30/10/2014

Ecopop: la tentation dangereuse

Ecopop :la tentation dangereuse

 

Il ne faut jamais mépriser ou dénigrer les motivations profondes et sincères de ceux dont on combat les propositions. Cela s’applique particulièrement à Philippe Roch, ancien Secrétaire d’Etat à l’environnement, lequel est la personnalité la plus marquante qui soutient l’initiative Ecopop. En fait l’homme a évolué. En quittant la vie publique il a endossé un rôle de prophète qui aimerait n’être pas de malheur. Il pointe du doigt tous les paramètres de notre vie sur cette planète, voit tous les clignotants virer au rouge et prédit une course vers le mur si nous ne changeons pas énormément nos repères, nos buts et nos comportements. Il s’agit bien sûr de sauvegarder notre environnement naturel et nos possibilités de vivre ensemble. Parmi les dangers il y a, selon lui,  cette augmentation continuelle de la démographie, due évidemment à une immigration que réclame sans relâche notre course non maitrisée à la croissance économique. Voilà, en condensé réducteur, la raison de son soutien étonnant à cette Initiative Ecopop sur laquelle le peuple et les cantons vont prochainement voter.

Les effets négatifs de cette Initiative, si elle passait, seraient redoutables. Le Conseil fédéral, les partis politiques et les milieux économiques se mobilisent, saisis d’effroi. On doit déjà  surmonter les conséquences de l’Initiative acceptée le 9 février ! Laissons ici les arguments économiques qui seront largement développés et abordons l’affaire sous un autre angle. Il ne serait pas possible ni raisonnable de limiter arbitrairement le nombre d’habitants d’un pays et de régler sur un pourcentage minimum son augmentation annuelle. On ne va pas, à la chinoise, limiter le nombre de naissances. Quant à l’immigration régulière, elle répond au flux vital de nos pourrait brider trop sans s’isoler ni s’étrangler plus ou moins. En réalité, le grand danger ne vient pas d’une augmentation normale de la population, sur place et par l’immigration choisie. On doit pouvoir accompagner cette évolution par des mesures diminuant les effets négatifs sur l’environnement : production plus rationnelle d’énergie, incitation à une consommation moins dispendieuse, inflexion des comportements, aménagement intelligent des infrastructures. Non, le danger vient d’une immigration incontrôlée. L’arrivée massive, durant ce siècle, de personnes venant d’autres continents sera-t-elle une fatalité et une telle situation sera-t-elle  maitrisable ? On a lu et entendu récemment que selon des prévisions statistiques, l’Afrique aurait plus de deux milliards d’habitants dans quelques décennies, avant la fin du siècle. En contraste, les Européens disons de souche n’augmenteraient pas tellement. Ajoutons à cela les guerres, les déstabilisations d’Etats dont nous entendons parler tous les jours, la misère de tant de gens.  Alors oui, il y a un risque d’immigration débridée vers l’Europe avec toutes les conséquences imaginables. La Suisse, comme ses voisins, pourrait être entrainée dans une déstabilisation affolante. . Mais, mon cher Philippe Roch, ce n’est pas l’Initiative Ecopop qui nous protégera. Elle ne pourrait que casser notre ressort vital à relativement brève échéance. Et les solutions blochériennes radicales de rempart contre l’immigration ne résoudront pas le problème ; même si une réglementation légale stricte de l’immigration extra européenne est pourtant indispensable, n’en déplaise aux angéliques. Michel Roccard disait déjà que nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde. En revanche, tout montre que nous sommes impliqués jusqu’au coup dans les déséquilibres et les équilibres du monde : économiques, sociaux, politiques. Pour en revenir à l’Afrique, par exemple, le défi est que les pays africains réussissent à développer une économie, des structures, des Etats qui ouvrent des perspectives à leurs populations à leur jeunesse. Chimère ? On sait que certains de ces pays ont une forte croissance économique et que des ressources naturelles considérables s’y trouvent. Nos vieux pays développés et les pays émergeants ont un devoir et un impératif pour leur propre avenir : aider beaucoup plus au développement, inciter aux investissements dans ces pays, aider à les reconstruire, soutenir les Etats voisins des zones en tensions et en guerres dans leur accueil des réfugiés, bref accomplir tout ce qui est en leur pouvoir afin de diminuer les déséquilibres dans le monde et ainsi faire baisser une pression migratoire qui s’annonce redoutable. C’est à cette échelle internationale que se posera la question démographique, ses équilibres ou ses déséquilibres. C’est aussi à cette échelle que se posera toute la question de l’environnement. Alors, cher Philippe Roch, une fois cette Initiative écartée et vue comme un signal d’alarme, nous pourrons écouter à nouveau des propos lucides et prophétiques dont nous avons assurément besoin.  

