20/08/2011

Encore des banaliseurs de l'insécurité

Encore des banaliseurs de l’insécurité

 

La pause d’été s’achève. C’est le temps de reprendre la discipline hebdomadaire d’écrire mes <blogs>. Mais , même au vert loin de Genève on reste attentif à ce que se passe dans le canton. On lit des journaux ; la Tribune par exemple. Et l’on est peu rassuré par certains faits relatés. Il s’agit, au premier chef de l’insécurité, bien sûr. Il y a eu, cet été des agressions répétées. Comme des personnalités politiques connues et le fils d’un diplomate américain en ont été victimes, cela a produit plus de remous que d’habitude. Tant mieux. Mais il a fallu que des travailleurs sociaux nous resservent un refrain trop entendu : il n’y aurait pas davantage d’agressions que dans le passé ; ne distillons pas un sentiment excessif d’insécurité dont les médias seraient en partie responsables ; et, naturellement, mettons l’accent sur la prévention, l’encadrement social de la jeunesse etc…

Ces gens, au demeurant très respectables, n’ont-ils pas compris qu’en voilà assez de ce discours et qu’il faut vraiment remettre les priorités à leur place et dans leur ordre. Tout d’abord, une constatation. Ce n’est pas le nombre, plus ou moins stable, d’agressions qui est le plus important à observer mais leur gravité, la violence gratuite qui explose. Tout le monde a été choqué par les émeutes en Angleterre. Certes, on peut évoquer les difficultés économiques, le manque de formation, de perspectives, les clivages raciaux et culturels en matière sociale. Il n’empêche que le Premier ministre David Cameron a raison d’insister sur une dégénérescence morale au cœur de la société qui pousse au non respect total de l’intégrité physique des personnes, au  non respect de leurs biens. Et ce ne sont pas les plus riches qui ont été les victimes de ces violences, de ces destructions, de ces pillages mais des gens de classes moyennes laborieuses effarées devant le déchainement émanant, parfois de très jeunes mineurs.

Il y a longtemps, qu’ici et ailleurs, je critique les politiciens qui banalisent ce fait de l’insécurité. Il était d’ailleurs amusant, presque cocasse d’apprendre que la ministre socialiste Micheline Calmy Rey, ancienne conseillère d’Etat genevoise, s’inquiétait des conséquences de cette réputation d’insécurité pour la Genève internationale, et donc pour la Suisse.  La Conseillère d’Etat Isabel Rochat, dont la communication n’a pas été terrible dans cette affaire, a en revanche très bien mis quelques points sur les i. La Confédération devrait prendre entièrement en charge la protection des missions diplomatiques et décharger ainsi les effectifs de police cantonale. Elle devrait aussi renforcer considérablement le Corps des gardes frontière et les disposer aux contours de cantons frontaliers comme Genève.

Mais il faut aller beaucoup plus loin. La politique doit revenir à ses fondamentaux. La première tâche de l’Etat, avant toutes les autres, est de garantir la sécurité et la liberté de mouvement des citoyens et des habitants qui sont la substance vive de nos collectivités démocratiques. Dès lors que l’on commence, ne serait-ce qu’un peu, à relativiser cette exigence, le ver est dans le fruit. Les Partis et les cercles de gauche ont une peine folle à admettre cela ; Faudra-t-il que plusieurs personnalités de gauche, ou leurs proches se fassent tabasser gravement pour que le discours lénifiant s’efface enfin ?

Il ne s’agit pas de défendre une seule option. La formation, l’encadrement social, la réintégration : oui, autant que possible. Il y a là des engagements nécessaires dans la durée. Mais, sur l’immédiat comme dans la permanence, la priorité est la sécurité et la liberté de vous et de moi. La protection des citoyens et habitants, la sanction dure pour les délinquants doivent passer bien avant les mesures nécessaires mais compliquées de réinsertion. Il serait bon que le Code pénal suisse soit révisé en ce sens. Il serait bon que les juges utilisent leur marge d’appréciation dans le sens d’une sévérité accrue. Il serait bon que la police, aux effectifs renforcés et avec un soutien politique accru puisse pourrir la vie de ceux qui n’hésitent pas à s’en prendre à nos intégrités et à nos libertés. Sans doute, une sécurité absolue est-elle difficile à atteindre, notamment dans une ville comme Genève. Mais on peut aller plus loin, beaucoup plus loin dans ce but. On a raison de ne pas souhaiter des milices privées, des groupes de citoyens à la Western qui feraient leur propre police. Mais attention : au-delà d’une certaine perte de confiance dans la capacité protectrice de l’Etat, ce qui serait illégal et préoccupant deviendrait, sinon légitime du moins compréhensible. La police à une noble tâche, qui n’est pas d’abord de coller des amendes aux braves citoyens pour des peccadilles mais de les protéger et de neutraliser les délinquants, les criminels. Et certains juges qui en rajoutent dans le souci d’individualiser la peine participent à cette banalisation de l’atteinte à l’intégrité et à la liberté des personnes. Ils  ne renforcent pas nos valeurs démocratiques.  

