29/01/2011

Non à la banalisation du mal

La sécurité des habitants de ce pays devrait être la priorité des priorités politiques. A défaut, toutes les dérives sont imaginables. Il faut que les autorités et leurs agents cessent de se résigner aux faits divers inacceptables.On est encore loin de la prise de conscience nécessaire et des actions à en tirer.

16:42 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Commentaires

On constate que les élections approchent et que si les partis veulent glâner quelques voix supplémentaires, il est temps d'enfourcher les trompettes de la sécurité, priorité des priorités.

L'insécurité n'est jamais que le reflet de la société dans laquelle nous vivons, faite d'injustices de plus en plus criantes et où de plus en plus de gens se retrouvent au bord de la route sans pouvoir faire autre chose que de voir la richesse passer trop vite et sans pouvoir en récolter ne serait-ce que quelques miettes.

Alors, parce que certains puissants ne comprenmnent rien ou ne veulent pas comprendre et que les "petits" pensent n'avoir d'autre choix que de faire la révolution, ils la feront sans se rendre compte qu'on "repartira pour un tour" sans rien apprendre de l'histoire, avec un petit ou un grand h.

Je ne suis pas sûr que l'avenir soit d'une lumineuse clarté.

Écrit par : Michel Sommer | 29/01/2011

Les commentaires sont fermés.