08/10/2017

Magnin la leçon d'histoire

On reparle d’Auguste Magnin. Une satisfaction pour l’auteur de ces lignes pusqu’il n’est rien moins que son arrière grand -père. Un regret : ne pas avoir parlé de lui avec sa fille, une grand-mère pourtant bien connue. Mais enfin, une motivation de plus ajoutée à celle que pourrait, que devrait ressentir tout citoyen attaché à l’histoire de Genève.

Car c’est à une belle leçon d’histoire qu’est invité celui qui monte au dernier étage de la maison Tavel et qui se trouve avec stupéfaction devant ce relief , cette maquette Magnin. Conscient que la démolition de l’enceinte fortifiée qui entourait la ville jusques dans les années 1840 marquait une rupture dans une longue histoire de la Cité, Auguste Magnin voulut apporter un témoignage, une mémoire visuelle de la Cité regroupée, rassemblée dans ses murs qui avait traversé les siècles et dont la forte identité avait envoyé des rayons spirituels, intellectuels dans le monde entier.

 
La réalisation de cette maquette fut un travail aussi long, minutieux que génial dans sa conception. Un relief de ce genre, on n’en rencontre guère ailleurs en Europe. Certes, Auguste Magnin avait la nostalgie du passé. Mais qui ne voit à quel point le rayonnement de la Genève d’aujourd’hui est lié à son histoire, inscrite dans son environnement urbain.

La Tribune de Genève a parfaitement fait revivre les conditions de création de ce chef d’œuvre. Et l’on salue une reconstitution virtuelle de la Cité d’alors, en 3D, basée sur le Relief. Elle permet de visiter cette Genève encore cerclée de ses fortifications. Une prouesse à saluer. C’est grâce à elle que les projecteurs ont fait ressortir de l’ombre Auguste Magnin.

Deux prolongements nous paraîtraient souhaitables. Il y a longtemps que des membres de la famille ont exprimé le désir légitime qu’un petit bout de rue, de place proche de la maison Tavel porte le nom de Magnin. Ce serait bien normal que la ville l’honnore ainsi. Par ailleurs, tous les élèves de Genève ne devraient-ils pas, une fois dans leur parcours scolaire, rendre visite à ce relief et voir la reconstitution virtuelle branchée sur ce relief ? Une connaissance sensible de l’histoire du lieu où l’on habite, où l’on se forme ne serait-elle pas propice à un enracinement, à une intégration, à un sentiment civique ?

Le relief Magnin et ce que l’on peut en tirer, ce n’est pas seulement une création à placer et à montrer dans un musée. C’est une main tendue du passé au présent et vers l’avenir de Genève et de ceux qui en vivent.

 

NB: Article 'Tribune de Genève', 1er Octobre 2017: https://www.tdg.ch/vivre/histoire/Grce-a-Auguste-Magnin-l...

19:09 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

26/09/2017

Sauver la prévoyance vieillesse

On ne peut pas dire que les lendemains de la votation sur l’AVS, sur son financement et sur la prévoyance professionnelle aient fait dans l’euphorie. Cela, au moins, est rassurant. Tous les protagonistes de la bataille admettent que des révisons sont essentielles ; faute desquelles, dans peu de temps, le fonds AVS sera asséché et le deuxième pilier n’aura plus assez de capital pour garantir les rentes minimales prescrites par la loi. Jusqu’ici, les révisions de l’AVS réussies ont proposé des rentes au financement garanti. Depuis que se dessine un péril en la demeure, les projets ont été refusés par le peuple. Alors, que faire désormais ?
L’extrême gauche revendique sa part de victoire dans le rejet car elle avait lançé l’offensive. Mais, ne lui en déplaise, elle ne pèse pas lourd à l’échelon national et c’est manifestement la droite, avec ses gros bataillons d’électeurs, surtout en Suisse allemande, qui a coulé le projet dit Berset. A vrai dire, l’idée des 70 Francs pour les nouveaux rentiers, en compensation de l’élévation de l’âge de la retraite des femmes, n’est pas venue du Conseil fédéral. L’allliance sur ce point PDC- socialiste a cru trouver le compromis idéal qui aurait entrainé une large adhésion politique. Or, la Droite y a vu une sorte d’annulation de la volonté d’assainir financièrement la situation. Et puis, l’abaissement du taux de conversion déterminant les rentes du deuxième pilier est apparu comme mélangeant et compliquant les choses.
Mais, n’en délaisse cette fois aux opposants, le projet avait un mérite : celui de prendre acte du problème et de pousser plusieurs éléments dans la bonne direction. L’inquiétant serait, qu’après cet échec, les discussions au sein du Conseil fédéral, des partis puis du Parlement se prolongent . Alors, on ne sera plus bien loin du moment périlleux. Ce serait vraiment un ratage politique si l’on devait être acculé à prendre un jour des mesures d’urgence.
Quelles pistes alors à explorer un peu vite ? Sûrement revenir à un âge de 65 ans pour les femmes ; étant entendu que des aménagements ciblés devraient avoir lieu :notamment pour le temps partiel et la comptabilité concernant les rentes correspondantes. A la place des 70 francs arrosoir, des mesures ciblées en faveur de rentiers en ayant besoin. Dans un projet peut être distinct cette fois sur le deuxième pilier, un abaissement du taux de conversion , mais assorti, là aussi, d’aménagements ciblés. Et puis, évidemment, une hausse affectée de la TVA. Sur ce point le rejet, d’ailleurs, a été faible, ce qui est plutôt de bon augure.
Cela étant, la question politique se pose. Le Centre gauche ayant échoué, le Centre droit pourra-t-il rapidement se mettre d’accord : c’est-à-dire l’UDC-le PLR-le PDC ; ce dernier devant alors jouer clairement dans cette constellation. Il n’empêche ! Pourra-t-on aboutir sans le Parti socialiste ? Jusqu’où pourra-t-on raisonnablement lui donner des compensations qu’il réclamera afin d’ accepter la hausse de l’âge de la retraite pour les femmes ? Et quant aux pressions, difficiles à préciser, afin de réaliser mieux l’égalité des salaires ?
On ne veut être ni trop pessimiste ni trop optimiste. Mais il est évident que c’est un défi pour la démocratie suisse. Est-elle encore capable, en temps voulu, de trouver un consensus suffisamment large, une majorité solide afin de résoudre un problème menaçant. Car , à défaut de pouvoir obliger les Suisses et les Suissesses à une fécondation généreuse, c’ est bien sur des solutions de financement qu’il faudra s’accorder.

18:34 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

20/09/2017

Pierre Maudet a pris date

90 voix au deuxième tour de l’élection au Conseil fédéral. Pour Pierre Maudet c’est un exploit et un succès. Certes, il n’a pas été élu. Mais, face au favori depuis le début, il a obtenu un score impressionnant ; preuve que, parti de presque rien, il a impressionné nombre de parlementaires , de journalistes aussi et de citoyens jusqu’au cœur de la Suisse allemande. Osons le pari : il a pris date. En mai prochain, il sera réélu magnifiquement au Conseil d’Etat genevois et sera son président pour cinq ans. En 2023, il faudrait qu’il aille au Conseil des Etats. Peu après, il sera élu au Conseil fédéral en succédant à l’élu d’aujourd’hui. Belle démonstration donc, prometteuse d’avenir. Il a bien fait de jouer le coup. Si il n’a pas franchi le pont d’Arcole, ce ne fut pas du tout Waterloo et le soleil d’Austerlitz se lèvera en temps voulu.
Isabelle Moret n’a pas démérité du tout. Les attaques contre elle, portant notamment sur son divorce, ont été lamentables. Ces choses là ne sont pas à l’honneur des journalistes fureteurs qui s’abritent sous un étendard fallacieux de transparence. Et il est vrai, qu’après le départ de Doris Leuthard, il pourrait n’y avoir plus qu’une femme au Conseil fédéral. Isabelle Moret, elle aussi, a pris date ; pas pour elle mais pour La Conseillère aux Etats PLR Keller Suter, laquelle, espérons le , succédera au Conseiller fédéral Schneider Amman. Lui aurait tort de ne pas envisager un départ prochain, quels que soient ses mérites.
Cela étant, on comprend tellement la satisfaction tessinoise. Il faut que la Suisse italophone soit réguélièrement présente au Conseil fédéral. Certes, un Conseiller fédéral n’est pas là pour défendre son canton. Toutefois, il peut apporter une connaissance, une sensibilité nourries des problèmes qu’il a vus de près. Et le Tessin, canton frontière en a incontestablement. En outre , Ignazio Cassis semble être une personnalité riche de talents multiples. Il n’était pas président du Groupe PLR aux Chambres par hasard. Son discours d’acceptation, dans toutes les langues nationales, était convaincant. On verra de quel département il va hériter.
Les Socialistes regrettent l’élection d’un ministre ayant un profil plus à droite que Didier Burkhalter.Cela donnera une adéquation plus grande par rapport aux équilibres politiques au Parlement. En revanche, on peut ne pas être de gauche et avoir une inquiétude au sujet de la politique étrangère, particulièrement envers l’Europe. Par rapport aux négociations actuelles, au compromis à réussir entre la fidélité à l’Initiative contre l’immigration de masse et la fidélité à l’Accord sur la libre circulation, Pierre Maudet apparaît comme plus clair, plus structuré. On n’aimerait pas que le nouvel élu rassure trop, sur ce point, l’UDC qui l’a soutenu. Puisse-t-il s’inscrire dans la continuité de l’effort diplomatique actuel.
Cela étant, bonne chance à Ignazio Cassis au sein de notre Gouvernement collégial. Et quelle chance a la Suisse d’avoir ses institutions.

