10/05/2011

Politique: l'autosatisfaction ne paye pas

 

En cette année électorale, les sondages fleurissent. Les questionnaires aussi. Les Partis en ressortent avec leur image. Le PLR, lui, en sort perplexe. Les gens, en effet, considèrent, dans leur majorité, que le Suisse se porte assez bien et qu’eux-mêmes demeurent assez satisfaits de leur sort.  Précisément, le PLR répète que c’est lui particulièrement qui a permis cette prospérité encore frappante, malgré les franges vulnérables ; que c’est lui qui a garanti la stabilité politique ; lui encore  qui incarne la continuité d’un Etat créé par les siens en 1848.

Or, cette adéquation entre ce qu’il entend incarner et la satisfaction générale relative qui est exprimée par les sondés ne paraît pas lui profiter dans les prévisions électorales pour octobre prochain. Cherchez l’erreur.  Le fait est que l’autosatisfaction ne paye pas. Derrière le sentiment que les choses ne vont pas trop mal percent des inquiétudes sur nombre de sujets :   économie,  emploi, sécurité sociale, formation, sécurité, migration, écologie et énergies, notamment nucléaire…Les électeurs attendent donc des options des propositions, des positions inspirant l’idée que les dossiers sont pris en main, que l’on peut faire confiance. Il en résulte aussi cette avancée de partis non traditionnels, Verts, Verts libéraux parallèlement à une force intacte de l’UDC. Cela ne rend pas la gouvernance du pays plus facile.

Le PDC et surtout le PLR peuvent   se sentir fiers de leur histoire mais c’est leur façon de proposer l’avenir qui compte. L’autosatisfaction ne paye pas électoralement.  Ce qu’il faut, c’est être porteur de valeurs reconnaissables, lisibles, claires et solides. C’est, en référence, d’afficher  des buts eux aussi clairs et continus.  C’est d’en déduire des propositions, des projets  précis , notamment sur les sujets sensibles. Naturellement, dès lors que l’on ne recoure pas au discours simplificateur, que l’on s’astreint à expliquer ce qui n’est pas toujours simple, que l’on rend attentif la population aux contradictions dans lesquelles se débat la politique, on ne gagnera pas des voix à la pelle. Mais, encore une fois, on pourra restaurer peu à peu une confiance et  reprendre ce rôle de pivot dont le pays a besoin. C’est donc, ici, un appel aux responsables de la campagne du PLR pour les élections fédérales. Oubliez l’autosatisfaction, donnez-nous des valeurs, des buts et des projets.

 

 

11:17 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.