26/06/2012

Le sport ou les conflits arbitrés

La semaine est au sport plus qu'à la politique. La France est sortie de son enfilade électorale et les médias s'offusquent encore ou se délectent du coup bas de la petite peste entrée à l'Elysée, coup bas porté à l'ambitieuse royale presque décapitée. Quand au Président, après quelques décisions immédiates se référant à sa promesse de justice, le voici devant les vrais problèmes, avec un budget 2013 dont la préparation est sous la surveillance vigilante de Bruxelles. Comme quoi la marge de manœuvre et de souveraineté est devenue sans rapport avec les proclamations électorales. Dans une moindre mesure, certes, puisqu'elle n'est pas dans l'Union européenne, la Suisse éprouve aussi ces limites au fil de négociations indispensables mais de plus en plus laborieuses avec Bruxelles.

Où l'identité nationale peut-elle encore donner sa pleine mesure ? Peut être dans le sport, comme on le voit avec l'Euro de football. Non pas dans les confrontations de clubs, les plus riches ayant des joueurs venant de tous horizons ; mais lors d'événements comme l'Euro ou le championnat du monde. Dans le pire des cas, avec des sports populaires, singulièrement le football, l'agressivité sur le terrain est dépassée par celle qui éclate dans les gradins et aux abords des stades. On en a eu des exemples terrifiants. Et puis il y a tous ces bruits sur les matchs truqués, les paris se nourrissant de la corruption. Mais, dans le meilleur des cas, ces matchs sont des démonstrations de conflits organisés, maitrisés, arbitrés. Oh, on aimerait dire que ce n'est qu'un jeu et que le plaisir est dans la participation et dans le spectacle. Or, il y a plus que cela.

Les matchs d'aujourd'hui sont vraiment des confrontations dont l'enjeu avale tout cru le simple plaisir de jouer. Gagner et c'est l'exultation. Perdre et c'est l'abattement, celui des joueurs et des supporters proches ou lointains. Mais il y a le temps du match, le cadre obligé et l'arbitrage sanctionnant les fautes, tranchant sur les contestations. Au fond, il y a quelque chose à retenir du sport dans l'observation du champs politique. Les politiciens ayant pratiqué beaucoup le sport ne sont pas rares. Le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba a été arbitre, jusqu'au niveau international. Le toujours si populaire Adolf Ogi a été directeur de l'équipe suisse de ski avant d'être conseiller fédéral puis délégué spécial de l'ONU pour le sport. Il croit dur comme fer à l'éducation des jeunes par le sport, notamment dans le tiers monde.

En y réfléchissant, on se dit qu'il y a bel et bien un atout à saisir. Bien éduqués, bien encadrés, motivés par des arguments et des encouragements sachant retenir une dimension éthique, les jeunes peuvent acquérir une compréhension de ce qu'est une confrontation dont le but est affirmé mais dont la violence devrait être purgée. Reste, il est vrai, que ce but est la victoire. En politique, nationale ou internationale, l'objectif initial est bien de gagner le plus possible mais l'objectif final est de trouver un équilibre, une balance sinon un compromis permettant de tracer une ligne d'action acceptée et soutenue par le plus grand nombre. Donc, si le sport devrait apprendre à se battre dans le respect des autres, il ne donne pas la clé pour un consensus. Mais avant d'y tendre, il faut déjà maitriser toute violence indue dans la compétition. Dans le meilleur des cas, le sport non coupé de ses valeurs peut être une inspiration et un repère.

 

19:06 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

@Monsieur Eggly.Très heureuse de pouvoir vous lire à nouveau.Je relève ces mots: dont la violence devrait être purgée! surtout si l'on sait des supporters plus tout jeunes agressant leurs voisins plus agés ,à coups d'humiliations bien ciblées. Des menaces de mort ont été émises les armes n'ont pas encore parlé mais la patience bien Suisse est mise à rude épreuve et si le jeu a été calmé pour l'instant par les nons sportifs
nul ne sait ce qu'il adviendra la semaine prochaine
Dommage il y a beaucoup trop de sport,les gens développent des comportements similaires à leur équipe oubliant c'est extraordinaire qu'ils ont en face d'eux non un ennemi mais un voisin qui n'en peut rien si leur équipe est perdante
Tout se perd dans notre pays c'est regrettable de merveilleux hommes nous ont quitté depuis quelques mois.Je pense à Monsieur Nanschen et tant d'autres sans eux beaucoup de personnes plus toutes jeunes se sentent orphelines et redoutent de plus en plus ces soirées sportives.Elles se souviennet des années ou des hommes étaient présents pour les rassurer et non leur faire vivre des tourments comme c'est de plus en plus le cas.
Aussi comme vous faites partie de repères essentiels pour bien vieillir dans un monde qui de plus en plus perd la boule ne serait-ce que pour un ballon,je vous souhaite Monsieur Eggly une excellente soirée

Écrit par : lovsmeralda | 29/06/2012

Les commentaires sont fermés.