13:47 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

"Pour en revenir à l’Afrique, par exemple, le défi est que les pays africains réussissent à développer une économie, des structures, des Etats qui ouvrent des perspectives à leurs populations à leur jeunesse. Chimère ?"
Même le Burkina, le pays aux 10'000 ONG, plonge dès maintenant dans la confusion. Aucun pays africain n'est stable et tous peuvent connaître de véritables explosions sans que personne ne les voient venir. Aider l'Afrique ? On ne fait que ça depuis les indépendances.
"Entre 1990 et 2005, les guerres ont coûté à l'Afrique l'équivalent de quelque 353 milliards de francs....(Ce montant) correspond à peu près au volume de l'aide internationale attribuée au continent noir durant cette période."
"Un seul monde" (revue de la DDC), mars 2008.
La croissance de l'Afrique, c'est le pétrole nigérian et angolais et quelques autres matières premières. Une illusion économique.
Donc tabler sur le développement de ce continent pour stopper l'invasion actuelle, c'est totalement idéaliste.

Écrit par : Géo | 30/10/2014

"Il ne serait pas possible ni raisonnable de limiter arbitrairement le nombre d’habitants d’un pays et de régler sur un pourcentage minimum son augmentation annuelle. On ne va pas, à la chinoise, limiter le nombre de naissances. "

Ce ne sont pas des argument, Monsieur, juste des affirmations. Dites-nous pourquoi il "n'est pas possible" de limiter, et pourquoi "ce n'est pas raisonnable". Qu'est-ce qui est raisonnable donc? Ajouter la ville de Lucerne chaque année?

Et votre solution, c'est donc quoi? Résoudre les problèmes des pays autour de nous? Bonne chance, je crois que ça, c'est vraiment impossible...

Écrit par : Marc | 31/10/2014

Et pourquoi limiter le nombre de naissance serait en soi inimaginable? Quasi-jamais vu, ça c'est sûr, mais ça me semble parfaitement imaginable et déjà réalisé... En réalité, ce serait totalement contraire à la nature humaine mais la seule vraie solution à la destruction de l'environnement. Tout le reste, remplacer les ampoules par des leds etc, c'est de l'emplâtre sur une jambe de bois.

Écrit par : Marc | 31/10/2014

Il y a longtemps que le temps des remèdes contre l'immigration de masse dans les pays en voie de développements n'ont plus d'effet. Il faut stopper l’afflux de manière mécanique si on ne veut pas crouler sous le flot et ce n'est pas les réflexions d'intellectuels nantis issus du monde de l'économie qui vont y changer quelque chose.

Écrit par : norbert maendly | 01/11/2014

"ce n'est pas les réflexions d'intellectuels nantis issus du monde de l'économie" Toutes ces pseudo-réflexions des anti-Ecopop peuvent se résumer assez facilement par "moi y en a vouloir un maximum de pognon le plus rapidement possible et ne penser à rien d'autre". Si les anti-ecopop étaient simplement honnêtes et disaient que cette initiative nuisait aux intérêts à court terme de la Suisse, ils seraient beaucoup plus convaincants. Cela dit, leur système économique est celui de Ponzi. Il faut 12 millions d'habitants pour payer les rentes des 8 millions actuels; il en faudra 20 pour payer la rente des 12 et ainsi de suite pour se terminer comme finissent tous les jeux de l'avion. Qui est leur idéal politique, le Graal du parti radical. (je ne dis pas libéral-radical, les libéraux se sont fait écraser).