11:08 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

29/08/2017

Binational et Conseiller fédéral

L’auteur de ces lignes avait dû, naguère et à regret, répudier la nationalité française transmise du côté maternel. La raison était double. La question du service militaire pour un franco-suisse n’était pas réglée. Au début des années soixante, il y avait encore la guerre d’Algérie et l’idée d’être appelé à cela après une école de recrues suisse n’avait rien de séduisante. Et puis, un intérêt éventuel, non suivi d’effet, pour une carrière diplomatque incitait à ne garder que la nationalité suisse, puisque l’exigence en était imposée aux diplomates ; laquelle vient d’être supprimée en ce début d’année. Bref, si la question se posait aujourd’hui une telle répudiation n’aurait pas lieu.


Cette binationalité n’aurait en rien atténué l’engagement dans une perpective helvétique, que ce fût comme journaliste ou comme parlementaire. Un engagement politique pour un pays doit être franc et sans réserve. Cela n’aurait donc pas empêché, en quelques occasions, des commentaires critiques sur l’attitude française envers la Suisse. Mais cela n’aurait pas non plus écarté l’intérêt pour les événements politiques français, ni empêché une participation de citoyen du rang à des élections présidentielles ou législatives. Il faut avoir confiance dans la clairvoyance et l’éthique de l’homme ou de la femme politique concernés. Il faut aussi observer que, de plus en plus, des citoyens suisses ont une autre origine, une autre attache familiale, culturelle, affective, constitutive de leur personne. Et cette personne, riche de ce qu’elle est, adhère à ce qui constitue la Suisse dès lors qu’elle s’engage.

 
Doit on raisonner autrement pour ce qui concerne des Conseillers fédéraux ? Assurément non. Le Parlement élit un Conseiller fédéral en regard de plusieurs critères ; dont, bien sûr, l’évaluation de son engagement politique en Suisse. Il n’y a aucune raison, par exemple, de suspecter un Chef du département des affaires étrangères de mal défendre les intérêts helvétiques parce qu’il aurait, par ailleurs, une nationalité d’un pays membre de l’UE.
C’est pourquoi, on peut regretter que le candidat PLR du Tessin, afin de calmer des réticences notamment UDC, ait cru bon de rendre son passeport italien. En outre, ce geste un peu agressif envers l’Italie n’est pas de la meilleure opportunité pour l’image de la Suisse qu’il aurait à défendre. Le candidat genevois, qui possède un passeport français, ne l’a pas imité sur ce point ; et c’est tant mieux. S’il devait être élu, on aimerait qu’il ne change rien à cela ; s’abstenant tout au plus, éventuellement, de participer à des élections en France durant le temps de son mandat.


Il y a des principes, des situations qu’on ne devrait ni renier ni modifier par crainte de se faire mal voir, par désir d’obtenir des soutiens. Un Conseiller fédéral suisse, c’est quelqu’un qui doit être ce qu’il est et se tenir droit dans ses bottes.

 

17:20 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

21/08/2017

La grande question du pardon

D’avoir eu la chance d’écouter un document de France Culture permettant d’entendre feu le philosophe Vladimir Jankélévitch d’une part, de lire le dernier ouvrage d’Eric- Emmanuel Schmitt d’autre part : voilà de quoi réfléchir sur la question du pardon. L’écrivain propose quatre nouvelles où le pardon apparaît soit comme étant insupportable à celui auquel il est destiné, soit comme étant une conclusion tragique mais sublime de destins entrecroisés. Le roman a cette caractéristique, lorsqu’il est vraiment porté par le souffle de son auteur, de toucher certaines réalités au cœur ; tandis que l’argumentation , trop distante, trop cérébrale fait moins ressentir et partager ce dont il est question.
Mais on est bien à vif avec Vladimir Jankélévitch lorsqu’il écrit ou s’explique au sujet du pardon. Relevons que ce Juif de confession et de tradition, mais non religieux, a vu dans le Christianisme originel, c’est-à-dire branché sur le Christ, l’étape ultime du pardon inconditionnel.Non pas, donc, seulement un effort, une vertu permettant de surmonter le tort ou la souffrance infligés par un ou des autres ; mais une sorte d’épuration de son être, écartant tout paramètre, enveloppant l’âme et l’esprit comme une évidence impérieuse et naturelle. Seul ce pardon là réssuciterait ce qui aurait été abîmé, redonnerait à la séquence humaine sa pleine densité et sa véritable espérance. Mais qui, à part le Christ et quelques saints ont-ils pu, peuvent-ils incarner dans l’amour un tel accomplissement ? On pense d’ailleurs au passage mettant face à face Jésus revenu et le grand inquisiteur dans les frères Karamazov de Dostoievski. Le progrès, dans cette humanité si conflictuelle, n’est-il pas déjà d’établir un Droit juste et de punir ceux qui le bafouent. Et, face aux terroristes, la priorité n’est-elle pas d’abord de les débusquer, de les pourchasser et de les neutraliser ? Pourtant, dans cette histoire de l’humanité, les prophètes de l’inaccesible ne sont-ils pas profondément nécessaires ? Où en serait cette humanité si ellle n’avait pas goûté au meilleur des religions, des spiritualités, malgré tous les développements funestes , dévoyés où elle ont sécrété le pire ?
Mais il y a des limites, même à l’idéal du pardon, qui tiennent précisément à la commune appartenance à l’humanité ; des bourreaux comme des victimes. Ce même Jankélévitch considère que les crimes nazis envers les Juifs sont impardonnables. Il a milité pour le caratère imprescriptible de ces crimes-là. Pourquoi ? Parce que, selon lui, les Nazis n’ont pas seulement éliminé des Juifs en considérant qu’ils représentaient un danger. Ils leur ont dénié toute qualité d’hommes, de femmes, d’enfants. Ils ont considéré que, parce que Juifs, ils n’appartennaient pas à l’humanité vivable et qu’ils allaient donc les éliminer de ce monde . On touche là aux discussions récurrentes. Hitler était-il pire que Staline, voire Mao et tant d’autre tyrans de l’histoire ? En nombre de victimes directes, Hitler n’a sans doute pas eu le temps d’être le plus performant. Mais le génocide juif a ceci d’unique dans l’époque moderne que le seul fait d’être Juif signifiait être condamné à l’élimination.
Curieusement, alors qu’une Simone Veil n’a jamais voulu condamner les Allemands dans leur ensemble, le philosophe , si habité par la question du pardon, a toujours été plus dur sur ce sujet envers les Allemands en général. On pourra y trouver une contradiction, ce qu’il a reconnu et assumé lui-même.
Que tirer de cela pour nous-mêmes ? Nous vivons dans un monde dangereux où l’angélisme serait aussi naïf qu’irresponsable. Même là où les critères de morale, de générosité doivent être présents, comme pour la migration, ne pas envisager des limites, des précautions, ne pas évaluer des conséquences, des déséquilibres à terme serait imiter les autruches qui cachent leur tête sous le sable. La réalité politique, économique, humanitaire, climatique est compliquée. Il faut la prendre ainsi. En même temps, cette humanité pourra-t-elle trouver ses équilibres, atténuer ses déséquilibres si ne la traversent pas, jusques dans l’inconscient, ces folles ouvertures vers le pardon, l’amour, l’espérance, la perception d’un inconnu qui nous dépasse mais laisse des traces en nous. Et il y a eu des êtres humains pour recevoir une lumière et dessiner ces traces sur le sol. Oui, c’est très contradictoire, mais il importe assurément que ceux qui ont à gérer les choses de ce monde ne soient pas hermétiques à ces signes de l’impossible. Encore faudrait-il qu’ils ne soient pas coupés des connaissances philosophiques, religieuses qui ouvrent l’esprit et la sensibilité. Une grande question d’actualité pour nos sociétés occidentales.

