31/01/2013

L'Europe sans dents ni griffes

L’Europe sans dents ni griffes

En marge de l’intervention française au Mali, France culture a diffusé un débat intéressant sur le poids militaire et donc politique de l’Europe. Certes, les officiers et soldats   français ont fait preuve d’une efficacité spectaculaire contrastant aussi bien avec la fuite des Islamistes qu’avec l’impuissance de l’armée malienne en tant que telle. Et l’on a envie d’applaudir tout en s’inquiétant du fait que la France y est allée bien seule. Pourtant, il y a eu des aides logistiques de partenaires européens et de la part des Etats Unis. Outre des drones d’observation ces derniers ont aussi apporté des avions de transport qui ont convoyé des troupes françaises sur le terrain d’opération. C’est là qu’a eu lieu une note presque comique et assez humiliante. Le Pentagone a facturé son service en fonction des heures de vol et du nombre d’hommes transportés. Juste colère de François Hollande qui  a téléphoné à Barak Obama, lequel a reconnu la bévue et jeté la facture aux oubliettes. Mais cet épisode est illustratif d’une tentation américaine de laisser davantage l’Europe assumer ses responsabilités en matière de sécurité.  

Or, d’Europe de la défense, de conception, de formation de coordination entre pays européens il n’y a guère à voir ni à retenir. Il n’y a que deux pays qui comptent vraiment dans le domaine : l’Angleterre et la France. Mais, on a observé avec  l’opération Libyenne que l’une et l’autre ont besoin des Etats Unis pour une action d’envergue et de longue haleine. Manque d’indépendance militaire veut dire aussi manque d’indépendance politique.

Il a été beaucoup question, ces derniers mois, des volets économiques, financiers, budgétaires et sociaux au sein d’une Union européenne secouée. Certes une solidarité a fini par s’affirmer entre les pays de la zone Euro mais la démonstration a été faite qu’une monnaie unique sans harmonisation économique, sans convergences politiques suffisantes demeurait une monnaie fragile. En fait tout devrait aller de pair. On a l’impression qu’il y a trop de bureaucratie européenne, ce que dénonce avec virulence le Royaume Uni et trop peu de substance politique européenne. Cette substance politique devrait se traduire  par une identité, une visibilité puis une efficacité dans le domaine de la défense et de la sécurité ; laquelle implique des interventions comme celle ayant cours au Mali. Pour dire les choses autrement, en termes de poids et d’influence mondiale l’Europe n’aura pas de grand avenir si elle persiste à manquer de dents et de griffes. Une pas très important pour la dissuasion avait été fait par l’Angleterre et par la France (vision gaulliste encore une fois) avec la force nucléaire. Mais le pas suivant d’adaptation aux menaces actuelles et futures doit nécessairement être européen. Etant entendu que la Suisses peut y apporter quelques plus values de niche dès lors qu’un mandat de l’ONU le lui permet.  Oui vraiment, n’en déplaise à ceux que cette idée froisse, l’Europe sera aussi militaire ou ne sera jamais vraiment.    

17:05 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

"nombre d’hommes transportés. Juste colère de François Hollande qui a téléphoné à Barak Obama,"
Chaque fois que l'Afrique éternue, les coopérants suisses se réfugient sous le parapluie français. Du coup, les crétins gauchistes de la DDC trouvent les paras français un peu moins fascistes...
Vous avez voté quoi, lors de la demande de crédit pour les avions de transport suisses ?

Écrit par : Géo | 31/01/2013

La majorité des Européens se croient que le monde est entré avec elle dans une nouvelle ère, celle des bons sentiments, qui est avant tout celle du confort personnel. De temps en temps le reste du monde lui rappelle qu'il n'en est rien, ou du moins rien encore, et à ce moment-là les même Européens se félicitent qu'il existe encore quelques pays prêts à faire le "sale boulot" à leur place et que, de plus, ils peuvent insulter au nom de leurs bons sentiment. Ils sont évidemment certains qu'ils resteront à jamais à l'abri de ce qui a fait le monde réel du passé, celui de leurs grands-parents ou de leurs parents, celui dont ils peuvent encore voir la réalité sur l'écran de leurs téléviseurs.

Écrit par : Mère-Grand | 06/02/2013

Les commentaires sont fermés.