18/12/2011

Conseil fédéral: confiance malgré tout

Conseil fédéral : confiance malgré tout

 

Les sept conseillers fédéraux ont été élus pour quatre ans, y compris le nouveau ; accompagné d’une Chancelière au service du Collège. Le statu quo dans la composition politique a été ainsi prolongé. Beaucoup s’en réjouissent. La majorité des citoyens suisses, d’après un sondage, désiraient qu’Eveline Widmer Schlumpf demeure en place. Elle est perçue comme une bonne conseillère fédérale et une bonne ministre des finances. La voici, en plus, Présidente de la Confédération, donc du Collège exécutif pour la première année de la législature ; donc particulièrement responsable de favoriser une bonne alchimie.

Les membres de l’UDC, eux, grincent évidemment des dents. Tous ? Ce n’est pas certain. Il faut dire que les chefs de file de ce parti, déjà un peu sonnés par le résultat des élections parlementaires, ont manœuvré de manière désastreuse. Il était  difficile de remettre en cause le siège d’une conseillère fédérale sortante ; qui plus est serait toujours UDC si ce parti de l’avait pas expulsée, avec la section grisonne, faute de pouvoir la brûler comme sorcière.   Il faut dire aussi que le début du drame, la non réélection de Christoph Blocher en 2007, pour discutable qu’elle fût était explicable par la non mue d’un chef de meute en homme d’Etat. Bref, s’ils voulaient opposer à la Grisonne honnie par eux un candidat vraiment UDC, ils auraient dû en préparer un avec soin, à l’avance et le rendre visible, crédible. Au lieu de quoi, ils ont ridiculisé trois candidats grillés comme des pétards mouillés. Le comble fut attient lorsque le Chef de groupe UDC s’en est pris, en pleine procédure d’élection, au PLR ; soit le seul parti, le seul groupe qui avait admis leur revendication de reprendre le siège d’Eveline Widmer Schlumpf.

Cela étant, faut-il en rire, s’en réjouir ? Est-il sain que le plus grand parti de suisse en termes électoraux, --il le reste--, n’ait qu’un siège au Gouvernement. Encore est-ce avec un ministre de la défense, Ueli Maurer, qui est vraiment aussi mal dans sa peau que mal à l’aise dans sa fonction. En janvier, l’UDC tiendra une grande  assemblée. La question d’un retrait d’Ueli Maurer du Conseil fédéral sera posée. On peut douter que cette option rallie une majorité.. C’est d’ailleurs ici le grand fait nouveau. L’UDC semble moins monolithique. Le culte du Chef est contesté. La tendance dure est critiquée par d’aucuns à l’interne. Cela suffira-t-il pour que ce parti, humilié le 14 décembre dernier quatre ans après la grande humiliation, ne se lance pas dans une politique d’opposition à tout va ? On voudrait le croire et imaginer que dans quatre ans, après un départ normal et volontaire d’Eveline Widmer Schlumpf, une remise en ordre mathématique de la formule magique puisse avoir lieu. Car l’équilibre actuel est bancal et rend plus difficile le rôle du Gouvernement : établir en amont une entente qui permette aux projets de passer les obstacles et d’aboutir. C’est la qualité d’une formule magique. Bancale, elle la perd en partie.

Mais on veut avoir confiance malgré tour. Didier Burkhalter aux Affaires étrangères, c’est l’assurance d’une politique moins spectaculaire dans ce domaine mais plus réfléchie, plus continue sans doute ; avec une meilleure utilisation des diplomates au service de ce département, une meilleure écoute dans un climat de travail restauré. Il y a des gens qui craignent une plus grande timidité, moins de courage dans les positions. Parions qu’ils ont tort. Didier Burkhalter, pour ceux qui le connaissent, sera pleinement là où l’intérêt de la Suisse le demandera.

Quant à Alain Berset, il va relever trois grands défis. Il va devoir montrer que la non expérience d’un exécutif cantonal ne l’empêchera pas de diriger une grosse administration. Il va devoir montrer que la loyauté collégiale l’amènera à contredire son parti, au nom du Gouvernement, lors de votations délicates. Il devra aussi et surtout, bien sûr, démontrer sa capacité à rechercher et à dégager des solutions de consensus sur des sujets oh combien sensibles. Eh bien, là encore, parions que l’homme sera à la hauteur de l’attente.

Dans un an, à la fin de l’année présidentielle de la sorcière grisonne ( pour l’UDC) hissée sur le pavois, on verra mieux si le 14 décembre 2011 aura été un jour favorable au pays.  

15:44 | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

C'eut été impossible à comprendre, qu'à coup de campagnes grandiloquentes et onéreuses, de médias nationaux aux petits soins de ne pas avoir marquer des scores durant la décennie passée.