17:58 | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

06/08/2017

La candidature légitime de Pierre Maudet

Oui La candidature de Pierre Maudet est légitime. Ce n’est pas parce qu’il est jeune mais parce qu'il a une densité fortifiée par une expérience. Ruth Metzler avait été élue à trente cinq ans. Elle n’avait pas encore pu développer la plénitude de ce qu’elle pouvait donner. Pierre Maudet oui. L’intelligence, l’énergie, le sens de l’Etat, la capacité de décider, l’habitude d’un collège gouvernemental : cela fait beaucoup d’atouts. On lui souhaite que le Groupe PLR des Chambres fédérales les sentent ; groupe dont le Président est le candidat tessinois, qui est sorti dans la peau du favori. Mais on connait l’adage, parfois vérifié : qui entre pape au conclave en sort cardinal.
Bien sûr, il faut exprimer une analyse objective. La candidature tessinoise a un sens. Du côté vaudois, celle d’Isabelle Moret, conseillère nationale très engagée et respectée, bénéficie de son aura personnelle et du fait qu’elle serait une femme au Gouvernement. Elle a probablement plus de chances que les deux autres candidats vaudois intéressés. Mais il serait réducteur, pour le Groupe PLR et ensuite pour l’Assemblée fédérale, de privilégier trop les arguments sur la région linguistique ou le sexe. Il faudrait choisir celui ou celle qui semble le mieux préparé. Certes, une vraie question politique serait de donner ou non au Tessin un siège permanent au Conseil fédéral. Pour cela il faudrait logiquement augmenter le nombre de Conseiller fédéraux de sept à neuf. Le Parlement refuse pour l’instant cette réforme et les ministres disent que l’on fonctionne mieux collégialement à sept. Une discussion à poursuivre. Pour l’heure, l’intérêt général est de ne surestimer ni l’argument linguistique ni l’argument féministe par rapport à l’équation personnelle des candidats. Les auditions devant le Groupe devraient être déterminantes.
Le Canton de Genève est tout simplement un élément essentiel de la Confédération. Tout le monde le sait. Certes, deux genevoises ont été élues dans un passé encore récent. Deux socialistes. Le dernier libéral, Gustave Ador, fut élu vers la fin de la première guerre mondiale, afin de renouer le dialogue avec les alliés. On ne pourrait que se réjouir de voir un PLR genevois servir à son tour son pays à l’échelon fédéral dans une fonction aussi importante.
On dit souvent que des calculs politiques déterminent les choix en regard des profils des candidats. Ainsi, par exemple, les Socialistes votent pour un candidat pas trop à droite tandis que les PLR veulent éviter une personnalité de gauche trop conflictuelle à leurs yeux. Cela écarterait quelquefois les candidats ayant le plus de relief au profit de ceux qui apparaissent comme étant plus rassurants. L’histoire des élections de nos ministres a eu de tels exemples. Toutefois, dans l’ensemble et dans la durée, la Suisse a eu beaucoup de personnalités fortes au Conseil fédéral, taillées pour la fonction.
Indiscutablement, Pierre Maudet est de cette trempe. Il fait bien de montrer qu’il le sait et qu’il a une ambition légitime. La course est lancée. Le moins que l’on puisse attendre de toute la classe politique genevoise est un soutien franc et net. Bonne chance à lui.

17:42 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

15/07/2017

Nos repères politiques bousculés

En 1974, au Tour de France, un mage de mauvais augure prédit que Jacques Anquetil ferait une chute mortelle. Le champion courut avec une angoisse serrant l’estomac, mais il gagna le tour. On ne connaît pas la suite de la carrière du mage. Les devins peuplent l’histoire de l’antiquité. A l’ère moderne, des hommes d’Etat n’hésitaient pas à consulter des astrologues. Ce fut prouvé pour Mitterrand.
Pourtant, après la dernière guerre mondiale, il semblait que la politique suivait des schémas clairs avec des repères lisibles. La guerre froide, c’était facile à comprendre. L’OTAN pilotée par les États-Unis, c’était rassurant. Le facisme disparaissait en Espagne et au Portugal. Les partis communistes occidentaux s’affaiblissaient au rythme de l’affaissement soviétique. Et puis, l’Europe nouvelle semblait naître vigoureusement, lançant sa coordinattion et aspirant à l’unité dans la diversité. Un repère suisse en quelque sorte.
Or, voici que l’on ne sait plus trop où l’on en est. L’Amérique protectrice devient imprévisible. Son Président ne voit pas l’enjeu crucial que représente la lutte contre le réchauffement climatique. On ne sait plus trop où va sa politique étrangère. On craint une décision sans consultation de frappes massives en Corée du Nord. La Chine monte en puissance sans résoudre ses déséquilibres régionaux. Elle perturbe les esprits libéraux qui croyaient qu’un libéralisme économique s’installant entrainerait dans sa suite un libéralisme politique. Quant à la Russie de Poutine, elle déstabilise les gouvernements occidentaux. On ne lui a, sans doute, pas assez tendu la main après la chute du communisme et l’éclatement de l’URSS. On s’est peut être sommairement réjoui à l’idée de la confiner en lui ôtant ses zones d’influence séculaires, en lui donnant un sentiment d’encerclement. Ce qui n'a pas empêché des saisissements interloqués à chaque fois que Poutine avance un pion. Bref, tout cela devient compliqué.
C’est pourquoi, on a envie de croire à une nouvelle efficacité franco-allemande animée par le duo Merckel-Macron. Encore faut-il, afin d’être crédible, que Macron réussisse à réformer la France. Oui, on aimerait que se dessine une politique de l’Europe renouvelée, tant pour sa construction interne, solide et ouverte, que pour sa relation avec le reste du monde. En somme, on a envie de retrouver confiance en des chefs de file qui aient une une culture, une réflexion philosophique, éthique et, bien sûr, politique. Ajoutons une capacité de réagir aux crises, mais possédant aussi une vision, une volonté de tenir un cap, un talent pédagogique et une force de conviction qui puisse entraîner l’adhésion démocratique.
Il y a un danger indistinct lorsque la politique se déroule à l’aveuglette et sans direction perceptible. De réactions en réactions au coup par coup peuvent sortir des secousses et des engrenages que l’on ne voit pas venir. On a souvent vu, au fil du destin européen, que, faute d’analyses lucides, de convictions fermes, de maitrise du dialogue, fût-il musclé, le pire est advenu. Nous ne l’imagions pas mais le flou ouvre à l’imprévisible.
Il y a aujourd’hui plusieurs problèmes lourds qui pourraient avoir des conséquences graves à moyen et à long terme. Le terrorisme, certes, est angoissant ; Mais aussille réchauffement climatique et les conséquences imaginables d’un afflux migratoire non maitrisé, notamment venu d’une Afrique en démographie galopante. Des équilibres de société, des identités nationales pourraient être mis en cause. Le Président Macron se méfie des journalistes qui s’addonent aux délices de la chasse aux sorcières au nom, bien lucratif pour leurs médias, de la transparence. Ils ne seraient guère intéressés par la complexité des choses. D’où son inclination à un exercice pédagogique direct devant les Parlementaires et les Citoyens. On ne peut pas lui donnez tout à fait tort sur ce point, même si le danger serait de se raidir dans une telle attitude. Il nous dit qu’il faut agir <en même temps> ici et là. Fort bien, mais posons alors nettement, explicitement les données compliquées, tout en dégageant clairement le cap. Cela peut être un débat démocratique vivifiant sous la lumière non pas dispersante mais éclairante de nos responsables politiques. Si l’on y songe, c’est bien ici le cœur de la culture politique et démocratique suisse. Le débat éclairé est bien consubstantiel à nos institutions. Or, le risque, à notre échelle helvétique, est que notre Gouvernement collégial ne montre pas assez bien le cap qu’il invite à suivre sur des sujets sensibles : l’Europe, la migration, le climat, le point d’équilibre entre l’ouverture et l’affirmation de valeurs s’appliquant à tous…
Oui, nombre de nos repères sont bousculés. Ce peut être une chance si , en Suisse et en Europe nous savons nous repositionnner intelligemment pour nous insérer dans le mouvement de l’histoire.

23:01 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

01/07/2017

Ce que nous dit Simone Vei

De Simone Veil beaucoup a été dit et va être dit. Osons retenir ici trois aspects de ce qu’elle fut et de ce qu’elle fit. Tout d’abord, ce tournant tragique de sa vie. Jeune fille heureuse en famille, belle et intelligente, elle se retrouve brusquement arrêtée et déportée avec sa mère et sa sœur à Auschwitz, tandis que son père et son frère le sont aussi dans un autre camp. Ni sa mère, ni son père, ni son frère n’en reviendront.

Elle a exliqué sa survie dans son livre autobiographique écrit très tard. Une chance, un regard improbable avec une gardienne touchée par son charisme et, surtout, une volonté, une force de caractère, une dureté même dans un sens de   vitalité animale a-t-elle reconnu en évoquant cette année épouvantable. Elle a survécu, en est sortie, certes mal en point mais s’est rétablie.

Et La voici relancée dans la vie, les études supérieures, le mariage, la maternité puis une carrière de juriste, jusqu’à l’apogée politique.  Alors, bien sûr, aussi forte qu’elle ait été, le traumatisme, la souffrance intérieure, l’extermination de ses êtres les plus chers vont hanter à jamais ses jours et ses nuits. Et c’est avec cela qu’elle va pourtant mener des actions publiques remarquables.

Aujourd’hui, et malgré des commémorations, on pourrait ne plus tellement penser à cette monstruosité nazie abominable d’extermination des Juifs. L’actualité, telle que la politique consternante du Gouvernement israélien vis-à-vis des Palestiniens, avec implantations croissantes de colonies, pourrait en quelque sorte nous distraire du devoir impérieux de mémoire. Or, si la critique d’une politique est légitime et si l’on ne saurait s’en dispenser par crainte de passer pour un anti-sémite, il importe de se garder de toute approche mélangeant les choses.

