils se trouvent, s'attaquent aux valeurs occidentales ?

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 07/01/2015

"mais il importe d’affirmer que tout résident dans nos pays démocratiques doit accepter nos règles de vie en commun, quitte à supporter quelque distance avec certaines habitudes culturelles amenées avec lui."

Très bien!

Fini les foulards à l'école et à l'université, fini les dispenses pour les cours de gymnastique ou la piscine, fini les foulards sur les passeports, fini les revendications sur les cimetières séparés, fini les passe-droit pendant le ramadan ou les jours fériés islamiques, fini les repas spéciaux dans les cantines, fini les salles de "prière" dans les établissements publics.

Écrit par : Johann | 08/01/2015

"mais il importe d’affirmer que tout résident dans nos pays démocratiques doit accepter nos règles de vie en commun, quitte à supporter quelque distance avec certaines habitudes culturelles amenées avec lui."
C'est un rêve éveillé, une chimère que de penser cela. Sur le sujet des textes sacrés et de leur garant, le Prophète, nul accord est possible tant qu'une réforme, chez les Sunnites du moins, acceptera qu'ils ont été rédigés par des hommes et doivent donc donner lieu à des interprétations modernes. Des dizaines de milliers d'écoles coraniques à travers le monde font apprendre ces textes par des enfants mués en perroquets savants et soumis à l'autorité d'ignorants qui nient tout savoir qui ne procède pas d'eux.

Écrit par : Mère-Grand | 08/01/2015

"La majorité des Musulmans de France et d’Europe sont aussi étrangers que nous à cette horreur." Aussi étrangers que nous, alors que ce sont leurs enfants ?

Écrit par : Géo | 14/01/2015

Les commentaires sont fermés.