Écrit par : Géo | 01/11/2014

"On ne va pas, à la chinoise, limiter le nombre de naissances."

Ceci n'est pas un argument, puisque 1) l'initiative ne parle pas de ça et 2) sans limitation la population résidente suisse baissera à terme du fait d'un taux de fécondité inférieur à 2,1.


"Alors oui, il y a un risque d’immigration débridée vers l’Europe avec toutes les conséquences imaginables."

Donc si l'on suit ce raisonnement il faut voter OUI à Ecopop qui empêchera toute "immigration débridée".


"la misère de tant de gens."

Il conviendrait de se poser la question de l'origine de cette misère qui est une bombe démographique. Oui, l'Afrique est corrompue, mais qui corrompt, qui pille les ressources, qui se nourrit des terres africaines, qui achète ces mêmes terres pour 1000 fois rien, qui héberge les fortunes des potentats locaux?

Les riches n'en auront jamais assez de se goinfrer sur la misère des pauvres. L'écart entre riches et pauvres augmente partout. Surtout ne pas toucher à ça! Sinon il faut voter OUI à Ecopop.

Écrit par : Johann | 01/11/2014

L’écrasante propagande contre ECOPOP, voilà qui n’est pas exempt d’interrogations. On sait que la presse est une grande consommatrice de manipulations organisées.
.
Elle procède en trois temps : des articles ordinaires pour amorcer la pompe de l’intérêt, une période transitoire avec des sondages bidouillés, pour mieux sentir l’odeur du pognon. Une fois qu’elle a bien conditionné ses futurs clients, lesquels ont tôt fait de prendre eux-mêmes ses positions pour paraître intelligents… elle rivalise alors de mépris, de crachats et d’invectives pour mieux diriger le populisme sur la bête à abattre. Après la peur induite auprès de l’élite économique, il ne lui reste plus qu’à lui tendre la sébile pour valoriser à outrance son investissement initial. Et certains n’hésitent pas à appeler cela, la liberté de presse. On comprend mieux le journal gratuit, il a déjà été payé indirectement trois fois par le citoyen lambda,
.
Comme tout fasciste en manque d’arguments, je singerai Torrahcinta pour couper court à toutes velléités de protestation par un sonnant : « Soyons sérieux ! » Et là vous aller découvrir que nous sommes abusés par un système politique qui pratique à haute dose la cavalerie financière par l’endettement permanent. Et pour couvrir les dettes qui s’acculent à la manière de Madoff et autres Charles Ponzi., le politicard cache l’endettement par l’injection d’immigration, un peu comme l’ injection cocaïne pour mieux nous faire sombrer dans l’illusion.
.
Mais ces injections-là sont payées au prix fort par le petit peuple qui crache la plus grosse part de la substance fiscale. Et comme on continue dépenser sans compter, on a introduit l’assurance maladie obligatoire qui devient un impôt au profit d’intérêts particuliers. Et le politicard continue en boucle son sinistre manège manifestant ainsi sa grande probité dans l’exercice de sa fonction en inventant des taxes sous tous les prétextes, avec cette noble pensée : « Surtout pas de vagues, j’attends ma retraite, la merde c’est pour les suivants ».

Maintenant, si vous souhaitez humer la gabegie qui se prépare, consultez ces pages suivantes et là vous comprendrez qu’ECOPOP EST VITAL POUR NOTRE AVENIR !

https://mega.co.nz/#!llRTUIDL!BTSc3vkPqZmmCyhcLviUW7TSRN8aMlOhIUSaO7Ncj5U

Écrit par : nicovau | 12/11/2014

Les commentaires sont fermés.