31/10/2013

Voter en cohérence

On vote pour ce deuxième tour qui doit désigner nos sept Conseillers d’Etat et donc notre Gouvernement cantonal genevois  jusqu’au printemps 2018. Les partis ont raison de trouver trop long le temps entre le premier et le deuxième tour.  La nouvelle Constitution n’a pas prescrit le délai. Il appartiendra au Grand conseil de fixer un intermède plus raisonnable lassant moins les acteurs et les spectateurs et ne laissant pas trop longtemps le fonctionnement de l’Etat au ralenti.

On vote et des électeurs balancent entre fidélité à leurs convictions générales, lorsqu’ils en ont, et envie de réunir des personnalités qu’ils estiment représentatives, proches de leurs préoccupations et qui leur plaisent. C’est légitime et inhérent à une élection majoritaire portant sur des personnalités. Mais il y a un danger. On entend, par exemple, des militants PLR ou PDC exprimer l’intention de rajouter à leurs cinq candidats le MCG Mauro Poggia. On les entend dire, par exemple,  qu’ils le préfèrent à Anne Torracinta et à Antonio Hodgers. Le problème est que la plupart de ceux qui vont voter pour les trois nommés n’auront pas ce genre d’états d’âme. Chacun fera le plein ou peu s’en faudra des militants de son parti. Et soyons réaliste : la socialiste avec la discipline de gauche, l’écologiste avec sa belle image médiatique ont de fortes chances.  Il y a donc peu de chance pour que les militants PLR ou PDC qui se laisseront aller à rajouter Poggia barrent ainsi la route à la candidate de gauche enracinée et au charmeur qui surfe au dessus du reflux de son parti. Non, rajouter Mauro Poggia c’est mettre en danger l’un des deux candidats PDC ou, plus vraisemblablement encore la candidate PLR Isabel Rochat. Est-ce vraiment ce résultat que souhaitent ceux qui flirtent avec cette envie ? Ne vont-ils pas raisonner et admettre qu’un socle solide et majoritaire PLR-PDC est lui souhaitable au Conseil d’Etat ? Dans les mois et les années qui viennent il y aura besoin de stratégies, de décisions, d’actions cohérentes et reconnaissables. Il y aura besoin d’un Gouvernement capable de tenir son rôle devant les turbulences prévisibles du Grand conseil.  Il y aura besoin de personnalités libres ,au clair sur leurs valeurs, capables de collégialité, de loyauté et n’ayant pas un chef de parti omniprésent sur le dos, tel un Eric Stauffer derrière Mauro Poggia. Il ne s’agira pas d’un gouvernement monocolore. Les élus minoritaires   auront leur influence. Mais dans l’ensemble et sur une ligne générale un socle de l’Entente majoritaire pourra donner le ton, ferme mais sans outrance et simplifications trompeuses. Alors, de grâce, chez ceux qui ont un lien avec les deux partis fondamentaux de l’Entente genevoise pas de rajout inopportun.

10:55 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

100% d'accord

Écrit par : Bertrand Buchs | 31/10/2013

En quoi voter pour sept candidats, dont éventuellement ceux de l'Entente, serait il "incohérent"?

C'est malheuresement cette doxa libérale-radicale qui est, en partie tout au moins, la cause de la décrépitude de cette alliance politique.

Et, contrairement à ce que vous affirmez, les rajouts sont aussi opportuns que démocratiques. Le système du scrutin majoritaire à deux tours le permet. Donc, pourquoi ne pas ne pas céder à la peur et voter selon sa conscience? C'est en tous les cas ce que j'ai fait.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 31/10/2013

En bon démocrate que nous sommes, reconnaissons-le, le groupe parlementaire de la Nouvelle Force, représentant 31 sièges au Grand Conseil, mérite d'avantage d'être représenté au Conseil d'état que le groupe rose-vert qui, suite à la débâcle du 6 octobre, n'en réunit que 25.
Je me trompe?

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 31/10/2013

Désolé, pas d'accord. Une nouvelle fois, le PLR qui à mon point de vue est en déclin à Genève n'a qu'une obsession, celle de barrer la route à Monsieur Poggia. Pour ce faire, tous les moyens sont bons, même d'essayer de manipuler les électrices et électeurs. Monsieur Eggly, j'apprécie votre intelligence et votre savoir, mais vous n'avez plus l'âge de vous abaisser à ce genre de message qui est, comme vous pouvez le constater par mes propos, pas du tout cohérent à mes yeux. Les libéraux n'avez plus le monopole à Genève, et le peuple vous le fait savoir, mais vous vous obstinez et perdez des voix pratiquement à toutes votations. Il est grand temps de vous ressaisir...

Écrit par : jacques joray | 31/10/2013

Les commentaires sont fermés.