Pour l’Europe entière, Suisse comprise, la Shoah est une page horrible de l’histoire. Jean- Pascal Delamuraz, au moment de la crise sur les Fonds juifs dans les banques helvétique, et tandis que la Suisse était acerbement accusée, s’était écriée : < ce n’est quand même pas nous qui avions fait Auschwitz>. Il disait ce que beaucoup pensaient, se rebiffant contre des attaques sans nuances. Mais, avec le recul, il faut considérer que la phrase était malheureuse. Le nazisme fanatiquement anti juif est bien sorti d’un antisémitisme européen ambiant plus ou moins assumé ou refoulé. Il y a donc une exigence de prise de conscience générale qui impose deux attitudes mentales et morales : cultiver le devoir de mémoire de cette tragédie et combattre toute résurgence d’antisémitisme. Simone Veil a été exemplaire à cet égard. Jamais elle n’a rendu l’ensemble du peuple allemand responsable de l’horreur. Mais sans cesse elle a dénoncé les expressions violentes, meurtrières ou verbales qui ont ressurgi et qui, chaque fois, la blessaient au cœur. Honorer donc cette très grande personnalité, c’est jurer devant elle de ne jamais oublier…et de transmettre la mémoire.

Un deuxième aspect à retenir est précisément la voie qu’elle indiquait pour ne plus jamais trahir le meilleur d’une civilisation ; c’est-à-dire construire une Europe harmonisée cimentée par la réconciliation franco-allemande. Le fait que cette rescapée du Camp a été la première Présidente d’un Parlement européen élu par les peuples européens fut un événement très important. Plus important encore, le fait que cette élection a pu avoir lieu par la concordance des votes des députés européens français et allemands. L’engagement européen de Simone Veil ne répondait pas seulement à son appréciation de la réalité économique et politique du Continent ; il puisait sa source et sa dimension morale dans son histoire personnelle. Une histoire que les jeunes générations devraient connaître, tant il est vrai que des personnalités hors norme sont des repères et des sources d’inspiration.

L’épisode le plus connu est son combat devant l’Assemblée nationale française afin de légaliser l’interruption de grossesse. Elle ne le mena pas en féministe idéologue mais en démontrant une réalité qui amenait des femmes privilégiées à faire interrompre leur grossesse à l’étranger et des non privilégiées à recourir aux avortements clandestins pleins de dangers pour leur santé. Elle essuya à ce moment là, et même par la suite, les insultes les plus honteuses. Mais, avec cette loi de 1974, elle est entrée dans l’histoire politique française, comme un Robert Badinter avec la suppression de la peine de mort.

Simone Veil n’a pas été Présidente de la République, ni Premier ministre. Mais elle compte assurément parmi les grandes figures politiques et morales du vingtième siècle. Cette grande dame juive, française patriote et européenne engagée aurait vraiment sa place au Panthéon. De nombreux Suisses reconnaissants et impressionnés par cette vie en seraient heureux.

 

Jacques-Simon Eggly

21:12 | Lien permanent | Commentaires (13) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

19/06/2017

De Petitpierre à Moutier

Les Suisses auront suivi les résultats des élections législatives françaises. Les Français n’auront pas entendu parler du vote de Moutier décidant de quitter le Canton de Berne et de rejoindre celui du Jura. Et pourtant, il s’agit là d’une décision qui trouve ses racines dans une longue histoire européenne et qui va porter bien au-delà d’une législature. La manière dont le cours des choses s’est déroulé est une réussite de la démocratie et du fédéralisme helvétique. Si le nom d’un homme en particulier doit être associé à cet aboutissement, c’est celui de l’ancien Conseiller fédéral Max Petitpierre.
Reprenons brièvement ce cours de l’histoire. 1815 : les Congrès européens reprirent à la France vaincue les districts francophones du Jura nord et les attribuèrent à La Suisse, soit au Canton de Berne. Ce dernier avait dans son orbite les districts du sud. Il y avait des raisons de réunir ainsi tout le Jura francophone sous la houlette bernoise. Il était intéressant que Berne, canton charnière entre Suisse allemande et Suisse romande, possédât ainsi une frontière avec la France. Mais il y avait également les prémices d’une tension grave propre à inquiéter la Suisse. Les Nordistes étaient catholiques et à l’écoute du coq gaulois. Les Sudistes étaient protestants et nichés entre les pattes de l’ours bernois. Les Nordistes trouvèrent des chefs séparatistes charismatiques et une troupe de choc : les Béliers. Des actes violents, des attentats même, des affrontements se développèrent ; heureusement sans morts. La situation risquait de dégénérer. Il y eut bien un vote consultatif de tous les Jurassiens en 1959. Berne espérait ainsi clore l’affaire. Une majorité anti-séparatiste, mais essentiellement sudiste, s’en dégagea. Rien ne s’apaisa. Les Nordistes séparatistes redoublèrent d’efforts, d’énergie. L’explosion semblait possible.
Alors, le Conseil fédéral convainquit le Gouvernement bernois d’accepter qu’une Commission de sages nommés par le Gouvernement fédéral explorât des possibilités de solutions en rencontrant toutes les parties. Ce fut la Commission confédérée de bons offices pour le Jura présidée par Max Petitpierre. Ah oui, il explora toutes les possibilités ; notamment l’idée de s’appuyer sur une troisième force de conciliation afin de proposer une statut d’autonomie de tout le Jura, mais restant au sein du Canton de Berne. Quelle créativité conceptuelle ! Or, tout cela se heurta à l’intransigeance tendue des Séparatistes, au raidissement des Anti séparatistes et des autorités bernoises. Cétait l’impasse. Alors, afin d’en sortir, Max Petitpierre imagina une procédure de plébiscites en cascade susceptible de rallier, bon gré mal gré, les uns et les autres.
C’est ainsi, qu’en 1974, une majorité des Jurassiens, mais cette fois essentiellement nordistes, vota pour la séparation et la création d’un nouveau canton. Toutefois, les districts sudistes à majorité anti-séparatiste, eurent le droit de se prononcer à nouveau chacun. Ils confirmèrent leur volonté de demeurer bernois. Le Jura se trouvait donc divisé. L’événement n’en fut pas moins le vote du peuple et des cantons suisses ratifiant, en 1978, la création d’un nouveau canton. Évidemment, les tensions continuèrent, même si elles n’eurent plus la même intensité. Des collaborations furent organisées. Une Assemblée inter-jurassienne consultative vit le jour. De nouveaux médiateurs fédéraux intervinrent. La tension se focalisa sur Moutier dont les citoyens étaient très divisés. Dans l’esprit de feu Max Petitpierre, la nécessité de recourir à un nouveau plébiscite à Moutier fut reconnue. Il a eu lieu dimanche. A quelques voix près, Moutier a choisi de rejoindre le Canton du Jura. Ce devrait être chose faite en 2021.
Mesurons l’exploit. Il y a eu longtemps chez les Bernois et les Anti-séparatistes la dénonciation d’une menace contre le fédéralisme et la paix confédérale. Il y a eu chez les Séparatistes un vent indéniable d’agressivité anti-suisse, anti-suisse alemande et anti-berne. Or, à la fin, la Suisse a résolu ce problème difficile, dangereux grâce à sa démocratie et à son fédéralisme. Elle a montré une capacité de négociation interne. L’équilibre confédéral n’a pas été affaibli mais renforcé . On a le droit de se réjouir du résultat du vote ou de le regretter, avec des raisons valables de part et d’autre. Mais l’essentiel, vu avec un peu de recul, tient à cette réussite helvétique. Moutier devrait refermer le cercle de l’affaire jurassienne. Cette réussite a eu un inspirateur, Max Petitpierre. Les enseignants d’histoire suisse et leurs manuels ne devraient pas l’oublier.