Oui, il est encore temps d’ouvrir les yeux et de se donner les critères moraux, la volonté et les moyens d’un vrai engagement pour une sécurité maximale. Mais il est vraiment temps.

 

17:34 | Lien permanent | Commentaires (9) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

A qui la faute si la violence est banalisée sans doute pas à ceux qui passent leur temps à essayer de faire passer des messages pour avertir du danger!il n'y a qu'à lire la pseudo presse ,ouvrir son poste TV et regarder les films programmés dans les salles de cinéma ,les gens en redemande sinon pourquoi toutes ces images auraient -elles autant de succés et sans drame il est clair qu'il y aurait beaucoup de gens malheureux certains ont un besoin vital du gavage du malheur des autres comme si de contempler des horreurs leur prouvait qu'ils existaient.C'est aux consommateurs d'images qu'il appartient aussi d'appredre à dire non à toutes ces atrocités montrées jour après jour!
avec tout le respect que je vous dois bonne soirée à vous Monsieur

Écrit par : elena | 20/08/2011

Alors que faire Jacques-Simon, nous faudrait-il une nouvelle P-26 ou P-27 pour ficher ces sales gauchistes qui veulent s'en prendre à notre bonne société libérale faite de traders et de marchands de canons sans foi ni loi ?

Écrit par : P26 | 20/08/2011

Vous écrivez : " Il n’empêche que le Premier ministre David Cameron a raison d’insister sur une dégénérescence morale au cœur de la société qui pousse au non respect total de l’intégrité physique des personnes, au non respect de leurs biens. Et ce ne sont pas les plus riches qui ont été les victimes de ces violences, de ces destructions, de ces pillages mais des gens de classes moyennes laborieuses effarées devant le déchainement émanant, parfois de très jeunes mineurs."
en lisant Le Monde du jour, je is l'article de Marc Roche qui écrit :
"Hélas, trois fois hélas pour le chef du gouvernement tory-libéral-démocrate, le quotidien conservateur Daily Telegraph préfère pointer du doigt le mauvais exemple donné par les banques responsables du crash des subprimes et les parlementaires impliqués dans le scandale des notes de frais. Ce porte-drapeau des valeurs traditionnelles suggère qu'à cause des financiers et des politiciens, l'immoralité est devenue la norme : "La décadence morale de notre société est aussi forte au sommet qu'au bas de l'échelle." Un député conservateur, Matthew Hancock, surenchérit en affirmant que les émeutiers n'ont fait que copier les élites "cupides, imprudentes et irresponsables" qui franchissent constamment la ligne jaune de l'éthique."

Complexe notre monde; plus que jamais, c'est vrai !

Écrit par : philibert1er | 20/08/2011

J'ai lu avec grand intérêt votre "blog", Monsieur Eggly.

Vous évoquez les émeutes qui ont secoué l'Angleterre et vous écrivez: "Tout le monde a été choqué par les émeutes en Angleterre. Certes, on peut évoquer les difficultés économiques, le manque de formation, de perspectives, les clivages raciaux et culturels en matière sociale. Il n’empêche que le Premier ministre David Cameron a raison d’insister sur une dégénérescence morale au cœur de la société qui pousse au non respect total de l’intégrité physique des personnes, au non respect de leurs biens. Et ce ne sont pas les plus riches qui ont été les victimes de ces violences, de ces destructions, de ces pillages mais des gens de classes moyennes laborieuses effarées devant le déchainement émanant, parfois de très jeunes mineurs."

A cet égard, peut-être avez-vous lu cette prise de position de Peter Oborne, éditorialiste réputé du non moins réputé "The Telegraph". Il a choqué, lui aussi. Il a même été repris par le grand quotidien français "La Tribune".

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/08/20/violence-s-en-cause.html

Je pense qu'une analyse fine des mobiles qui incitent à la violence doit être envisagée pour dépasser le combat idéologique stérile. Sinon, on reste dans une lutte de pouvoir qui ne fera avancer personne et ne profitera qu'à ceux qui la mènent de manière à défendre leurs seuls intérêts.

Je vous remercie de votre attention,

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/08/2011

Vous pouvez dire écrire ce que vous voulez --- bla la la bla....
La poussée démo -surpopulation ne fera qu'empire les situations malsaines -
La sécurité avec des flics en voiture !
Le mélange des races religions intérêts =la pagaille assurée a long terme -
Dans notre époque il n'ya pas de sécurité ,maximale ou minimale

IL ya le pouvoir - L'argent et trop de monde chez nous

A part ca santé -mr l'idealiste -- Jmc

Écrit par : chessex | 20/08/2011

Monsieur Eggly, grand banaliseur de la violence sociale nous la baille bien belle! Son parti, ses amis et lui sont pour beaucoup dans la disparition des postes de police de quartier et de la fameuse "police de proximité", tant décriée par eux naguère au nom de la diminution du nombre des fonctionnaires.
Monsieur Eggly manque de mémoire. Qu'il ne la remplace pas par la mauvaise foi.