Maintenant, marquer des points mal gagnés est une chose, mais maintenir le cap en est une autre. Dans cette envolée, l'UDC manquait simplement d'ossature, ce n'est pas en lançant de ci, de là, des phrases creuses et facondes qu'un parti pourra étayer des fondations, il ne reste plus qu'a espérer que les partis dignes de ce nom, fassent leur travail !!!

Écrit par : Corto | 18/12/2011

" établir en amont une entente qui permette aux projets de passer les obstacles et d’aboutir.".....bigre ! Vous risquez, cher Monsieur, de vous faire tancer par M.Pascal (oui, lui, pas celui de RSR1 à 8h25) ; des arrangements en amont ? Il ne manquerait plus qu'ils se scellent à la buvette du Parlement fédéral !
Peut-être aimez-vous la musique de tance ?
p.l.

Écrit par : pierre losio | 19/12/2011

Désolé de vous contredire mais je n’accorde qu’une confiance très limitée au conseiller fédéral Didier Burkhalter car ce politicien n’a ni l’étoffe ni l’envergure du très regretté Olivier Reverdin.
A l’écouter on devine que la lecture du Journal de Genève et de la Gazette de Lausanne ne furent pas sa tasse de thé matinale.

Écrit par : A.Ronchi | 19/12/2011

Bonjour,
Je pense que contrairement à ce que beaucoup de commentateurs et politiciens pensent, c'est plus les électrices et électeurs de l'UDC qui ont été giflés que le parti. De mon point de vue, l'UDC ne doit pas rester au gouvernement et faire une vraie politique d'opposition. Le seul parti qui a ouvertement combattu l'entrée de la Suisse dans cette énorme foutaise qu'est l'UE mérite mieux que le foutage de gueule dont se sont montrés capables les partis de gauche soutenus par le PDC de C. Darbellay. (Il est clair que pour lui la brillante réélection de Doris Leuthardt -heureusement qu'elle passait en premier- a fait oublié le fait que sous sa conduite le PDC a perdu autant de voix que l'UDC...qui n'a perdu que la moitié su score réalisé par le PBD.
Comme beaucoup d'autres, vous prétendez que l'UDC n'a pas présentés de bons candidats. Les 2 auraient pu être brillamment élus il n'y a pas si longtemps.
Un a refusé la place que lui offraient le PS, le PDC et les Verts, place qu'à accepté Mme Widmer Schlumpf (à quel prix?) alors que Monsieur Rime était tout près de remplacer P. Couchepin. A cette époque, c'étaient de parfaits candidats.......

Écrit par : salegueule | 19/12/2011

@J-S.Eggly Nos anciens conseillers fédéraux,possédaient -ils un flair perdu par les nouveaux politiciens ou savaient-ils mieux s'affirmer grâce à leurs talents d'orateurs ou par leur absence virtuelle ?qui en soi était gageure de conscience profesionnelle .On les voyait pas,on les entendait pas,mais dieu que le monde tournait mieux entend-on encore mais de moins en moins car les départs pour l'au-delà sont constants et privent du coup bien des Helvètes féminines d'hommes et de femmes qui représentaient non pas un monde basé sur le fictif comme c'est trop souvent le cas,mais un monde vivant avec des humains n'ayant crainte d'afficher leur mauvaise humeur même en pleine rue,n'ayant surtout pas peur de dire à pleine voix ,quelle honte pour notre commune !car écrire,blablater se sert à rien mais s'insurger et de suite non pas un mois après suite à une andouillerie excusez du terme employé,surtout si l'on constate ce qui se passe au niveau communal dans certains villages on ne peut qu'associer conseillers communaux et animaux ,eux n'hésitant pas à transformer en chevaux de trait les habitants âgés.
Aussi puisque la pollution semble avoir envahi les neurones du monde des internautes,que pouvons nous proposer?
Une solution peut-être ,nos fameux tringlots à défaut de chefs de familles puisque décédés,redemandons des chevaux à l'Armée deux en un,plus de pollution l'Armée rend service et ceux vivant la peur au ventre de devoir respirer des molécules sensées aider à la reproduction de la faune et des fleurs,ces peureux seront satisfaits et les personnes âgées en grand nombre féminin auront un dos alléger par la présence d'Hommes et non de machines stupides qui font crouler notre pays et d'autres sous les dettes!Et le plus risible malgré tout ,oui sachons en rire,on reviendra à un temps disparu ,car les machines sans humains que restera-t'il aux nouveaux nés dans 20 ans?des parents en haillons se souvenant peut-être des Ténardiers qui sait!
Toute belle journée pour Vous Monsieur Eggly

Écrit par : lovsmeralda | 20/12/2011

@J-S.Eggly ,un joyeux noel pour Vous cher Monsieur et continuez vos écrits servant aussi de repères dans un monde qui se cherche une issue peut-être passée inaperçue suite au stress et différentes conjectures dépassant le simple raisonnement humain
Tout bon réveillon pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 23/12/2011

Les commentaires sont fermés.