18:09 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

15/06/2017

Etre juste avec Didier Burkhalter

Le Conseiller fédéral Didier Burkhalter ne part pas sous les applaudissements médiatiques. On n’en demandait pas tant mais le concert de critiques dérange. C’est injuste. Voyons le dossier européen. Si l’Initiative contre l’immigration de masse avait été rejetée, il serait probablement salué pour avoir dirigé la Suisse vers un accord institutionnel avec l’Union européenne, accord regroupant tous les liens et offrant un cadre pour leur évolution. Certes, le Conseil fédéral, le Parlement, les autres partis que l’UDC auraient dû s’engager davantage contre l’Initiative. Mais on ne saurait imputer le résultat au seul ministre des affaires étrangères.
Après ce coup, il a essayé de renouer les fils avec Bruxelles. Trop optimiste ? Du temps perdu ? Peut être. Mais, autre coup du sort, il y a eu le Brexit anglais. Dès lors, tout est devenu difficile, malgré un négociateur Suisse remarquable. Donc, si Didier Burkhalter n’a pas pu trouver l’ouverture avec l’UE en respectant le vote populaire, c’est que les circonstances ont pesé trop lourd. On verra dans les mois qui viennent ce qu’il en sera, notamment avec l’action de la nouvelle Secrétaire d’Etat.
Voyons quelques autres domaines. Sur la présence suisse au sein de l’OSCE, sur la parole suisse à propos de l’Ukraine, sur l’engagement pour les droits de l’homme, l’aide au développement et toutes autres actions : n’a -il pas été très bon ? Et puis, à Genève, comment ne pas saluer son engagement pour la Genève internationale, reconnu par la Fondation pour Genève qui lui a décerné son prix. Les Suisses de l’étranger on vu , grâce à son soutien, le Parlement voter une loi les concernant et fortifiant leur place au sein de la communauté nationale. La main tendue aux jeunes en général, notamment durant sa présidence, a été plus et mieux qu’une posture. Enfin, il aura été un bon Chef de département, avec des qualités humaines appréciées par ses collaborateurs. On n’a pas toujours connu cela.
Voilà. On a connu des présences physiques plus fortes, des envolées oratoires plus entraînantes, des charismes populaires et médiatiques plus marquants. Mais, la modestie d’allure répond aussi à un label suisse. Bref, en un mot comme en cent, il y a lieu de reconnaître que Didier Burkhalter a bien joué son rôle de ministre et qu’il a parfaitement servi son pays. Beaucoup de ceux qui le critiquent seraient en peine de dire ce qu’il aurait pu faire autrement et mieux.

10:54 | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

02/06/2017

Le retour du Général de Gaulle

Et si Emmanuel Macron s’inscrivait dans une reprise de la stratégie politique du Général de Gaulle ? Alors même que le parti Républicain , qui se réclame du Général, est en risque d’éclatement. C’est peut être forcer le commentaire. Toutefois, l’échange musclé entre Macron et Poutine, dans le cadre du château de Versailles et sous le fantôme de Pierre le grand, avait des accents gaulliens. Il y avait de quoi raviver le nostalgie d’une France comptant sur la scène européenne et mondiale. Il faut dire que l’événement a eu lieu alors que s’installe une nouvelle ambiance due à la personnalité de Donald Trump.


A cet égard, c’est surtout la colère froide d’Angela Merkel qui a frappé les observateurs. Elle fut la première à rendre visite au Président américain élu. Elle est la première à dire tout haut, qu’avec ce Président, les Etats Unis ne seront plus un partenaire prévisible et fiable. C’est un tournant. Après l’effondrement de L’Allemagne nazie dans une Europe dévastée, le lien privilégié entre l’Allemagne de l’ouest et les États Unis a été le moteur du miracle allemand. Adenauer surtout, Ludwig Erhard ensuite et jusqu’à la Chancelière actuelle avec Barak Obama ont incarné ce lien politique et personnel. Parallèlement, Adenauer intégrait l’Allemagne de l’ouest dans la Communauté européenne naissante. Il ancrait ensuite, avec de Gaulle, un dialogue franco-allemand institutionnalisé. Toutefois, les limites de ce rapprochement et les bornes à une vision politique venaient précisément de ce lien transatlantique. L’Allemagne d’Adenauer et de ses successeurs était celle de l’Otan dominée par les États-Unis ; cela à la grande déception du Général de Gaulle. Ajoutez que la Grande Bretagne n’entra dans la Communauté que pour mener son double jeu, ne supportant qu’une Europe économique et terre à terre, sans rêve ni dessein. Cela a fini avec le Brexit.

 
Or, les cartes sont maintenant rebattues. Oui, l’Union européenne connaît des difficultés. Oui elle s’est élargie trop vite en regard de son approfondissement. Oui, il y a des dissensions, sans doute un excès de réglementations, et un non accomplissement démocratique. La crise des migrants la secoue, le cas de la Grèce l’embarasse. On en arrive à oublier ses réussites et les collaborations fructueuses. Mais les oiseaux de mauvais augure ont peut être tort. En se voyant en petite sœur déçue de l’Amérique, l’Allemagne ne pourrait-elle pas lancer son énergie dans un nouvel élan européen ? Fini le temps où elle était perçue comme un géant économique mais un nain politique. Avec la France de Macron, si ce pays accepte des réformes vitales pour son redressement, l’Allemagne pourrait donner à l’Europe un nouveau souffle, économique, politique et moral. Les États Unis se montrant défaillants et inquiétants, une Europe de la politique étrangère, de la sécurité, du climat est à faire. De Gaulle en rêvait, mais son passé de guerre, le contexte de la guerre froide et la pesanteur de son incarnation nationale l’ont empêché d’être un accoucheur d’une Europe politique. Il crispait les autres pays européens, craignant une arrogance française et attachés à l’Alliance atlantique.

 
Et si, dans les années qui viennent, Merkel et Macron, ralliant les autres membres de l'UE , surmontant les dissensions, insufflant un esprit de collaboration serrée trouvaient un bon équilibre entre une vraie dynamique européenne et l’expression d’identités nationales rassurées ! Et si, une Europe néo-gaulliste, c’est-à-dire à envergure politique, avait une chance d’émerger ! Et si la Suisse, certes à sa place singulière, avait toutes les raisons de le souhaiter, de s’en féliciter ! Qu’en pensez vous mon Général ?

16:03 | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

20/05/2017

Fabrice A ne devrait jamais sortir

On attend le verdict sur le procès du meurtrier d’Adeline . les lignes qui vont suivre ne sont pas politiquement correctes. En effet, la conclusion est que Fabrice A ne devrait plus jamais sortir de prison,
Une telle opinion va à l’encontre de toute une doctrine et une pratique pénales. L’idée admise est que la peine doit être individualisée, modulée en fonction de la responsabilité évaluée du prévenu, des chances, évaluées elles aussi, de son amélioration et de sa réinsertion. Cettte approche subtile a toute sa cohérence théorique et sa dimension humaine. D’ailleurs, il y a quelques années, l’auteur de ces lignes avait voté contre l’Initiative pour l’internement à vie des criminels pervers. Eh bien, aujourd’hui, c’est une position contraire défendue ici ; cela au terme d’une réflexion s’appuyant sur plusieurs éléments.
Le premier tient à l’imprécision inévitable au sujet de la diminution possible du caractère dangereux d’un meurtrier du type de Fabrice À. Le mal, la perversité enfouis peuvent-ils disparaître vraiment ? Il y a quelque chose qui est à la fois intéressant et dérisoire dans les avis des experts psychiatres. Ils expliquent beaucoup mais ne sont sûrs de rien. Des exemples d’amélioration, de réinsertion réussies existent, certes. Mais des exemples de récidives tragiques existent également. Cette incertitude ne plaide-t-elle pas en faveur d’un principe de précaution de la société et des personnes ? Fût-ce au détriment du condamné.
Le deuxième élément tient à l’horrible sort fait à la victime, ainsi qu’à la blessure inguérissable infligée à ses proches. Chacun peut s’imaginer à leur place. Chacun peut imaginer leur sentiment de révolte devant ce qu’ils perçoivent comme étant une relativisation de leur souffrance, dès lors qu’ils constatent une focalisation sur la personnalité de l’accusé. On peut s’imaginer ce qu’ils ressentent lorsqu’ils savent que le meurtrier pourra un jour sortir de prison,--après quinze ou vingt ans peut être-, et se construire une existence plus ou moins normale ; alors même qu’eux sont marqués à vie. Une rencontre fortuite dans la rue ou un café ! C’est proprement insupportable. En y pensant bien, cette focalisation du Code pénal sur le meurtrier plutôt que sur la victime et ses proches a vraiment un aspect révoltant.
Le troisième élément tient à la hiérarchie des valeurs, à la priorité dans leur illustration et leur protection. On est allé trop loin dans l’individualisation de la sanction, dans l’appréciation psychologique du criminel ; au détriment de la perception objective du crime et de ce qu’il représente. Notre société se devrait de mettre au plus haut niveau la protection de la personne, de son intégrité physique. Donner une chance de sortie, même après des années, à un homme comme Fabrice serait, quoi qu’en pourraient dire les juges, une manière de dégrader la valeur attribuée à la vie d’Adeline, de relativiser l’atteinte gravissime portée à la personne et à la société.
Il ne s’agit pas, ici, d’évoquer une vengeance. On n’en est plus au sang qui doit effacer le sang, ni à la peine de mort. Elle a été abolie et doit continuer de l’être. Il n’empèche que celui qui a transgressé une règle fondamentale de la société, déterminante pour sa cohésion et le respect de ses membres devrait être retranché à jamais de sa vie courante. A l’application de son internement de ménager des conditions humaines. A lui, à l’aide peut être de personnes attentives, religieuses ou non, de rechercher une régénération personnelle de l’âme. Ce serait son affaire. Mais la société, elle, devrait indiquer, marquer le point de non retour. La vie est sacrée, sa protection est une pierre angulaire : Celui qui, froidement, bafoue cette valeur fondamentale devrait vivre en marge. Que l’on se comprenne bien. Il ne s’agit pas ici des crimes passionnels uniques, lesquels bien sûr doivent rencontrer une sanction de durée limitée, , quand bien même il faudrait davantage marquer parfois la gravité de l’atteinte à la vie. Mais on est ici dans le registre des crimes abominables de pervers, pour lesquels ni la personne ni la valeur humaines n’ont de prix.
Certains réagiront pourtant à ces lignes en disant que la décision d’enfermer à vie est cruelle, inhumaine, La réponse est qu’il y a des transgressions inacceptables et que les relativiser est, inconsciemment, nourrir des germes très nocifs pour notre humanité