Écrit par : Philippe-Emmanuel KUHNE | 20/08/2011

Les anciennes victimes de la maltraitance infligée dans notre pays et à l'encontre d'enfants dont le seul défaut fut de naitre au mauvais moment et sans doute à la mauvaise place,ces gosses malmenés ayant dû supporter leur lot d'humiliations sont devenus adultes.Ne pas mentir fut la première instruction souvent à coup de giffles voire davantage et ces enfants meurtris dans l'âme réfutent très souvent ce qui se dit ou fait surtout avant les élections,les coups endurés ont endurci leur âme et leur ont octroyé une mémoire d'éléphant alors dire qu'il y avait moins de violence certe puisqu' elle régnait en maitre entre 4 murs ces souvenirs restent et l'on ne peut effacer à coups de baguette magique ce qu'un cerveau a enregistré avant l'âge de cinq ans ,le nier reviendrait à vouloir oublier un passé qui existe encore et qui a permi de créer le parti d'Anne Frank!
ce n'est pas une accusation mon texte ne paraitra pas et j'en profite cher Monsieur pour vous livrer le fond de pensées de nombreux citoyens suisses ayant oeuvré toute leur vie pour éviter à d'autres enfants de souffrir à leur tour,mais au vu des trop nombreux divorces,on ne peut qu'être effarés et se poser la question le jeu en valait-il la chandelle!tout le monde le sait un enfant de parents divorcés peut devenir un enragé et d'autres deviendront des adultes sans complaisance face à un monde reposant sur l'hypocrisie.De toutes manières un jour ou l'autre il y aurait un retour de bâtons peut-être est-ce le moment au vu de l'explosion de colère de tous ces jeunes qui grâce à Internet découvrent un monde ne leur correspondant absolument pas celui que la religion voulait par force continuer de nier!mais le pire est peut-être à venir ces jeunes face à un monde d'adultes continuant malgré tout àleur mentir prennent des sociétés ésotériques comme les templiers comme exemple aussi ne nous étonnons pas si l'agressivité va en augmentant,ceux du temps passé eurent la chance miraculeuse de connaitre Zorro héros au grand coeur lui surtout quand on sait la cruauté mentale des Templiers ,quand au terme agrssions du passé je me permets d'y revenir elles étaient légion mais tout le monde se connaissant le silence était d'or et tout était effacé du moins c'est ce qui était espéré,seulement avec les chocs de la vie ,les traumatismes liés eux au monde moderne ont réveillé ces démons endormis qui malheureusement en vous lisant refont surface,le passé ne peut s'oublier mais peut-être et là c'est une supposition en voyant disparaitre ces nombreux régiments les repères devaient ressusciter afin de permettre aux personnes âgées et isolées de pouvoir survivre dans un monde qui peu à peu ressemble à une époque qu'on eut préféré ne jamais revivre
bon dimanche à vous Monsieur

Écrit par : elena | 21/08/2011

Bonjour,
J'ai lu avec intérêt votre billet. J'aimerais quand même rappeler que vous êtes issu de cette génération d'élus qui ont banalisé l'aspect sécuritaire du pays au profit des intérêts économiques, et que, jusqu'à présent, c'était les petits citoyens qui épongeait les conséquences à leurs frais.
Mais depuis que des "grands" se font toucher, il y a comme un revirement de toute votre classe politique sur thème...L'UDC et le MCG deviennent soudainement des tendance politiques qui étaient précurseurs sur la question de l'insécurité. Vous les avez tellement décriés en son temps, et maintenant vous vous affichez comme un élu responsable et inquiet de la sécurité alors que rien n'a été fait par votre parti. Il en va de même pour le PS, le PDC et l'ancien Parti radical.
Où est donc la crédibilité et la légitimité politique de ces formations qui ont sacrifié la base de toute société, la sécurité, au profit d'intérêts matériels et idéologiques de court terme ? Cette fameuse voie bilatérale, ce rêve d'adhésion à l'UE, n'est-ce pas cela, au final, le vrai populisme qui va couler notre pays ?
Quoi que vous pensez de la situation, il ne fait pas de doute que ce "retournement de veste" se fasse un peu tard et n'apportera pas l'effet escompté. Dans la vie, tout se paie. Tôt ou tard.

Écrit par : Bob Pahud | 22/08/2011

Cher Ami,

je partage ce constat de la hausse de la violence au niveau de l'incivilité de la délinquance et pour finir de la criminalité;
on lit,voit ou constate cete progression et le décalage entre les moyens,outils et expression de cette violence et ceux de leur prévention, controle, et sanction.
au delà de l'aspect sécuritaire c'est bien la vie dans la Cité qui est profondément affectée;
voilà qui est très préoccupant, ce n'est pas la première fois bien sur en termes historiques;
un petit Davos sur ces questions fondamentales pourrait être le bien venu par exemple

bien amicalement.Chr.S.

Écrit par : SCHMITZ | 26/08/2011

Les commentaires sont fermés.