20/04/2011

PLR:déterminer le champs, labourer puis on verra

PLR :déterminer le champs, labourer puis on verra

Les élections aux exécutifs communaux genevois ont eu lieu. Ouf. Ce fut, dans une image d’ensemble des quarante cinq communes, assez confus et cacophonique. Naturellement, c’est la péripétie en ville de Genève qui a frappé les esprits et mécontenté plus d’un dans les partis traditionnels de l’Entente. Ne revenons pas longtemps sur les raisons qui ont amené le Parti libéral genevois à accepter que sa candidate fût portée sur la liste UDC aux côtés du candidat de cette liste. L’idée était de faire partager cette acceptation par les deux autres partis de l’Entente afin  d’étudier plus sérieusement un élargissement d’une droite mieux à même de contrer le camps rose rouge uni. Il est vrai que ce qui s’est passé tombait mal dans le calendrier. En effet, dans une phase préparatoire intense d’une fusion libérale-radicale pour la création d’un PLR, les deux fiancés ne s’accordèrent pas sur ce scénario ; lequel avait permis pourtant en son temps l’élection du Procureur radical Zappelli. Mais c’est une autre histoire.

Pierre Maudet a eu de quoi nourrir des craintes et être fâché. En effet, il y avait un risque théorique que la candidate libérale, portée par l’UDC, vînt le coiffer au poteau. Qui croyait vraiment à cette hypothèse ? Disons le tout net, une non réélection de Pierre Maudet eût été un sale coup pour lui mais aussi pour Libéraux et Radicaux en processus de fusion. Mais enfin, il a fait une élection formidable. IL a été très peu biffé par les siens, c'est-à-dire autant soutenu par les Libéraux que par les Radicaux. Alors, que Pierre Maudet oublie sa rancune. Qu’il réagisse maintenant en seigneur dont la place sera très importante dans le nouveau grand Parti. C’est ainsi qu’un politicien doué et grand communicateur peut atteindre une stature d’homme d’Etat.

Lui-même, lucidement, admet que si la Gauche avait eu cinq candidats, elle aurait raflé les cinq sièges. Pris entre la tranche rouge –rose et, surtout à Genève le MCG, les partis de l’Entente perdent le contrôle des villes du canton. L’UDC genevoise, en recherche semble-t-il de respectabilité et d’alliances, se fait grignoter par un MCG agressif et imprévisible. C’est cela qui doit faire l’objet des analyses. Il s’agit donc pour Libéraux et Radicaux genevois de créer résolument, le 24 mai prochain, ce Parti commun.  Il faudra, dans l’élan, bien déterminer le Champs politique de ce parti : c'est-à-dire ses valeurs de référence, ses positions sur les grands sujets, sa stratégie de communication et  sa manière de pousser des hommes et des femmes de qualité aux responsabilités politiques. Il faut, en somme labourer à fond ce champs élargi que l’on aura déterminé. Pour cela, les figures de proue des deux partis réunis devront être des chefs de file, charismatiques et éthiquement exemplaires.  Pascal Couchepin ne voyait pas d’autre chemin pour redresser la barre, à l’échelon fédéral et aux échelons cantonaux. Ce sera difficile, Cela prendra du temps. La facilité va vers les Gauches et les Droites simplificatrices. Mais le PLR a le vivier qu’il faut pour engager une vraie et claire pédagogie politique ; dans les débats médiatiques et sur le terrain. Il y faut la foi et la volonté. Il y faut aussi un véritable esprit d’équipe transcendant les rivalités. Ce que chacun des deux partis genevois a réussi souvent, le PLR doit et peut le réussir demain.

Au-delà, la question des alliances élargies peut être posée sans tabou. Vers le PDC, bien sûr. Mais vers l’UDC ? Laquelle, sur quels points d’accord suffisant ? A quel échelon ? A l’adresse de Verts libéraux ? A suivre, aux échelons fédéral et cantonal. Mais cela ne peut et ne doit être que le fait d’un PLR qui détermine bien qui il est et qui laboure publiquement son champs revigoré par son printemps.  

21:59 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

Au Conseil National, les radicaux votent souvent comme l'UDC ... c'est pourquoi, je pense que vous vous êtes trompé d'alliance.

Au lieu du parti libéral, vous auriez du vous allier à l'UDC, pour être encore plus forts ensemble et représenter presque la moitié de l'électorat.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 21/04/2011

Les commentaires sont fermés.