13:27 | Lien permanent | Commentaires (15) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

17/05/2017

Votons oui

Dimanche, nous saurons si la loi sur l’énergie, première étape législative de la stratégie énergétique 2050, sera acceptée par le peuple, ou non. Il y a les meilleures raisons de suivre le Conseil fédéral et le Parlement : donc de voter oui.
Certes, il faut écouter et lire les arguments des opposants, lesquels ne sont évidemment pas des obscurantistes. Un vote résulte d’un choix, après avoir banlancé le pour et le contre. Les opposants ne croient pas à la modicité de la hausse transitoire des coût de l’énergie pour le consommateur. La différence des chiffres avancés entre ceux du Conseil fédéral et du Parlement est spectaculaire. Ils craignent un subventionnement coûteux des centrales hydrauliques qui ne couvre plus leurs coûts ; mais précisément à cause de la baisse des coûts de l’énergie. Ils imaginent des soutiens, là encore trop chers, aux nouvelles énergies renouvelables ; lesquelles ne pourront pas combler le manque général en temps voulu. Alors, il faudra, disent-ils, importer du nucléaire français, voire du charbon allemand dont une partie pourrait bien venir même de Chine. Quant aux éoliennes, elles ont, d’après eux, un avenir limité dans un plateau suisse étroit, sans compter qu’elles abîment le paysage.
Ah là là…
Et bien nous préférons croire le Conseil fédéral et la majorité du Parlement. Tout d’abord, il faut un acte politique clair pour une sortie progressive du nucléaire. S’en tenir à un rythme de transition régulé par le marché ne suffit pas. Même un esprit libéral et rétif à l’étatisme doit en convenir. Il y a des domaines et des moments où une orientation politique est nécessaire. D’ailleurs, comme pour l’agriculture, on est inéluctablement dans un maquis de subventionnement. Et puis, toujours dans une dynamique d’orientation politique, le soutien aux énergies renouvelables, --en fait déjà bien connues--,telles le solaire, la géothermique, la biomasse et l’éolienne vont dans le sens de l’histoire énergétique. Il y a assez de procédures pour que la Suisse ne devienne pas un parc éolien. Le paysage en sera moins défiguré qu’il ne l’est pas les lignes à haute tension. Les autres énergies mentionnées ont progressé beaucoup ces derniers temps dans leur capacité et leur rentabilité. Il y a un avenir économique, financier, social évident dans ces domaines. Enfin, les possibilités d’économiser l’énergie, par exemple dans les bâtiments, sont elles aussi encourageantes. On peut, là encore, trouver des incitations sans sombrer dans une bureaucratie trop lourde.
Tout cela étant considéré, on ne croit pas au caractère inéluctable d’un manque obligeant à une augmentation d’importations discutables. A terme, n’est-ce pas, au contraire, un refus d’une orientation moderne vers l’avenir qui nous laissera plus dépendant ? Certes, rien ne dit, qu’un jour, un recours au nucléaire avec des centrales sûres et ne créant pas des déchets inquiétants, ne soit possible. Alors, on verra. Mais pour l’avenir prévisible, il faut sortir du nucléaire en misant sur les énergies renouvelables et en rentabilisant la consommation par diverses mesures adéquates.
Ainsi donc, d’un côté les inquiets, les sceptiques ; de l’autre la pari de la confiance pour suivre le chemin indiqué par le Conseil fédéral et le Parlement. Cette option nous paraît la plus prometteuse.

 

21:01 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

08/05/2017

L'élection française vue de Suisse

 

Il faut saluer la victoire d’Emmanuel Macron. C’est un exploit individuel et collectif impressionnant ; cela même si sa victoire au deuxième tour s’appuie largement sur ceux qui ont surtout voté contre Marine Le Pen. Que se serait-il passé si François Fillon n’avait pas été englué dans les affaires ? Gageons qu’il aurait participé au duel final, sans doute au détriment de Marine Le Pen dont il n’était pas très éloigné au score du premier tour.

 

Assassinat politique, comme il dit ? Sans doute. Scandale des fuites et des relations incestueuses entre la justice et les médias, selon la phase de Jean-Pierre Chevénement ? Assurément. Mais les erreurs de jugement et sa mauvaise réaction de défense indiquent aussi sa part de responsabilité personnelle dans ce ratage électoral. Il l’a d’ailleurs reconnu. Passons. Reste à voir quelle composition aura la nouvelle Assemblée qui sortira des urnes le 18 juin prochain. Suivant les scénarios se produisant , le quinquennat pourrait tanguer de gauche à droite.


L’observateur peut se poser la question : y aura-t-il un consensus dynamique autour d’un Président qui se dit déterminé à accomplir des réformes indispensables ? Avec Fillon, la détermination était claire. Avec Macron, malgré les mots, c’est l’attente. Toutefois, une position est encourageante : son engagement européen. Dans une période où le risque de repli des nations sur elles-mêmes est grandissant, la chance est là d’avoir en France un jeune Président qui croit à la conjonction indispensable des dimensions nationales et européenne. Lui qui n’est pas un meurtri de la dernière guerre mondiale, rejoint les pères fondateurs et comprend que rien de bon, rien de sûr,rien de prospère, rien de prometteur pour la jeuesse ne peut se réaliser sans une articulation européenne forte. Il a compris également que le moteur de l’Europe devait se brancher sur le couple franco-allemande.


Même en Suisse on doit s’en féliciter. Si notre pays, de par son identité particulière et une méfiance de longue date tient à garder une certaine distance vis-à-vis de la construction européenne, elle dépend largement de la solidité de cette dernière. La Suisse en contre-point et non pas en plein dedans, soit : mais en lien étroit et en flux réciproque vital. Or, certains nient cette réalité existentielle et cette nécessité. Ils confondent indépendance dans l’interdépendance et une crispation faussement identitaire, nuisible à la prospérité et à l’assise de la Suisse en Europe.


Cela, on vient de le voir encore avec le discours follement applaudi de Christoph Blocher devant l’Assemblée de l’Association pour une Suisse indépendante et neutre. Cette fois, il s’agirait d’une Initiative populaire s’attaquant directement à la libre circulation des personnes avec l’Union européenne. L’interdire à tout jamais par un article dans la Constitution. Aberrant ! Et, en attendant, s’ opposer de toutes les manières à la politique du Conseil fédéral et du Parlement qui cherchent à concilier l’Initiative contre l’immigration massive et l’Accord avec l’UE. Casser, en quelque sorte la chance d’une négociation avec Bruxelles. Quelle erreur incroyable !


On aimerait qu’une jeunesse, s’interessant davantage à l’histoire, ressente la chance offerte par une Europe harmonisée, le risque économique et politique d’une Europe déarticulée. On aimerait qu’elle comprenne et ressente la nécessité historique , pour la Suisse, de développer un lien institutionnel et des relations concrètes fortes avec une Europe dont elle est partie prenante ; fût-ce en singularité.

Alors oui, de ce point de vue l’élection d’Emmanuel Macron est une bonne nouvelle.

 

17:49 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

11/04/2017

Pas de vie sans la mort

Un exposé et une prédication entendus, la même semaine : Marie Cénec et Vincent Schmitt. C’est probablement ce que l’on peut entendre de mieux actuellement au sein de l’église protestante genevoise. Un regret : que ces réflexions fortes, incitatives à la méditation et à la sensation n’aient pas à disposition les voies et moyens d’un écho plus large. Un problème actuel des églises.
Que retenir ? L’homme peut-il vivre sans Dieu ? Oui, sans aucun doute. Peut-il atteindre personnellement le même niveau d’éthique, d’humanité, de moralité qu’un croyant ? Oui encore, sans aucun doute. Alors pourquoi se prendre la tête et vouloir qu’une foi apporte des réponses aux mystères insondables ?
Or, il y a d’abord une observation . Les religions ont, certes, souvent déroulé le pire dans l’histoire des hommes. Tuer au nom de Dieu, quelle abomination ! Mais elles ont aussi inspiré le meilleur. Nombre d’intellectuels athées, agnostiques le reconnaissent. Les bases, le socle de nos valeurs qui irriguent nos sociétés viennent de nos racines spirituelles. Il a fallu une dimension de transcendance originelle pour développer des sociétés civilisées.

Mais il y a plus à dire. L’homme sans Dieu admet donc que sa vie est un bref parcours finissant dans le néant. Logiquement, il doit également penser que l’univers né du bing bang n’est que le fruit du hasard et de la nécessité, pour parler comme Jacques Monod. Or, si vraiment, nos société n’étaient plus que La réunion d’hommes ne ressentant aucune expérance au-delà de la vie terrestre, tout l’édificie se voulant auto-suffisant deviendrait bien fragile. La mort, porte close après la courte vie et porte ouverte sur le rien ! Quelle que soit l’exigence éthique de l’athée, n’y a-t-il pas un arrière- fond de désespérance, une arrière-goût d’absurde ?

D’ailleurs, si certains s’en arrangent, on voit poindre la tentation de conjurer cette échéance de la mort, d’apporter sinon un espoir d’immortalité totale, du moins une perpective de longévité inouïe qui y tende. C’est à quoi visent les théories trans-humanistes qui fleurissent particulièrement aux Etats-Unis. En pays francophone, un Luc Ferry en a présenté une analyse. On voit des milliardaires américains foncer et investir dans ces recherches vertigineuses. A la fin du siècle présent, les gens qui le voudront pourront vivre mille ans, déclare l’un d’eux le plus sérieusement du monde. Avec quel corps aux organes constamment renouvelés ? Avec quelles connexions entre le cerveau et des robots ? Ce serait, aux yeux des ces mordus, l’ouverture d’une aventure humaine passionnante.

On n’ose pas imaginer les ruptures d’équilibre géo-politiques, économiques et sociales qui pourraient découler de cette <aventure passionnante>. Car la mort, soit La durée limitée des corps vivants est au cœur des équilibres de la création. En fait, s’agirait-il encore de l’espèce humaine ?

Il ne s’agit pas de jouer ici au vieux ronchon faussement austère. La durée de vie des hommes s’est énormément allongée ; grâce à une élévation du niveau économique, à la médecine, à l’hygiène, au soin que l’on prend de sa personne. On ne peut que s’en féliciter. Mais, si sa propre personne devient l’unique objet de sa préoccupation, si la partie est obsessionnelement prise pour le tout, alors, où se placent le sens, la dimension de la vie ? Que devient l’interrogation troublante mais tellement essentielle sur le mystère de la création, sur la relation de l’homme avec cette dimension, sur le devenir de quelque chose de soi après la mort ? Tous les grands mythes, toutes les grandes religions, toutes les grandes philosophies ont discuté de cela. Quel serait l’intérêt de la condition humaine, sans réflexion et intuition à ce sujet ?

Voilà pourquoi , rien n’est plus beau, plus fort, plus perturbant mais profondément émouvant que cette histoire humaine et post-humaine de Pâques ; c’est-à-dire de mort puis de résurrection, soit une incarnation indiquant une continuité au-delà de la mort : mais autrement, vers autre chose. Finalement---et ceci est évidemment une conviction personnelle---, l’homme sans Dieu et visant uniquement sa longévité---, serait une sorte de mort vivant. Nous voulons penser que cela n’adviendra pas et que l’homme intégrant en lui le fait la mort prolongera sa raison d’être.

11:14 | Lien permanent | Commentaires (15) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

14/03/2017

Démocratie:conviction et contradiction

Longtemps, l’autorité politique s’est réclamée du droit divin. Les conceptions ont évolué. Aujourd’hui, sous nos latitudes, s’est ancré le principe de laïcité. Cela n’extirpe pas nos racines. Ainsi, la réflexion sur la politique peut utilement se nourrir de réflexions sur la spiritualité. Récemment, la pasteur Marion Muller- Collard, dans un petit livre accrocheur intitulé <l’intranquillité>, s’inspire de Blaise Pascal. L’idée est que la vérité ne vient pas à l’esprit d’un coup, ne se traduit pas dans un bloc immuable. En Chrétienne, la pasteur cite évidemment Jésus : <je suis le chemin, la vie>. Autrement dit, il faut marcher sur un chemin tout sauf facile. Suivre une ligne directrice, guidée en l’occurrence par la foi ; mais sans éluder jamais les questions difficiles. Blaise Pascal pratiquait l’exercice de la contradiction : un argument devant rencontrer nécessairement un argument contraire avant de se développer pleinement. A la fin, loin d’être affaiblie, la conviction ne peut en sortir qu’élargie, éventuellement corrigée, certainement renforcée.
Ne devrait-il pas en être ainsi en politique, dans un véritable esprit démocratique. Or, on constate très souvent ceci : dès que l’on parle politique, giclent les affirmations péremptoires, la condamnation immédiate de la contradiction. L’art du dialogue, de la confrontation des idées laisse place au choc des émotions. Lors de la discussion politique, on glisse vite dans un mécanisme cérébro- hormonal qui n’est plus très rationnel. En temps normal, la conséquence n’est pas grave mais dérériore la qualité du débat. En temps troublé, on sait où cela peut mener. Le non art de la contradiction débouche sur un terrain miné et la conflagration.
Certes, la politique est aussi un combat.Il peut être rude. Il ne s’agit pas de faire dans l’angélisme. Mais un vrai Libéral, viscéralement attaché à une vraie démocratie, aura toujours à cœur et à l’esprit de frotter sa conviction à la contradiction. Car tel est le chemin, la vie…

16:45 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

04/03/2017

L'alpiniste qui dévisse

François Fillon, l’alpiniste accompli, est dans la tourmente mais il s’accroche, enfonce son piolet dans une roche devenue soudain friable, ne renonce pas, ou pas encore, refuse de faire demi tour. Du courage ? De la ténacité ? Des qualités qui pourraient être nécessaires dans la fonction de Président ? Sans doute. Et puis, on a le droit d’exprimer une certaine empathie. Ce qu’on lui reproche, ce dont on le soupçonne est-il si grave ? En Suisse, un parlementaire fédéral reçoit, outre son indemnité, une somme ,--il est vrai assez modeste--, qu’il peut utiliser ou non pour rémunérer un assistant l’ aidant dans dans son travail. En France, c’est l’État qui paye le soutien, pour une assistance annoncée en bonne et due forme.

Soit. Mais la déclinaison de cette activité est en main du député. Alors, entre l’emploi fictif et coupable et l’assistance vraiment pleine et dense, il y a tout un éventail de prestations dont les contours sont difficiles à préciser. La pauvre Pénélope s’est probablement perdue de bonne foi dans ce flou juridique et pratique.

Autre remarque. Le lâchage en cascade des <amis> auquel on assiste ne respire pas tellement le courage et la loyauté. Au lieu de serrer les rangs on s’exfiltre. Certains ont envie de ne pas être repérés plus longtemps comme étant les matelots d’un capitaine en perdition. Ce n’est pas forcément le sentiment vertueux qui les anime.

Bon ! mais une fois cela dit, on voit d’autres aspects du caractère de François Fillon. Comme il arrive souvent aux politiques, il confond son destin personnel avec l’intérêt général. Oui, avant la tempête, il était fondé à coonsidérer que le redressement de la France passait par lui. Il était la chance d’une vraie alternance. Mais aujourd’hui, que ce soit injuste ou non, sa personne devient la garantie, pour la droite, de perdre l’élection. L’alpiniste, qui s’accorche et croit voir le sommet malgré les vents contraires, est en train de dévisser comme un somnambule. Or, sa chute sera celle de son camp. Du courage, on passe à l’obstination, de la ténacité à l’égocentrisme. Perte de lucidité et du sens de la responsabilité,

Car, de surcroît, l’imprudent, qui se voyait comme l’incarnation de la vertu et de la transparence, stigmatisait en douce ses rivaux à la primaire.. <Imagine-ton de Gaulle mis en examen ?>. Et pif sur le nez de Sarkozy et aussi de Juppé condamné naguère. Et cette phrase : <je ne me retirerai que si je suis mis en examen>. Il va l’être et ne se retire pas. Dès lors, il est pris au piège de sa propre posture. L’image se lézarde. Les qualités ne sont plus retenues. Le programme devient inaudible.

Sa dignité eût été de passer aussitôt la main, quitte à appeler le remplaçant à endosser des points forts de son programme, lequel lui avait fait gagner la primaire de la Droite et du Centre. Enfin, il y a une leçon à recevoir devant cette péripétie électorale et judiciaire. En politique, il ne faut pas jouer au grand vertueux devant l’Eternel. Il faut être lucide, cohérent, crédible. En somme, toute personnalité politique ambitieuse devrait avoir autour d’elle un ou deux compagnons de route à l’écoute du monde extérieur, brisant le vase clos et faisant office de garde fou. Pénélope, sans doute femme aimante et dévouée, mais peut être trop pour avoir été cet ange gardien nécessaire. Vous savez, on aimerait presque la consoler.

16:02 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

31/01/2017

RIE 3: vision économique contre myopie comptable

Disons le tout net, les interventions des anciennes Conseillères fédérales Evelyne Widmer-Schlumpf et Ruth Dreifuss contre le projet fiscal fédéral RIE3 nous ont choqué. Il y a le devoir de réserve, sauf en cas de renversement politique majeur. Qu’Obama critique la décision inacceptable de Trump sur les immigrés musulmans, c’est bien. Que les deux anciennes membres du Collège gouvernemental se lancent ici dans l’arène, c’est déplacé.

Sur le fond, l’ancienne ministre fédérale et cantonale des finances aurait pu se demander pourquoi tant de ministres cantonaux, à l’instar du Conseil fédéral et du Parlement, sont pour la réforme. Ruth Dreifuss, elle, pourrait s’interroger sur le choix, par exemple, de la ministre socialiste des finances à Bâle, laquelle soutient résolument le projet fiscal. De même, l’engagement conjoint du PLR Pascal Broulis et du Socialiste Pierre-Yves Maillard dans le Canton de Vaud ne semble pas la troubler. Ils savent que 82% de leur impôt cantonal sur les bénéfices vient des multinationales. Presque 70% à Genève.

En fait, on voit bien deux approches. Visant le recul, dans un tout premier temps, des recettes fiscales fédérales et cantonales résultant du projet, la Gauche crie au risque d’affaiblissement de la fonction publique et à la menace contre les prestations sociales. L’épisode précédent de RIE2 a pourtant démontré le contraire. Il y a toujours, à gauche, cette agressivité plus ou moins affirmée contre le Capital. L’égalité de traitement exigée par l’accord avec l’UE fait se rejoindre vers un taux de l’ordre de 13% les impôts sur le bénéfice de toutes les entreprises. Les grandes multinationales perdent leur statut spécial mais les entreprises indigènes voient leur taux baisser. Logique et raisonnable, non dissuasif et équitable. En plus, certaines déductions seront possibles pour l’impôt cantonal parallèle, en regard de leur degré de capitalisation. Scandale s’offusque la Gauche. Des cadeaux prévisibles aux actionnaires ! Tandis que les habitants non privilégiés, eux… Relevons ici, en passant, que Genève a des taux d’impositions particulièrement élevés sur les hauts revenus et les classes moyennes dites aisées ; tandis que 34% de particuliers ne payent aucun impôt sur le revenu. L’assiette fiscale est déséquilibrée. C’est malsain. C’est contraire à une équité fiscale et à une conscience civique qui voudraient que chacun contribue, si peu que ce soit, à l’effort commun. Mais, à Genève surtout, court cette obsession de surtaxer les riches, les patrons, leurs entreprises et de redistribuer au maximum. On aura toujours et encore, ce parfum persistant de lutte des classes.

A l’inverse, il y a une vision économique à moyen et long terme que partagent la Droite et les Sociaux-démocrates réalistes. De ce côté, on a compris que comptent l’attractivité, la compétitivité permises par le lieu d’implantation ; c'est-à-dire, chez nous, nos cantons et notre Confédération. Les entreprises multinationales doivent contribuer, bien sûr, aux rentrées fiscales, mais dans une mesure qui les rassure, les incite à demeurer, à venir. Les entreprises indigènes, grandes, petites ou moyennes doivent aussi contribuer à l’effort fiscal ; mais dans une mesure qui les rassure, les incite à investir, à prospérer, à embaucher. Car oui, le prolongement de ce dynamisme en continu se traduit par des emplois. Et à terme, tout cela assure des rentrées fiscales dans la durée. Trop d’impôts tuent l’impôt. Une économie sans trop de boulets fiscaux crée l’impôt.

On nous parle de la fonction publique qui serait en péril. A Genève, qui ne voit qu’elle est trop nombreuse et financièrement trop lourde. Mais c’est un autre débat. De toute manière, sa pérennité dépend de la solidité financière de l’Etat, laquelle dépend de la vitalité économique.

On l’observe donc : vision comptable à court terme contre vision économique à moyen et long terme. Quelle est l’approche qui donne, finalement, le plus de champs au progrès social ? Poser la question c’est y répondre. Voilà, mesdames les anciennes Conseillères fédérales, ce que vous auriez pu au moins retenir comme étant une argumentation défendable. A défaut de vous convaincre, cela aurait dû vous amener à ne pas déroger à votre devoir de réserve.

15:48 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

26/01/2017

Mort de l'Hebdo: et ensuite?

L’annonce de la disparition de l’Hebdo a été un coup de tonnerre et fait un peu mal. L’auteur de ces lignes ayant eu, comme base, une activité de journaliste, qu’il lui soit permis, pour une fois, un ton personnel. Je sais ce qu’est, pour ceux qui en vivaient, la disparition d’un journal. Je porte encore le deuil de celle du Journal de Genève. J’ai une pensée pour Jacques Pilet, son fondateur. Pourtant, je n’ai pas toujours apprécié sa ligne consistant en un journalisme d’investigation ou d’information orientée ; c’est à dire d’enquêtes dont on savait dès la première ligne quelle serait la conclusion. Conscient de mes lacunes dans ce genre de journalisme là, je préférais la rigueur d’un Roger de Diesbach par exemple. Toutefois, l’hebdo fut une belle histoire. Je pense à tous les rédacteurs en chef qui se sont succédé avec une pensée particulière pour Ariane Dayer, dont le talent, heureusement, a pour trouver sa place au Matin Dimanche. Surtout, l’Hebdo a créé des événements, des forums de réflexion, des discussions. Il s’est engagé dans des débats sur l’Europe. Il a fait vivre intellectuellement, politiquement la Suisse romande. Un périodique comme l’Illustré prendra-t-il un peu la relève ? Ce ne pourra être la même envergure. Les éditeurs, Ringier-Springer, ont-ils voulu choisir entre l’Hebdo et le Temps, quotidien à vocation romande ? On aimerait croire au moins à la pérennité de ce quotidien, plutôt que de craindre la fragilisation de l’autre enfant du Groupe après l’abandon de son aîné.

 

Bien sûr, la presse écrite est en danger. Certes, une évolution se fait vers les textes en ligne, de plus en plus utilisés par les jeunes générations. Pourtant, afin de permettre des réflexions bien communes, des discussions, des relectures à tête reposée, le texte électronique aura-il le même apport que le texte imprimé ? J’en doute. J’ai des craintes quant à la nourriture intellectuelle et civique, quant à la présence médiatique en Suisse romande face à la Suisse allemande majoritaire ; ce qui a des incidences sur l’articulation confédérale de notre pays.

 

Je ne crois pas à la vertu du soutien direct de l’Etat. Mais je pense que des milieux économiques, intellectuels, politiques devraient entrer dans des échanges approfondis pour savoir comment garder une presse de qualité de référence assumant un rôle essentiel pour tous et pour chacun.

16:22 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

09/01/2017

Plaidoyer pour l'élégance

Plaidoyer pour l’élégance

 

Chaque premier de l’An l’Eurovision diffuse le concert du nouvel an donné par l’orchestre philharmonique de Vienne. Chaque fois, c’est un honneur et manifestement un plaisir pour le chef invité. Ce l’est aussi pour le public, d’une élégance vestimentaire que ne le cède en rien à celle des musiciens. Les Srauss père et fils sont incontournables et tout le monde les attend, les accompagne. Les téléspectateurs ont droit, en sus, aux évolutions des danseurs de l’Opéra de Vienne. Il y a comme un parfum de nostalgie de l’Empire Austro-hongrois, comme si, avec Stephan Zweig, on voyait le train pour l’exil emmener le dernier Empereur Charles.

 

Ce concert, événement un peu décalé d’un temps révolu ? Sans doute. Mais que ce petit moment d’élégance est agréable à voir, à entendre, à ressentir. Elégance, le mot est lâché, quitte à se faire moquer et traiter d’élitiste. On a l’impression qu’elle seperd. La grande avancée bienfaisante de la démocratisation, y compris culturelle, devait-elle fatalement diminuer le champs vivant de l’élégance, introduire de l’uniformité gris souris ? Oh, il ne s’agit pas seulement de l’élégance vestimentaire, encore que l’on puisse regretter que les gens ne s’habillent pas pour honorer, suivant la nature du spectacle, les artistes qu’ils vont voir ou entendre. Mais on pense aussi à l’élégance du langage, du comportement.

 

Soyons lucides. Des personnes présentant bien, comme on dit, s’exprimant bien peuvent cacher une vulgarité de pensées et de sentiments. Tout au contraire, tels ou tels ne se souciant guère de leur apparence et de leur vocabulaire, ou qui les cherchent à leur manière provocatrice et marginale peuvent avoir une noblesse intérieure. Ne soyons pas des doctrinaires de l’apparence.

 

Toutefois, il y a quand même un certain lien entre les aspects de l’élégance. Celui qui aime la belle littérature, qui admire les belles choses, qui goûte la beauté de ce qu’il voir, qu’il entend, qui prend soin de sa personne, qui cultive la richesse de sa langue maternelle , qui pratique la courtoisie dans sa relation à autrui, bref qui conjugue l’élégance personnelle et le respect de l’autre, oui celui- là, à son échelon, fait oeuvre de civilisation.

 

A l’échelle collective, cela concourt à une civilisation. Même dans la confrontation politique, il est possible de garder l’élégance dela forme et le respect du contradicteur, de ferrailler sur les idées sans attaquer la personne ; pour autant que cette dernière soit bien sûr estimable, ce qui est le plus souvent le cas.

 

Beaucoup de vœux, de souhaits ont été exprimés en ce début d’année. Eh bien, que s’exprime ici le léger plaidoyer pour l’élégance.

18:03 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | |